Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2022

Des Talibans et des roses

Est-il convenable d’exposer des photographies qui montrent la joie de vivre dans un Afghanistan ravagé par la guerre et la misère ? Le travail exceptionnel d’Oriane Zerah nous démontre que c’est peut-être la dignité de ces habitants qui suscitera le respect et enfin l’envie d’agir.

Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Oriane Zerah

La question se pose de savoir si pareille représentation est possible, voire décente dans des circonstances aussi tragiques. Il arrive à Oriane Zerah d’être accusée de sentimentalité gratuite, voire de propagande pour les Talibans. De quel droit aurait-on de montrer des personnages riant en pleine Terreur, version afghane ?

Il est vrai que les photos dont nous abreuve la presse (enfin, plus maintenant, le sujet est passé de mode) ont pour thème la misère et le malheur, maisons en ruines, bambins au regard poignant auprès de mère voilées de pied en cap, gamins mendiant dans la rue poussiéreuse, vieillards édentés, ce qui bien entendu correspond à la réalité : oui, on meurt de faim en Afghanistan, oui on vend des fillettes pour payer des dettes, oui, l’éducation des filles est interdites et la peuple hazara menacé de génocide.  

 Mais rien de tout cela n’est nouveau. Cette situation n’est pas arrivée d’un coup après le retrait des forces américaines et alliées, il y a bientôt un an, le 15 août 2021. Cependant, les milliards investis en Afghanistan n’ont pas fondamentalement changé la vie de la majorité rurale de la population pour qui l’avènement des Talibans n’a pas modifié grand-chose non plus. Par temps de disette, c’est uniquement le niveau de misère qui varie, car la misère, elle, perdure depuis des siècles.

Ceux et particulièrement celles qui ont réellement profité de la présence occidentale à Kaboul, c’est une minorité urbanisée et surtout nouvellement urbanisée qui a découvert les possibilités offertes par l’éducation et l’ouverture aux possibilités de la modernité et les métiers modernes dans la santé, les arts, le journalisme et la technologie de pointe. Ces jeunes souffrent le plus actuellement, en particulier les jeunes femmes qui n’ont pas eu les moyens de fuir le pays et vivent désormais cloîtrées. Le destin des garçons n’est pas pour autant enviable, leur éducation réduite aux études coraniques avec le chômage comme perspective. On le sait, on les plaint, mais pas grand-chose est entrepris pour changer leur sort.

Oriane Zerah, photographe, écrivaine et grande voyageuse, vit en Afghanistan depuis onze ans et connaît très bien les complexités de la société afghane. Elle a souvent réalisé des reportages pour les ONG internationales.

Pour un travail personnel qu’elle poursuit déjà depuis deux ans et demi, elle a a choisi de documenter un aspect particulier de la vie quotidienne, la relation des Afghans aux fleurs. Chez nous, nous connaissons les fleurs surtout sous forme de bouquet, rarement achetés pour soi-même ou alors une plante verte quelconque reléguée dans un coin d’un appartement surchargé. En Afghanistan, les fleurs font partie du quotidien, en particulier pour les hommes qui ne se contentent pas de les offrir mais les portent sur eux, coquettement derrière l’oreille, en ornent leurs pakols (béret en laine traditionnel), voire leurs fusils. Les nombreux check-points, que les Talibans ont installés sur la route sont souvent ornés de fleurs ; les soldats qui les gardent sont heureux des compliments et enchantés qu’Oriane Zerah les prenne en photo.

Dans la culture régionale, y compris en Iran, les jardins sont omniprésents, reproduits symboliquement dans les décors de tapis et dans d’innombrables poèmes. Des pétales de roses accompagnent les fêtes, on en consomme, une fois séchées, et l’eau de rose est distillée- d’autant que leur cultivation est aisée et n’exige  pas de soins particuliers, contrairement au pavot. Ce travail, dans les champs, les jardins et les serres, est un métier d’homme, surtout chez les Pachtounes, au sud du pays. Dans le Khost, ils les portent toujours piqués dans leur pakol. Deux frères, connus sous le nom de « Flower Brothers » ont construit un jardin fleuri pour les villageois locaux. On les voit ici, posant fièrement dans leur maison peinte de couleurs vives, du rose fuchsia au jaune fleur de souci.

 C’est pourquoi les hommes rencontrés dans la rue, chez eux, sur la route n’ont pas refusé quand la jeune photographe a proposé de les immortaliser avec le bouquet qu’elle leur a tendu. Au contraire, ils sont ravis par ce bref retournement de situation qui, in fine, ne met pas en cause leur virilité, même dans cette société brutalement patriarcale. C’est toute la complexité de la problématique locale du genre qu’Oriane Zerah a mis en scène ici, en plus de la profonde humanité qui a permis à ce peuple de survivre en dépit du pire. Prendre le bonheur là où il se trouve, ne fut-ce le temps d’une floraison, profiter d’une étincelle d’amour, comme ce vieux couple qui éclate de rire en se regardant dans les yeux, un bouquet à la main. Car en Afghanistan, tout n’est pas souffrance, de même que tous les hommes ne sont pas des Talibans féroces. La beauté, comme l’amour peuvent exister, de façon éphémère et clandestine, indépendamment des circonstances politiques.  

 Les autorités actuelles de Kaboul, très vigilantes quant à leur image donnée par les médias, ont exigé régulièrement de voir le travail d’Oriane Zerah. Il semblerait qu’elles en soient plutôt satisfaites (dans le sens où ni le travail n'a été interdit, ni la photographe expulsée)  devant une image du pays (sinon précisément du régime) qu’elles jugent positive.

L’approbation dans le sens d'une non-interdiction des autorités talibanes signifie-t-elle qu’Oriane elle-aussi cautionnerait leur gouvernement, quitte à leur faire de la publicité jusque sur les cimaises d’une galerie connue pour son engagement féministe ? Tant s’en faut, ces images empreintes de dignité démontrent une résilience quotidienne qui traverse le temps.

 On peut se demander quel a été l’effet réel de nombreux (non pas la totalité) reportages sans nuances réalisés par des photographes peu informés reproduisant les stéréotypes misérabilistes d’un monde dépourvu du confort occidental. La pitié peut attendrir momentanément mais ne fait pas agir. Ainsi, les dirigeants de Kaboul sont invités à des réunions internationales dans des hôtels de luxe et repartent en avion classe affaires sans que rien ne soit conclu.

Dans une situation extrême, la reconnaissance de la dignité de l’Autre, l’admiration sont des moteurs autrement plus puissants pour l’action, puisqu’ils elles invitent à une identification avec les victimes. Et les magnifiques photos d’Oriane Zerah relèvent exactement ce défi et ne peuvent que forcer notre respect pour cette population meurtrie

Oriane Zerah, Afghanistan : des roses sous les épines,  Espace des femmes, 35 rue Jacob 75006 Paris, jusqu'au 27 juillet 2022, mardi à samedi, 14-18h

© Oriane Zerah

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com