Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2015

Mort suspecte d'une journaliste à Istanbul

Carol Mann
Sociologue spécialisée dans la problématique du genre et conflits armés, chercheure associée au LEGS (Paris 8), directrice de 'Women in War'.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Durant la semaine du 19 octobre dernier, quelques rares articles, surtout dans la presse britannique, rapportaient la mort de la journaliste britannique Jacky Sutton dont le cadavre aurait été retrouvé par des touristes russes dans les toilettes de l'aéroport Ataturk d'Istanbul. Trois jours après le décès, avant la mise en place d'une enquête sérieuse, la famille de Ms Sutton se disait satisfaite des conclusions de la police turque, à savoir qu'il s'agissait d'un suicide par pendaison. L'éminente agence de presse que Jacky Sutton représentait en Irak, IWPR, the Institute for War and Peace Reporting emboîtait le pas, déclarant que "Jacky a agi seule" .

Un pesant silence s'est abattu sur la presse internationale au sujet de cette situation, même si une certaine presse (de gauche) turque a révélé de nombreuses zones d'ombre.

Et pourtant, ce drame pose la question du devenir des journalistes et des opposants tant locaux qu’étrangers qui expriment leur opposition à la politique intérieure et extérieure de la Turquie et de ses alliés, y compris Daech.

Le dix septembre dernier la journaliste néerlandaise Fredericke Geerdink avait été arrêtée puis expulsée de Turquie, accusée d'avoir aidé des militants kurdes, alors qu'elle effectuait un reportage sur les brutalités policières au sud-est de la Turquie. Elle doit être entendue par une cour de justice turque. Deux journalistes de Vice News Jack Hanrahan et Philip Pendbury avaient connu le même sort, après avoir été arrêtés et emprisonnés pour 'terrorisme'. Leur collègue irakien, Mohammed Ismael Rasool, n'a pas été relâché. La répression de la presse turque d'opposition au AKP, le parti islamo-conservateur du président Erdogan est devenue routinière, les bureaux incendiés, les journalistes et rédacteurs arrêtés, voire torturés, ce qui constitue le sujet d'un livre qui vient de paraître par Fredrike Geerdinke sur la liberté de la presse en Turquie. Jusqu'à maintenant, les journalistes étrangers étaient relatvement peu concernés.

Cependant, il y avait des signes avant-coureurs. Il y a un an, Serena Shim, journaliste libano- américaine, correspondante des médias iraniens en Turquie, avait trouvé la mort dans un accident de voiture troublant, près de Suruç. Elle avait reçu des menaces du gouvernement turc après avoir filmé des convois de militants islamistes passant de Turquie vers la Syrie, ce qui a été confirmé par d'autres suppports par la suite.

 Jacky Sutton était âgée de 50 ans, elle travaillait dans la région depuis de nombreuses années, en particulier sur la formation des femmes journalistes en Afghanistan et en Irak, sujet de sa thèse de doctorat qu'elle était en train de compléter à l'université nationale australienne. Elle avait accepté le poste de directrice locale de la prestigieuse IWPR qui soutient les journalistes indépendants dans les zones de guerre. Sutton succédait au directeur précédent, Ammar Al Shahbander, assassiné à Baghdad le 2 mai dernier et revenait juste de la commémoration de ce décès à Londres. Elle transitait par Istanbul pour se rendre à Erbil. Elle avait décidé d'orienter son travail vers la déconstruction de la propagande de Daech contre les femmes et la critique acerbe de ses rouages. Nos chemins, celui de Jacky et de moi-même, s'étaient croisés  jadis en Afghanistan, nous partagions les mêmes revendications concernant la primauté des droits humains, le même engagement féministe. Quand on a bravé les Talibans et Daech et tous ceux qui leur ressemblent, on est engagé dans la lutte contre l'injustice à vie...

Que s'est-il passé à l'aéroport d'Istanbul ? J'ai moi-même pris l'avion à l'aéroport Ataturk il y a trois jours et je suis allée inspecter - autant que possible - les toilettes des femmes sur place. Le modèle semble être le même partout: le seul crochet est celui, en aluminium, destiné au sac à main et les lumières sont encastrées. Se pendre dans ces circonstances paraît complètement impossible. Peut-on encore parler de suicide?

Je n'oserais accuser qui que ce soit, mais il est certain la mort d'une journaliste et activiste féministe survenue dans des circonstances aussi douteuses sur le territoire turc ne saurait être considérée sans une réflexion approfondie.  Evoquer le soutien de la Turquie pour Daech, sa guerre ouverte contre toute forme d'opposition au régime, comme l'opacité de toute enquête de la part des autorités locales concernant une mort suspecte ne constituent guère un scoop. Pourtant la mort de Jacky Sutton, comme celle de Serena Shim  aurait dû être commentée et décryptée par tous les grands médias, des questions posées, des responsabilités recherchées, au nom du principe de démocratie, de la liberté d'expression des journalistes, des chercheurs, de tout individu qui réfléchit et ose dire 'Non'. tout haut

 Ce silence  somme toute honteux ferait-il partie des concessions consenties par l'Union Européenne à la Turquie, taire tous les abus des droits humains en échange de la prise en charge des réfugiés sur sol turc? Et sacrifier la mémoire d'une éminente activiste féministe engagée dans la lutte active contre l'injustice la plus flagrante ?

Carol Mann, sociologue, directrice de Women in War, Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre