casanier
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juil. 2021

ASSASSINAT de ROBERT BOULIN : la PIECE MANQUANTE

Le 17 juin 2021, Me Marie Dosé et sa cliente Fabienne Boulin-Burgeat assignent l’ Etat pour « faute lourde » dans la recherche de la vérité sur la mort de Robert Boulin. Elles soulignent, preuves à l’appui, « le dépérissement délibéré des preuves,(…) incluant la mort de témoins souhaitant être entendus depuis 2015, (…) et ne l’ayant pas été avant leur décès ».

casanier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'émission de Franceinter, secrets d'info, (21/5) sur la mystérieuse banque De Lubac, dresse un portrait à l'eau forte de son administrateur de pointe, Jean-François Etienne des Rosaies .

La trajectoire de Jean-François Etienne des Rosaies, atypique dés l’adolescence, connait une inflexion marquante au cours des années 80.

Un "blouson doré"

Malgré sa présence sur la liste des élèves de l’ école Alsacienne et du Collége Bossuet, établissements fréquentés par les enfants de l’élite, pas moyen de décrocher le baccalauréat. Il y a sûrement des explications à ce cas unique dans les annales de ces établissements trés haut de gamme.
Qu’à cela ne tienne, J-F Etienne des Rosaies s'inscrit à l’Ecole technique militaire de l’armée de l’air (ETAA). Son brevet n'est ni celui d'un pilote, ni d'un mécano, ni d'un radio, et n'apporte aucune équivalence au baccalauréat.

UNE TRAJECTOIRE ECHAPPANT AUX LOIS DE LA GRAVITE

En 2021, cette même ETAA continue ses efforts de recrutement, sans niveau minimum requis,  ni test . Seule la visite médicale peut barrer la route à une carrière sans attrait ni avenir.

Pas de bac, ni d'expérience administrative.  Pas de quoi empêcher Charles Pasqua, alors ministre de l'Intérieur du Président Mitterrand, de nommer  Jean-François Etienne des Rosaies préfet de la Meuse, en 1987. Moins d'un an aprés sa nomination, Jean-François Etienne des Rosaies quitte la préfecture de Bar le Duc, avec le titre enviable et  fort utile de "préfet hors-cadre", l'objectif de la manoeuvre...

Quelle contrepartie à cette faveur exceptionnelle ?

quel exploit convenait-il de récompenser ainsi ?

Pas si fier de cette nomination, M. Pasqua s'arrangea pour que le décret de nomination -pris en Conseil des Ministres- du nouveau préfet, soit signé par Robert Pandraud, son Secrétaire d'Etat.

Plus improbable encore, le nid douillet attribué dans les murs du Palais de l'Elysée  à Jean-François Etienne des Rosaies,  préfet hors cadre.

Nicolas Sarkozy, président de la République, Claude Guéant, Secrétaire général de L'Elysée, ne pouvaient ignorer à quel genre d'oiseau ils offraient le gîte et le couvert.

Pourquoi prendre un tel risque ?

C'est du nid douillet de l'Elysée qu'a éclos la Kazakhgate, toujours en cours d'investigation par la justice française, faisant suite à de longues investigations de la justice belge.

Quelle épée de Damoclès le préfet hors cadre Jean-François Etienne des Rosaies fait il planer au-dessus de MM. Sarkozy, Pasqua et Guéant ?

Ces faits incontestables -la nomination à la haute fonction de Préfet, et l'accueil dans les murs de l'Elysée du préfet hors cadre Jean-François Etienne des Rosaies pendant le quinquennat Sarkozy- induisent que la santé du breveté de l' ETAA , est, depuis son départ de l'Elysée en 2012, scrutée comme  le lait sur le feu par des gens ne souhaitant pas que les archives trés personnelles de M. des Rosaies tombent dans le domaine public.

LE KAZAKHSTAN AVANT LA KAZAKHGATE

Avant de revêtir l'uniforme de préfet, Jean François Etienne des Rosaies fréquentait déjà assidument le Kazakhstan, dictature prédatrice post-soviétique, dont le sous-sol regorge de précieuses ressources.

les séjours dans cette république d'Asie centrale du breveté de l'ETAA seraient difficiles à compter, même pour un spécialiste du tracking.

Car aux vols réguliers entre Paris et plusieurs cités kazakhes, s'ajoutent les vols en jets privés des oligarques.

Il y eût  au Kazakhstan l'époque dorée, quand, avec son complice le duc Aymeri de Montesquiou, inamovible sénateur du Gers, -et comme Jean-François Etienne des Rosaies, administrateur surpayé de la curieuse banque De Lubac- étaient reçus par tout ce qui comptait au Kazakhstan. (M. de Montesquiou a été radié du Sénat et mis en examen pour escroquerie dans l'affaire semi-dormante de la Banque De Lubac),

Au cours d'un de ces séjours, au Kazakhstan, dans un lieu et à une date non précisés, (2007 ou postérieure) plusieurs sources indépendantes ont fait état des mêmes propos tenus par Jean-Françoi Etienne des Rosaies lors d'une soirée réunissant des personnes francophones, parmi celles-ci des ressortissants kazakhs, "Je les tiens, Pasqua, sarkozy, Guéant, l'assassinat de Boulin, j'ai toutes les preuves. J' y étais dans la forêt, la nuit du 29 au 30 octobre 1979."

Haut Catharistan, dimanche 4 juillet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS