Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

36 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2015

Vers un deal Merkel-Erdogan mortifere?

Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Demain la présidente de l'Allemagne,Angela Merkel arrive en Turquie pour négocier avec le président turc Erdogan un deal aussi opportuniste que dangereux.  Celui- ci se résume à la transaction suivante: si la Turquie accepte de garder les réfugiés syriens sur son sol actuellement (deux millions environ)  Mme Merkel consent à faciliter l'entrée de la Turquie  dans l'UE, améliorant les conditions de voyage pour les ressortissants turcs. Avec un don de trois millions d'euros comme preuve de bonne volonté.

Si la droite allemande approuve, ce deal est invraisemblable à tous les niveaux. Premièrement, a-t-on seulement demandé leur opinion aux Syriens? Si les conditions étaient correctes, sûrement ils préféreraient rester plus proches de chez eux en Syrie. Seulement, les conditions sont effroyables en Turquie. il est interdit aux chercheurs et aux ONG d'enquêter dans les camps, les récits qu'en font les rescapés sont terrifiants: l'ambiance y est militaire, les jeunes filles y seraient vendues, les seules écoles sont coraniques. Ce qui mériterait une enquête de la part du gouvernement allemand et des autres avant de signer quoique ce soit, avant d'investir trois millions d'Euros dans un pareil projet. Au risque de se retrouver avec une situation comme celui du camp nazi de Theresienstadt visité et approuvé par la Croıx Rouge en 1944.

 Ensuite, il est évident que cette visite au plus haut niveau en période pre-électorale signifie un soutien de poids à la candidature du représentant du AKP, parti islamo-conservateur dont les rapports directs avec Daech ne sont plus à prouver.

 Finalement, M. Erdogan l'a dit plus d'une  fois, il avait l'intention d'installer les réfugiés dans la zone tampon frontalière entre la Turque et la Syrie, avec l'accord du Présıdent Hollande ce qui signifie à court terme, le blanc seing européen pour détruire le seul projet social laïque et démocratique de la région, soit le Kurdistan syrien, le Rojava.

Il est impératif de réagir immédiatement , car un deal de ce genre est dangereux pour l'avenir de l'Europe et à moyen terme de la planète 

Carol Mann, sociologue, présidente de www.womeninwar.org, écrivant ce billet à partir d'Istanbul avec des amıs turcs qui ne peuvent pas sıgner en leur nom, la presse etant muselée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat