Le feu d'artifice mediatique sur l'assassinat de Boulin est déclenché dans la soirée du 7 juin par le pilonnage des révélations de Benoit Collombat sur Franceinfo-Franceinter et la mise en ligne de 20 minutes exposant le contenu de deux témoignages recueillis par la juge d'instrution versaillaise Aude Montrieux.

A la différence des épisodes précédents dans la couverture des rebondissements de l'Affaire Boulin, le scoop de Benoit Collombat et Vincent Vantighem est repris sans restriction par les medias mainstream, du Figaro au Monde, en passant par l'Obs et l'Express, BFMTV ... Alors qu'il s'agit manifestement du prélude à la reconnaissance judiciaire de l'assassinat de Robert Boulin. 

La plupart de ces mêmes medias avait colporté, pendant des années avec empressement la "version suicide" de la mort de Robert Boulin,  devenue, par le non-lieu signé par la juge Laurence Vichnievsky en 1991, la "vérité judiciaire du suicide" . Cette version officielle et judiciaire de la mort de Boulin était de fait caduque depuis l'ouverture au TGI de Versailles d'une information pour enlèvement et séquestration ayant entrainé la mort, à l'été 2015.

Ce retournement dans l'affaire Boulin, un virage à 180° enfin imposé par les faits, a de nombreuses et graves implications qui vont bien au-delà de l'homicide perpétré sur la personne de Robert Boulin, sciemment maquillé en suicide par une camarilla de décideurs prétendant agir au nom de la raison d'état. 

Il est désormais acquis, que depuis le 30 octobre 1979, des hauts fonctionnaires, des hiérarques policiers, des procureurs ont sur ordre supérieur trahi les devoirs de leur charge. En effet, écarter des témoins de première importance de la procédure ouverte le 30 octobre 1979 pour rechercher les causes de la mort de Boulin, porte un nom : la forfaiture.

L'affaire Boulin -masquer pendant 36 ans les circonstances de la mort du ministre du travail- est une longue chaine de forfaitures.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Oui...et pour une affaire connue, combien passées sous silence... j'abhorre la raison d'Etat, le pire des criminels en la matière, sans foi ni conscience -sans parler de l'honneur...-, avec de pitoyables êtres humains cachés derrière cette "raison" ... à quand l'abolition des ses "privilèges" et toutes les vérités étalées au grand jour ? ! des traitres en fait, oui...