Caroline Broué
Journaliste, productrice radio
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2009

Circulez, y a pas de médecins!

Caroline Broué
Journaliste, productrice radio
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gymnase Paul Gauguin, rue Milton, Paris 9e, mardi 24 novembre, 11h30. Un père et ses deux filles, respectivement 7 et 2 ans, arrivent dans le centre de vaccination et prennent un ticket. Numéro 260. Bon. Attendent déjà des femmes enceintes, des parents avec enfants en bas âge, des personnes fébriles. C’est déjà la deuxième fois que ce père vient là, la veille on lui a répondu après 1h30 d’attente qu’ils étaient en rupture de vaccin sans adjuvant, et qu’ils déconseillaient le vaccin avec adjuvant pour la petite. Ce mardi, en arrivant, une infirmière lui dit qu’ils en ont 300 doses.
Temps d’attente estimé : 2h. Après une première queue de 45mn, il y a des chaises dans le gymnase bondé. Des agents d'accueil sont à l'entrée pour renseigner les arrivants. Ils distribuent les fiches de renseignements qui serviront aux médecins. Ce mardi, ils ne sont que deux, et encore l'une des deux est obligée de s'absenter quelques minutes en fin de matinée car elle se sent mal. Les deux médecins sont épaulés par quatre infirmières qui, elles, vaccinent.

Vers 12h30, les médecins font une pause, méritée certes, mais pendant laquelle la vaccination est donc suspendue.

Vers 13h, le père décide d’emmener ses filles déjeuner. De toute façon, il a son ticket, il ne perdra pas sa « place ». Retour au gymnase à 14h. Déconvenue : seules 20 personnes sont passées depuis qu’il est parti ! Oui, mais avec un seul médecin, c’est sûr, les choses vont moins vite, car les infirmières ne peuvent les remplacer. Les médecins font une consultation, ils posent les questions, remplissent le questionnaire si les demandeurs ne l'ont pas fait pendant leur attente, puis les infirmières piquent le bras des volontaires. Quand en outre il faut trouver dans l'assistance un interprète chinois, le temps d'attente augmente en conséquence.
A 15h, le temps d’attente est d’encore d’environ 1h30. Les petites s’impatientent, mais tout le monde est calme. Ce n’est que vers 16h, quand le personnel du centre veut évacuer les patients après le numéro 230 (ils sont encore une centaine à attendre) que les dents se mettent à grincer. Mais rien à faire : les médecins devaient déjà partir à 12h30 pour l'une (sic), à 16h pour l'autre, la journée a été assez longue comme ça. Les agents d'accueil se font alors videurs pour l'occasion: il faut partir et revenir demain, pas d’inquiétude, tous ceux à qui on remet un nouveau bon passeront les premiers sans faire la queue. Le père, excédé, décide de rester. Il n’a pas attendu 4h30 pour partir sans que la famille soit vaccinée. Ils sont une quinzaine à résister, dont une majorité de femmes enceintes, fatiguées d’attendre.

Enfin, à 16h30, après 5h d’attente, on appelle le numéro 260 : le père passe alors le sas de cartons installés pour l'occasion, et se trouve face au médecin, aimable et attentif malgré la fatigue. Le père remplit sa fiche de renseignements. Il n’est pas question de choisir le vaccin, comme il avait pu l’entendre à la radio. La petite de 2 ans reçoit le Panenza de Sanofi, sans adjuvant. La grande de 7 ans une demi-dose de vaccin avec adjuvant. Idem, en dose entière, pour le père.

En une semaine, la fréquentation des centres de vaccination à Paris a triplé. Ils sont censés pouvoir traiter entre 700 et 1000 personnes par jour. Il va falloir réquisitionner des médecins et étendre les horaires d’ouverture, si la ministre de la Santé veut que les Français continuent de se faire vacciner, sans émeute.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal