Carlos Schmerkin
Conseil en édition, membre du comité éditorial du magazine "Books"
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2019

Bolivie: les étapes du coup d’État

A deux semaines du coup d’État du 10 novembre, des policiers et des militaires continuent à tuer des Boliviens pendant que des gouvernements et des médias parlent toujours de «fraude électorale» et justifient l'injustifiable. Le journaliste argentin Marco Teruggi nous propose une synthèse de la situation.

Carlos Schmerkin
Conseil en édition, membre du comité éditorial du magazine "Books"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Extrait de l’article paru aujourd’hui dans le journal Página 12.

« Avant que Evo Morales ne soit contraint de démissionner, une liste de noms à chasser avait commencé à circuler; son application s'est accélérée à partir du 10 novembre. La stratégie de décapitation et de persécution des partisans d'Evo Morales a fait partie de l’architecture du coup d’État qui évolue selon une série d’étapes prévues. 

- La première était de forcer la démission d'Evo Morales et Álvaro García Linera. 

- La seconde, construire un gouvernement de facto, s'est matérialisée à partir de l'auto-proclamation de Jeanine Añez.

- La troisième, initié avant et approfondie ces jours-ci, concerne la persécution des dirigeants, avec le début des répressions militarisées. Cette dernière a été annoncée avec le décret d'exempter les forces armées de la responsabilité pénale et d’octroyer un budget supplémentaire de quatre mille huit cent millions de dollars.

- La quatrième étape est celle en cours d’élaboration qui ne s’est pas encore concrétisée, à savoir la convocation d’élections générales, pour lesquelles de nouveaux responsables du Tribunal électoral suprême et des tribunaux électoraux départementaux doivent être nommés. 

C'est le point le plus complexe pour les meneurs du coup d’État. La nomination des autorités du TSE (Tribunal suprême électoral) doit passer par le pouvoir législatif, où le Mouvement pour le socialisme (MAS) compte les deux tiers. Le gouvernement de facto et les véritables pouvoirs après le coup d'État cherchent à forcer l'accord avec le MAS à accepter l'appel électoral selon leurs conditions. Cela signifie que le MAS reconnaisse Jeanine Añez comme président, accepte les autorités électorales imposées et, simultanément, la proscription de Evo Morales.

- La cinquième et dernière étape sera l'élection en tant que telle. Il n'y a toujours pas d'accord dans le bloc des meneurs du coup d'Etat sur la date. Fernando Camacho a déclaré que la date limite pour le concours était le 19 janvier - le 20 mettrait fin au mandat d'Evo -, tandis que d'autres ont déjà fait savoir qu'il n'y avait pas de conditions pour réaliser les élections en janvier. Ce point est au cœur de la structure du coup d'État qui, dès le début, a été présentée comme "démocratique" et a donc été soutenue par le président Donald Trump et son administration, par le secrétaire de l'Organisation des États américains, Luis Almagro, et par l'Union européenne.

Mais la fiction démocratique qui cache le coup d'État nécessite l'appel à des élections. Jeanine Añez est apparu dès le début en tant que président par intérim et l'OEA elle-même, qui nie dès le début l'existence d'une "rupture institutionnelle" - l'Uruguay, par exemple, avait soutenu que cette phrase devait être incorporée dans la dernière résolution - exhorte le gouvernement de facto à appeler rapidement la tenue de nouvelles élections. Ce que les dirigeants du coup d'État débattent, jusqu'à présent sans accord interne, concerne le moment et les conditions de ces élections. Ils cherchent à garantir la proscription d'Evo Morales, certains prétendent faire la même chose avec le MAS et nommer un nouveau Tribunal suprême électoral (TSE).

Cette semaine la persécution s'intensifiait, les répressions policières et militaires ont tué plus de trente personnes, la douleur et la colère augmentent. Compte tenu de cela, il y a une résistance dans les rues et dans le pouvoir législatif qui progresse, mais pas nécessairement de manière coordonnée. Le MAS œuvre pour obtenir une solution électorale dans les conditions les moins défavorables. Tâche difficile sachant que plusieurs parlementaires sont menacés dans un contexte d'impunité absolue des meneurs du coup d’Etat, autoproclamés sans quorum et qui persécutent même les morts. »

Répression d’une mobilisation massive de deuil qui a atteint le centre de La Paz depuis la ville de Senkata avec les corps des 8 personnes tuées mardi dernier. © AP/EFE/Pagina12

https://www.pagina12.com.ar/232538-elecciones-entre-cacerias-el-plan-del-golpe-en-bolivia

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier