carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2011

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Lettre à mes amies et amis féministes

Chères amies, chers amis,A trois jours du second tour des primaires citoyennes, je me permets de vous écrire un message un peu long car je suis convaincue de l'importance de ce scrutin pour l'égalité femmes - hommes.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chères amies, chers amis,
A trois jours du second tour des primaires citoyennes, je me permets de vous écrire un message un peu long car je suis convaincue de l'importance de ce scrutin pour l'égalité femmes - hommes. Quel que soit celui ou celle pour qui vous voterez au premier tour de l'élection présidentielle, vous pouvez dès dimanche faire en sorte que la candidate du principal parti de gauche soit une candidate féministe.

Militante féministe depuis maintenant près de 10 ans, j'ai le sentiment de vivre un moment particulier. L'aspiration à l'égalité, à faire reculer la précarité, à en finir avec les violences faites aux femmes ne cesse de grandir dans notre pays, grâce aux mobilisations féministes. Et, pour la première fois depuis longtemps, j'ai le sentiment que ces exigences trouveront un réel débouché politique si la gauche remporte les élections présidentielles. Dans tous les partis, qu'il s'agisse d'Europe Ecologie Les Verts, du Front de Gauche ou du Parti Socialiste, l'égalité femmes - hommes est devenu un sujet central - quand il ne l'était pas déjà depuis plusieurs années.

Ce qui change aujourd'hui, c'est que cette aspiration rencontre enfin la volonté politique d'une responsable de premier plan, Martine Aubry, qui pourrait être la première femme Présidente. Elle reprend dans son projet nombre de revendications du mouvement féministe et l'a rappelé mercredi soir lors du dernier débat télévisé : "Nous consoliderons les droits des femmes aujourd'hui remis en cause, nous combattrons les violences faites aux femmes, il n'y aura plus un endroit où les femmes ne pourront être. Quand on s'attaque aux inégalités femmes - hommes, on s'attaque à toutes les autres inégalités" (retrouvez sa conclusion en vidéo ici).

Des dizaines de militantes et militants l'ont d'ailleurs rejoint et publient un texte "Pour faire gagner l'égalité, c'est Martine Aubry qu'il faut voter", appelant à se mobiliser pour le 16 octobre.
Si j'ai choisi à titre personnel, de m'engager à ces côtés, c'est pour plusieurs raisons :
> Martine Aubry a choisi de placer l'égalité femmes - hommes au coeur de son projet politique. Il s'agit pour elle d'un enjeu de civilisation. Remettre la société sur les rails du progrès social ne pourra passer que par des mesures permettant l'émancipation des femmes et donc l'émancipation de tous. Pour y parvenir, elle rétablira un Ministère des Droits des Femmes de plein exercice en 2012.

> Pour l'égalité professionnelle, Martine Aubry propose d'agir sur les salaires, les emplois, les contrats de travail afin de s'attaquer pour de bon à la précarité. Un projet de loi, rédigé avec l'aide de Rachel Silvera, chercheuse et s'appuyant sur les revendications des syndicats, est d'ores et déjà disponible. Retrouvez le ici.
> Contre les violences faites aux femmes, Martine Aubry avait oeuvré lorsqu'elle était au gouvernement pour rendre possible l'enquête ENVEFF. Aujourd'hui, Martine Aubry s'engage à appliquer la loi de juillet 2010 et à pallier ses insuffisances en prenant appui sur la "loi cadre" portées par les associations féministes. Elle propose également la création d'une Haute Autorité contre les Violences faites aux Femmes afin de garantir un fonctionnement de la justice qui permette que la parole des femmes soit entendue (voir le billet de Nathalie Bajos sur ce sujet). Martine Aubry refuse la marchandisation des corps et s'engage pour l'abolition du système prostitueur.
> Sur la parité, Martine Aubry s'engage pour le non-cumul des mandats, qui permettra de partager les responsabilités aujourd'hui à faire respecter la loi en supprimant complètement les subventions aux partis qui ne respectent pas la parité. Il faudra aller plus loin en incluant par exemple la parité des responsabilités dans les conditions à respecter pour les entreprises qui répondent à un appel d'offre de l'Etat.
> Sur le droit à disposer de son corps, Martine Aubry, qui a été à l'origine de la loi de 2001, s'engage à ce que chaque stucture hospitalière dispose d'un centre IVG. Les médecins doivent être formés et les femmes doivent pouvoir choisir librement entre la méthode médicamenteuse ou chirurgicale.
> Dans tous les domaines où les inégalités persistent, Martine Aubry s'engage : création de 500 000 places d'accueil pour la petite enfance, égalité des sexualités et des familles, éducation à l'égalité et à la sexualité dès le plus jeune âge...
Nous avons une occasion unique de placer une femme en position d'être élue Présidente de la République en 2012. L'élection d'une femme de gauche, qui place l'émancipation des femmes au coeur de son projet de transformation de la société, permettra de faire évoluer les mentalités et d'avancer sur le chemin de l'égalité.
Ne laissons pas passer cette chance !
Caroline De Haas
Chargée avec Françoise Héritier des Droits des Femmes dans l'équipe de campagne de Martine Aubry
> Retrouvez le texte "Pour faire gagner l'égalité, c'est Martine Aubry qu'il faut voter"
> Lisez et diffusez les propositions de Martine Aubry pour l'égalité
> Retrouvez le billet de Patric Jean et l'article de Marie Darrieussecq appelant à soutenir Martine Aubry

>> Pour savoir où et comment voter, rendez-vous ici <<

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada