Caroline Broué
Journaliste, productrice radio
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 sept. 2010

Quand la musique remplace les mots

En ouvrant hier soir la soirée qu'il organisait à la salle Pleyel à Paris en hommage à Django Reinhardt, Tony Gatlif a eu ces mots : « Ce que nous vivons en ce moment est très dur. Les mots ne passent pas. La musique, elle, sait parler. Nous allons ce soir vous parler avec la musique.»

Caroline Broué
Journaliste, productrice radio
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tony Gatlif © Loll Willems

En ouvrant hier soir la soirée qu'il organisait à la salle Pleyel à Paris en hommage à Django Reinhardt, Tony Gatlif a eu ces mots : « Ce que nous vivons en ce moment est très dur. Les mots ne passent pas. La musique, elle, sait parler. Nous allons ce soir vous parler avec la musique.» Et c'est peu dire que la musique parla en effet pendant plus de deux heures...

Une danseuse magnifique, longs cheveux noirs,robe blanche et claquettes aux pieds, donna tout de suite le ton et le rythmede ce spectacle en l'honneur du grand guitariste né il y a tout juste cent ans,et de son peuple. Django, sourire en coin, clope au bec, moustache effilé,Django créateur du jazz manouche et d'un genre qui a traversé les époques etles frontières. Didier Lockwood, qui assurait la direction musicale de lasoirée, le sait sans doute mieux que personne.

Django Drom est selon son concepteur Tony Gatlif « un film muet où le son est donné par des musiciens qui ont la mêmeorigine que les images filmées ». Il faut dire que dès le début, derrière les six musiciens (Didier Lockwood au violon, Biréli Lagrène et Stochelo Rosenberg et Hono Winterstein à la guitare, Florin Gugulica à la clarinette, Diego Imbert à la contrebasse), était tendu un immense écran. Les images, photographies et extraits de films tirés de la collection personnelle de Tony Gatlif, ont accompagné l'ensemble du concert. Avec un grand art du montage et des effets de styles, jouant sur le noir et blanc et la couleur, les jeux de regard, les visages et les plans larges, le cinéaste a fait le portrait d'un peuple à travers son histoire et sa culture.

Au foisonnement des images a répondu l'inventivité d'une musique à la fois traditionnelle et étonnamment moderne, interprétée par des musiciens géniaux. Aux côtés des premiers sont entrés successivement sur la scène : un accordéonniste (Emy Dragoï), une violoniste (extraordinaire Fiona Monbet qui fêtait ses 21 ans) et six autres guitaristes. Un rythme joyeux et endiablé entrecoupé de quelques moments suspendus d'une rare beauté grâce à la voix sublime de Norig et à la danse de Karine Gonzalez.

Tout fut effectivement dit, à l'écran et sur la scène, en images et en musique : la gaieté et la puissance rassembleuse des mélodies tsiganes, mais aussi la mélancolie et la profondeur d'une musique omniprésente dans leur culture (les violons et les guitares sont sur toutes les photos ou presque); la permanence des traditions, la place des femmes, le rôle de la danse, du cirque, la présence des animaux (et pas des poissons rouges: des lions, des ours, des singes et des chevaux...), etc. Autrement dit, les images d'archives ont retracé en musique l'histoire et la culture d'un peuple sauvage, non d'un peuple de sauvages, un peuple dont la principale qualité est peut-être la liberté, cette liberté qui a toujours fait peur aux gens installés, comme on le voit dans le dernier long métrage de Tony Gatlif intitulé précisément Liberté.

Le point d'orgue de cette magnifique soirée fut sans conteste l'interprétation tsigane du Boléro de Ravel. Audacieux, surprenant, mais servi par des musiciens hors pair. Une musique entêtante et vivante, à l'image de la danse de Karine Gonzalez, qui reproduisait sur scène les tours que l'on voyait à l'écran. Ses mouvements tantôt saccadés tantôt continus inspiraient à eux seuls trois mots : grâce, fierté, liberté.

© 

Le programme encliquant ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener