La butte rouge migratoire © Nicolas Lambert La butte rouge migratoire © Nicolas Lambert

Depuis le début des années 1990, 40 000 migrants sont morts ou portés disparus en essayant de rejoindre l’Union européenne, soit l’équivalent de la population d’une ville comme Arras, Compiègne ou Valenciennes [voir]. Noyés en mer au large de Lampedusa, morts asphyxiés dans un camion en Autriche, morts de faim dans le désert saharien ou percutés par un train dans le tunnel sous la Manche, ces drames, plus ou moins médiatisés, n’ont de cesse de se succéder. En nous appuyant sur les recensements effectués par les associations, les journalistes (1) ou par les organisations internationales (2), une cartographie de la frontière migratoire a pu être réalisée régulièrement par le réseau Migreurop. Représentée en 3 dimensions, cette carte des “morts aux frontières” nous donne à voir un nouveau paysage fait de plaines, de collines et de montagnes. C’est la ‘butte rouge’ migratoire, référence explicite à la chanson anti-guerre et révolutionnaire de Gaston Brunswick dit Montéhus (1872-1952) [écouter] , clin d’œil engagé nous appelant à nous opposer à cette guerre létale menée par l’Union européenne contre les damnés de la mer.

Billet publié initialement sur le site The Conversation le 19 avril 2017, sous le titre "Les noyés de la mer Méditerranée" [voir].

Notes

(1) A l'heure où j'écris ces lignes le journaliste italien Gabriele Del Grande qui, à travers son blog fortress Europe [voir ] a fortement contribué à alerter l'opinion publique sur cette hécatombre migratoire en Méditerranée, est retenu en Turquie par les autorités.  Il a été arrêté près de la frontière syrienne tandis qu’il préparait son prochain livre. Il a commencé une grève de la faim. 

(2) En particulier l'organisation United Againt Racism (http://www.unitedagainstracism.org/)

Méthodologie

La méthode utilisée pour réaliser cette carte - le potentiel - est une méthode de généralisation spatiale développée dans les années 1940 par le physicien John Q. Stewart (1942), par analogie avec le modèle gravitaire, intégrant une fonction d’interaction basée sur la distance. En cartographie thématique, cette méthode permet notamment  de simplifier et mettre en évidence les structures spatiales. 

Références



 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.