Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2015

Vers un deal Merkel-Erdogan mortifere?

Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Demain la présidente de l'Allemagne,Angela Merkel arrive en Turquie pour négocier avec le président turc Erdogan un deal aussi opportuniste que dangereux.  Celui- ci se résume à la transaction suivante: si la Turquie accepte de garder les réfugiés syriens sur son sol actuellement (deux millions environ)  Mme Merkel consent à faciliter l'entrée de la Turquie  dans l'UE, améliorant les conditions de voyage pour les ressortissants turcs. Avec un don de trois millions d'euros comme preuve de bonne volonté.

Si la droite allemande approuve, ce deal est invraisemblable à tous les niveaux. Premièrement, a-t-on seulement demandé leur opinion aux Syriens? Si les conditions étaient correctes, sûrement ils préféreraient rester plus proches de chez eux en Syrie. Seulement, les conditions sont effroyables en Turquie. il est interdit aux chercheurs et aux ONG d'enquêter dans les camps, les récits qu'en font les rescapés sont terrifiants: l'ambiance y est militaire, les jeunes filles y seraient vendues, les seules écoles sont coraniques. Ce qui mériterait une enquête de la part du gouvernement allemand et des autres avant de signer quoique ce soit, avant d'investir trois millions d'Euros dans un pareil projet. Au risque de se retrouver avec une situation comme celui du camp nazi de Theresienstadt visité et approuvé par la Croıx Rouge en 1944.

 Ensuite, il est évident que cette visite au plus haut niveau en période pre-électorale signifie un soutien de poids à la candidature du représentant du AKP, parti islamo-conservateur dont les rapports directs avec Daech ne sont plus à prouver.

 Finalement, M. Erdogan l'a dit plus d'une  fois, il avait l'intention d'installer les réfugiés dans la zone tampon frontalière entre la Turque et la Syrie, avec l'accord du Présıdent Hollande ce qui signifie à court terme, le blanc seing européen pour détruire le seul projet social laïque et démocratique de la région, soit le Kurdistan syrien, le Rojava.

Il est impératif de réagir immédiatement , car un deal de ce genre est dangereux pour l'avenir de l'Europe et à moyen terme de la planète 

Carol Mann, sociologue, présidente de www.womeninwar.org, écrivant ce billet à partir d'Istanbul avec des amıs turcs qui ne peuvent pas sıgner en leur nom, la presse etant muselée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l'Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ».
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne qui inspire de plus en plus de défiance aux formations politiques. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille