cartographe encarté
Cartographe et communiste
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2019

Le 26 mai, votons Ian Brossat pour reconstruire la gauche

Il y deux ans à peine, la gauche était absente du second tour de l’élection présidentielle pour la deuxième fois sous les institutions de la cinquième République. On a trop banalisé cet événement. Il est temps de reconstruire une gauche digne de ce nom dans notre pays. Première étape : voter le 26 mai pour la liste conduite par Ian Brossat aux élections européennes.

cartographe encarté
Cartographe et communiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 7 mai 2017, il y deux ans à peine, la gauche était absente du second tour de l’élection présidentielle pour la deuxième fois sous les institutions de la cinquième République. On a trop banalisé cet événement majeur. Aujourd’hui la gauche est au tapis, éparpillée façon puzzle au point même que certains refusent de « s’enfermer dans ce mot qui n’a plus de sens ». Pourtant, quels que soient les trahisons et renoncements indéniables opérées sous le quinquennat Hollande - que le PCF a d’ailleurs combattu de bout en bout -, le clivage gauche-droite reste une grille de lecture pertinente pour notre société.

C’est quoi la gauche ?

Les termes droite et gauche en politique remontent à la Révolution française. Le 28 août 1789, les députés étaient amenés à se prononcer sur le veto royal à la Constituante. Les députés opposés au veto du roi étaient invités à se regrouper à gauche du président du bureau, tandis que les partisans du veto royal devaient se placer à droite. L’origine même de la gauche est donc issu d’un processus révolutionnaire basé sur l’idée du pouvoir au peuple. L’idée de gauche, c’est la force du nombre contre un pouvoir dominant minoritaire.

Depuis, la vie politique française s’est construite autour de ce clivage. La gauche, c’est les congés payés avec le front populaire en 1936, la sécurité sociale en 1945 avec le programme du CNR et le ministre Ambroise Croizat, la réduction du temps de travail, la régularisation des sans papiers, les retraites, les services publics, etc. La gauche, c’est tous les conquis que les politiques de droite ne cessent d’essayer de rogner et défaire. Faire la retraite à 60 ans et défaire la retraite à 60 ans ce n’est quand même pas la même chose. Développer les services publics et réduire le nombre de fonctionnaires, c’est exactement le contraire. Réduire le temps de travail ou promouvoir le travailler plus pour gagner plus, c’est deux visions de la société. Et si certains partis classés à gauche comme le PS ou EELV sont traversés de part en part par le clivage gauche-droite, cela ne remet pas pour autant en cause l’essence même de ce clivage. Il est donc temps de reconstruire une gauche de combat, sincère et offensive. Car tout autre clivage qui viendrait se substituer à celui-là (nouveau monde vs ancien monde, mondialisme vs nationalisme, etc.) ne reviendra en réalité qu’à conduire petit à petit le Front National (RN) au pouvoir. Nous ne nous résoudrons jamais à une telle perspective.

Reconstruire la gauche

Reconstruire la gauche après son effondrement sous le quinquennat Hollande est donc l'enjeu majeur des années à venir. Ca tombe bien, redonner des couleurs à la gauche au-delà de ces élections européennes, c’est justement le cap que s’est fixé le PCF, qui compte bien être un des moteurs de cette reconstruction. 

© pcf

Dans cette reconstruction nécessaire de la gauche, le PCF peut être un repère. Et cela pour plusieurs raisons :

Une gauche de transformation sociale

A travers l’Histoire, le PCF a été présent dans tous les combats pour le progrès social. Aucune avancée sociale dans ce pays ne s’est faite sans le PCF. Aujourd’hui, le parti communiste propose un SMIC net à 1400 € et l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Il propose de prélever l’impôt à la source pour les profits multinationales, interdire les paradis fiscaux dans l’Union européenne et réorienter l’argent de la banque centrale vers les services publics, dé-financiariser l’économie en nationalisant une ou deux grandes banques françaises, sécuriser tous les parcours professionnels avec la SEF pour mettre fin au chômage et la précarité, donner aux salariés des droits nouveaux dans les entreprises, redéployer une véritable démocratie sociale avec une sécurité sociale pleine et entière, etc.. Nous ne résumerons pas ici l’ensemble des travaux et propositions du PCF. La littérature est abondante et détaillée dans tous ces domaines, je vous y renvoie.

© franceinfo

Une gauche écolo

Loin des caricatures qu’on lui attribut souvent, le PCF est depuis longtemps converti à l’écologie. Et si certains ont en tête l’image d’un PCF productiviste (il faudrait d’ailleurs définir ce mot), c’est que le PCF a justement beaucoup travaillé sur la question de la production. Raison pour laquelle, il y inclut depuis longtemps la dimension écologique. Le communisme, c’est la mise en commun et le partage. C’est l’organisation collective. Comment ne pas voir, en effet, de lien avec les transports en communs ou le partage nécessaire des ressources naturelles limitées. D’ailleurs, Marx lui même avait déjà pointé du doigt, avant beaucoup d’autres, cette question. Les convergences sur ce point sont donc tout à fait évidentes et ont lieu d’ailleurs souvent dans la rue ou au parlement européen.

© pcf
© pcf

Une gauche sincère

Le PCF c’est des milliers d’hommes et de femmes qui se battent au quotidien, non pas pour leur pomme individuelle, mais pour les intérêts collectifs des classes populaires. Le PCF c’est une force militante énorme. Nous sommes présents partout sur le territoire. Et si on considère le montant de la cotisation des adhérents, c’est même le premier parti de France [voir].

© teamenmarx

De plus, le PCF c’est aussi des milliers d’élus pour lesquels une règle simple s’applique. Cette règle, définie dans nos statuts, stipule qu’au PCF, personne ne s’enrichit avec la politique. Tout élu reverse au parti la part de ses indemnités qui lui procurerait une augmentation de revenu par rapport à son salaire avant d’être élu. Cette règle vertueuse qu’aucun autre parti ou organisation ne met en œuvre, s’applique à tous, y compris à Ian Brossat. Voter PCF le 26 mai, c’est la certitude de voter pour des gens qui se battent par conviction et non pour le montant de leurs indemnités. Tout le monde ne peut pas en dire autant.

Une gauche cohérente

Le PCF c’est aussi une gauche cohérente. C’est une gauche qui s’est opposée à tous les traités européens libéraux à commencer par celui de Maastricht. Nous n’avons pas changé d’avis en cours de route. Et comme l’a dit Ian Brossat mercredi sur France 2, « Quand je vois que ceux qui ont voté tous les traités ultralibéraux, de Maastricht au TCE, dire qu'ils sont contre la concurrence libre et non faussée, ce sont des faux-culs, ce sont des hypocrites. Nous, nous avons rejeté tous ces traités. ».

© lepolitique

Sur cette question de la cohérence, cette interview de Francis Wurtz (ancien député européen PCF) de 1992, au moment du traité de Maastricht est tout à fait éclairante. Avions-nous tort ? Ou raison ?

© cinearchives

Une gauche populaire

Dans notre pays, les ouvriers représentent encore 20 % de la population. Il y a plus d’ouvriers de que cadres en France. Pourtant, ceux-ci sont éjectés des grandes villes, où ils n’ont pas les moyens de se loger, et sont invisibles dans les médias et les institutions. Tout comme d’ailleurs les habitants des quartiers populaires, souvent issus de l’immigration. C’est autour de ces invisibles, de ces déclassés, de ces oubliés que nous devons reconstruire la gauche. Car la gauche c’est çà. C’est la voix des classes populaires qui aujourd’hui, ne vont plus voter. Cela, le PCF l’a bien compris. En plaçant Marie-Hélène Bourlard (ouvrière textile du Nord) en 2e position sur sa liste aux européennes, le parti propose pas moins que de faire élire la première femme ouvrière française au parlement européen depuis 30 ans. Ca vaut le coup de se battre.

© pcf

 Une gauche utile et unitaire

On reproche souvent aux communistes ses alliances aux élections locales et notamment avec le PS. Vu ce qui a été dit plus haut sur le quinquennat Hollande, cette critique peut s’entendre. Pourtant, force est de constater que les communistes élus locaux font du bon boulot. Cette envie d’être utile les poussent à agir concrètement pour les classes populaires. Développer des services publics, des solidarités locales, de l’alimentation bio, la culture, etc. Développer des logements sociaux aussi, comme le fait Ian Brossat à Paris. Plus de 100 000 logements sociaux ont été construits à Paris depuis 2001. Sacré bilan. Nos élus ne chôment pas.

© qofficiel

Dimanche 26 mai, le bulletin de la reconquête à gauche, c’est le bulletin Ian Brossat ! 

Voter Ian Brossat le 26 mai, c’est la première pierre de cette reconquête. C’est la première étape pour redonner des couleurs à la gauche. Et dès le lendemain des élections, nous tendrons la main aux autres forces comme nous l’avons toujours fait. Sans compromission. Avec détermination. Sans céder sur nos combats et nos valeurs. Car tendre la main, c’est toujours ce qui a caractérisé le PCF, y compris quand il était au somment de sa puissance. Et c’est justement grâce à cet esprit unitaire que nous avons pu construire les avancées sociales dans notre pays, que la droite détruit systématiquement dès qu’elle est au pouvoir, malgré les résistances nombreuses des travailleurs.

Il s'agit maintenant de relever la tête, de repartir à l'offensive et reprendre ce qui nous a été volé. Reconstruire une gauche de combat pour remettre en marche le chemin du progrès social. Dans ce combat, vous pourrez compter sur nous. PCF is back ! 

© nico_lambert

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain