Pourquoi il est urgent de sauver Nasrin Sotoudeh

La condamnation de l’avocate et militante des droits humains iranienne Nasrin Sotoudeh est d'une brutalité sans précédent. A l'heure où l'Iran vient d'être nommé à la commission des droits des femmes à l' ONU, aux côtés de l'Arabie Saoudite, son destin ne concerne pas uniquement les citoyennes de l'Iran mais l'avenir des femmes du monde entier.

Nasrin Sotoudeh © D.R. Nasrin Sotoudeh © D.R.

 

 J'ai compris qu'ils m'ont arrêtée à cause de ma lutte pour les droits humains, la défense des droits des femmes et mon combat contre la peine de mort. Quoi qu’il en soit, on ne me réduira pas au silence déclarait Nasrin Sotoudeh à la veille de sa grève de la faim en août dernier.

Cette éminente avocate et défenseure des droits humains âgée de 55 ans vient d'être condamnée de façon sauvage par la justice iranienne. En plus des cinq ans qu'elle purge déjà depuis le 13 juin 2018 dans la sinistre prison d'Evin à Téhéran, les juges ont ajouté 33 ans supplémentaires et 148 coups de fouet. Comme le précise Amnesty International, c’est la condamnation la plus sévère recensée contre un défenseur des droits humains en Iran ces dernières années, ce qui laisse à penser que les autorités encouragées par l’impunité généralisée en matière de violations de droits humains, durcissent leur répression.

Les chefs d'accusation comprennent l'incitation à la corruption et à la prostitution, troubles à l’ordre public, rassemblement contre le régime, insulte contre le Guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei.

L'avocate et militante des droits humains, récompensée en 2012 par le Prix Sakharov, a été plusieurs fois emprisonnée dans des conditions effroyables pour son engagement. Ses luttes comprennent celle contre la peine de morts pour mineurs (73 exécutés entre 2005 et 2015), la persécution des journalistes et des avocats dissidents, dont Shirin Ebadi, lauréate du Prix Nobel. Les accusations de rassemblement contre le régime et troubles à l'ordre public se réfèrent à sa participation active à la création de la campagne 'Un Million de Signatures' en 2005 ainsi qu’au Mouvement Vert de 2009, opposant la réélection de Mahmoud Ahmadinejad et prélude aux révolutions arabes.

Ses prises de position en faveur de manifestations féministes sont les plus connues en Occident et constituent l'incitation à la corruption et à la prostitution. Elle a défendu de nombreuses femmes qui ont refusé de porter le hijab, voile obligatoire en Iran, et elle est même parue tête nue devant ses propres juges.

En attendant, le lendemain de la condamnation, les Nations Unies annonçaient la participation de l'Iran à Commission pour la condition des femmes, instance chargée de juger les violations contre les droits des femmes. L'Iran siège désormais aux côtés de l'Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Qatar et le Koweït qui forment le bloc idéologiquement le plus fort parmi les 45 membres. Peut-on voir dans la condamnation de Nasrin Sotoudeh, la prémonition du devenir des droits de la moitié de la population de la planète sous l'égide de ce groupe de travail bien particulier ?

Au sommet annuel des activistes féminins (CSW 63) qui se tient actuellement aux Nations Unies à New York, la présidente de l'Assemblée Générale, María Fernanda Espinosa déclarait le 12 mars dernier que les droits des femmes traversaient une régression mondiale désastreuse. Si en 2015 on pouvait espérer que la disparité entre droits masculins et féminins serait éradiquée d'ici 30 ans, au rythme actuel il nous faudra 107 ans.

 La condamnation de Nasrin Sotoudeh est d'une gravité extrême pour les libertés civiles de la population iranienne et celle du Moyen-Orient. Elle rappelle néanmoins l'urgence d'une vigilance accrue pour la préservation de la démocratie et des droits humains, en particulier ceux des femmes dans le monde entier. Des gouvernements populistes de droite en Europe de l'Ouest et de l'Est, tout comme en Amérique du Nord et du Sud se sont attaqués aux droits de base des femmes que l'on croyait longtemps acquis. Il en est de même dans de nombreux pays musulmans régis par des gouvernements islamistes.

Nasrin Sotoudeh est le symbole vivant de nos luttes et de nos espérances pour un monde qui ne doit pas sombrer dans l'obscurantisme. L'Iran a déjà été contraint, devant la pression mondiale, de faire marche arrière lors de précédentes condamnations d'activistes. Chacun de nous peut et doit agir.

 #FreeNasreen

 Pétitions en cours :

https ://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/iran/docs/2019/liberte-pour-nasrin-sotoudeh

 https ://www.change.org/p/lib%C3%A9rez-l-avocate-iranienne-nasrin-sotoudeh-freenasrin

 

Carol Mann, sociologue, spécialiste de genre et conflits armés, chercheure associée LEGS du (Laboratoire d’études de genre et de sexualité),
Université Paris 8, directrice de l’association et Think-Tank 'Women in War' (www.womeninwar.org)

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.