Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2015

La France se tromperait-elle d'ennemis?

Dans l'ivresse de réagir à la suite des attentats, le gouvernement a omis de se poser les questions de base préférant instaurer l'état d'urgence et partir en guerre. Il est certain que, comme pour l'Afghanistan et l'Irak, l'Occident fera les frais de cette précipitation

Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Depuis les massacres du 13 novembre dernier, le gouvernement français semble agir d'une façon chaotique qui pourrait à moyen-terme se révéler très dangereuse. Et il n'est pas le seul, comme on l'a vu avec la Grande-Bretagne et  bientôt l'Allemagne. Comme si devant l'expression d'une extrême violence, on n'avait de recours possible qu'une autre violence, démultipliée, multiforme, du type Tuez-les tous, Dieu saura reconnaître les siens, célèbre remarque de l'abbé Amalric quand il lança l'assaut contre les hérétiques de Béziers en 1204.

Le Bataclan, Paris, 2 décembre 2015 © Carol Mann

Dans l'ivresse de réagir de façon à la fois précipitée et musclée histoire de rassurer une population paniquée, on a omis de poser les questions de base, à savoir 'Pourquoi?' décliné sur toutes les formes possibles. Pourquoi un attentat aussi meurtrier contre de jeunes Parisiens commis par leurs contemporains ? Pourquoi cette rage, cette colère ? Pourquoi ces nouvelles formes de légitimation religieuse dans une société qui se voudrait laïque ? Pourquoi l'effondrement total de toute forme de respect, de reconnaissance d'autrui ? Pourquoi ne pas examiner le rapport avec une politique étrangère bâclée, désordonnée qui ne semble profiter qu'aux marchands de canons ? Et bien d'autres 'Pourquoi ?' insuffisamment formulés.

Poser ces questions avant de lancer les bombardiers n'aurait pas été l'expression d'un manque de compassion envers les victimes ni d'une volonté de trouver des excuses pour ces assassins (il n'y en a pas). Comment en sommes-nous arrivés là ?

De toute évidence, les valeurs de la République tant vantées ces jours-ci, ne signifient rien pour une frange certes minoritaire de la population, voire même pour notre gouvernement puisque l'état d'urgence risque d'être prolongé de six mois et des pouvoirs de plus en plus importants attribués  à la police. Ce qui signifie une menace croissante de la privation potentiellement arbitraire et sans preuves des libertés de base pour tous nos citoyens, modelé sur le Patriot Act édicté par Georges Bush en 2001.

Les 24 militants écologistes assignés à résidence en font les frais actuellement : vouloir sauver notre planète et le réclamer haut et fort constituent sans doute un crime plus sérieux que répandre la haine par des prêches salafistes dans des institutions financées depuis de nombreuses années par ce grand ami, allié et financier de la France qu'est le Qatar. 

Même si aujourd'hui Bernard Cazeneuve évoque leur fermeture, le mal est fait. Et pourtant la situation a été dénoncée depuis de nombreuses années par, entre autres, Abdelali Mamoun, imam d'Alfortville qui explique que ces mosquées se trouvent surtout dans les zones défavorisées où des ghettos se sont créés : les quartiers nord de Marseille, Vénissieux, certaines villes de banlieue parisienne 

 C'est également dans ces lieux que la République a failli devant son premier devoir : l'instruction. Comment faire passer le moindre message quand il n'y a pas d'instituteurs, quand les classes sont fermées, faute de personnel, en dépit du recours inédit à Pôle Emploi, sollicité par le rectorat de Créteil désespéré par le manque de vocations ? Bien entendu, les possibilités d'un quelconque emploi sont d'autant réduites, le chômage assuré.

 La génération des assassins et des djihadistes français est née dans les années 1980-90 et a grandi à l'ombre de la décennie noire en Algérie, subissant sans doute les contrecoups des débats houleux réimportés en France dans la population maghrébine. Ce sont souvent des enfants de migrants ou des convertis 'Français de souche', arrivés à l'âge adulte sans lien constructif avec la culture ou la religion des parents, sans rapports positifs avec la société dans laquelle ils ont grandi, sans perspective d'avenir ni d'idéal, le sentiment de désillusion recyclé puis renforcé par celui de rejet et de discrimination.

C'est dans ce vide s'engouffre ce qu'Olivier Roy a appelé une révolte générationnelle et nihiliste  qui donne un sens à cette béance morale et mentale. Al Qaeda autrefois, à présent Daesh ont su capitaliser de façon adroite sur tous ces manques, ces frustrations, ces échecs en série. Ces mouvements ont sur redonner à leurs adhérents une confiance en soi unique, en réinstituant la polarisation des genres, une fratrie imaginaire, une hyper-virilité conquérante et la rupture de toute forme de solidarité et de respect pour tout ce qui constitue l'Autre (aïeux, parents compris).

Il faut également regarder du côté des femmes, les trajectoires de Hayat Boumedienne et Hasna Aitboulacen, ainsi que toutes celles, qui partent en Syrie, plus nombreuses que les jeunes hommes . Ce sont les recalées, pour ainsi dire, du féminisme d'État qui, tout en minorant la place traditionnelle des femmes (le foyer, la maternité, la religion), n'a pas su lui substituer des formes de gratification professionnelle et personnelle réservées, toujours et encore, aux plus nanties. Ici l'asservissement est anobli, conférant aux recrues une nouvelle forme d'autonomisation sanctifiée, même si elles en font les frais in fine, bien plus que les hommes.

En dépit de l'interdit officiel de Daesh de les voir combattre, on peut observer un lent passage vers la violence au féminin, par ces deux jeunes Françaises et celles qui servent dans les rangs de la police des mœurs en Syrie et en Irak, la brigade Al Khansaa où l'on exige d'elles des actes d'une extrême brutalité.

Pour toute réponse, le gouvernement français décrète un état d'urgence et part guerroyer contre Daech, tout en sachant que les réfugiés fuient, non pas à cause de l'organisation islamiste, mais à la suite des violences extrêmes perpétrées par le gouvernement Assad, d'un coup promu allié (presque respectable) dans la guerre sainte contre le terrorisme. Idem pour Erdogan en Turquie à qui on autorise des crimes dignes dHitler dans les années 1930, à condition qu'il retienne les réfugiés chez lui, surtout que leur nombre risque de croître à la suite des assauts de la Coalition.

 C'est ainsi que, depuis les attentats au Bataclan, l'État bombarde la Syrie en notre nom et avec nos impôts, larguant des bombes sur des populations dont une minuscule fraction seulement fait partie de l'organisation honnie. À l’époque où Daech avançait en plein désert sur Palmyre, en août 2015, alors qu'il n'y aurait pas eu le moindre dommage collatéral, aucun gouvernement n'a voulu les bombarder, préférant sacrifier un des plus grands trésors de la civilisation humaine et son courageux conservateur octogénaire, Khaled al-Assad, mort sous la torture

 En attendant, la France est en train de cultiver la colère et le ressentiment des enfants dont les familles sont et seront tuées par ces frappes. Comme pour l'Afghanistan, comme pour l'Irak. Serait-il si difficile de délimiter quelques zones d'exclusion aérienne où les familles, les femmes enceintes, des enfants pourraient se regrouper (avec l'aide du coopératif Assad) pour permettre à la coalition de bombarder de façon plus ciblée ?

Quand ces bambins syriens grandiront, débordant de haine contre nous, contre l'Occident, comment imaginer un seul instant qu'ils ne rejoindront pas des mouvements bien plus extrêmes et bien plus violents que Daesh, armés jusqu'aux dents avec l'outillage militaire produit à grands frais par la Coalition et récupéré, comme aujourd'hui, pour les tourner contre les assassins de leurs familles ? Et en France, la seule solidarité qui risque de perdurer, est celle qui unira les laissés-pour-compte de la République à ceux qui luttent contre elle à l'étranger.

Carol Mann, sociologue, spécialisée dans l'étude du genre et conflits armés

www.womeninwar.org

3 décembre 2015.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire