Un mouvement plus du tout « bon enfant »

Etape III du mouvement des gilets jaunes, beaucoup de violences sur les Champs Elysées... appréciées de certains médias.

gilet-jaune2
La semaine dernière je terminais mon billet : Un mouvement « bon enfant » ?  ainsi :

 Jusqu’au 24 novembre, les actions des gilets jaunes ont été qualifiées de « bon enfant » et ont reçu un accueil exceptionnel de la part des chaînes d’information continue ce qui a rapidement donné au mouvement une dimension et une sympathie nationales.  L’audience recherchée était assurée par la forme de la médiatisation : mise en spectacle des actions et des témoignages en s’appuyant sur le côté « bon enfant » des gilets jaunes. 

Une semaine après, le 1er décembre, c’est l’acte III. Le qualificatif de « bon enfant » a définitivement disparu. On ne parle plus de « Français paisibles », mais de « gilets jaunes pacifiques » . On ne parle plus de « Français en colère », mais de « gilets jaunes perturbateurs casqués et encagoulés » voire  d’« émeutiers » qui cassent, brûlent…

Les chaînes d’information continue se régalent et diffusent les images de « scènes de guérillas urbaines », de « chaos », d’« actes de vandalisme et de destruction », de « violents heurts » et des « agressions contre les forces de l’ordre » en boucle tout au long de la journée, de la soirée…

Pas un seul mot de la manifestation contre le chômage et la précarité de la CGT à République rejointe par de nombreux gilets jaunes, ni de celle rendant hommage à Rosa Parks à Nation.

Dés ce lundi, les chaînes d’info continue préparent leur audience pour l’acte IV du samedi 8 décembre. « La situation insurrectionnelle » est mise en avant avec le suspens politique de la parole de Macron et des consultations avec des représentants des gilets jaunes à venir… 

A suivre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.