Catherine Grangeard
psychanalyste, auteure "Comprendre l'obésité" Ed Albin Michel 2012
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 sept. 2012

Catherine Grangeard
psychanalyste, auteure "Comprendre l'obésité" Ed Albin Michel 2012
Abonné·e de Mediapart

Obésité, surpoids et problème mental...

Catherine Grangeard
psychanalyste, auteure "Comprendre l'obésité" Ed Albin Michel 2012
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour... j'étais partie faire un tour. Me revoilà... et tout est pareil. C'est la question du changement qu'il faudrait aborder au fond. Mon activité principale est de recevoir des personnes qui font un trajet pour améliorer leur vie. Parce que je suis psychanalyste, on me consulte. 

Le célèbre Dr Dukan a parlé de "problème mental" en août, puis il a ensuite démenti en disant que la langue anglaise ne lui était pas complètement familière, ... Bon, il avait tout de même accordé une interview dans cette langue à une journaliste. Mais passons, parce que ce n'est pas  ce Dr Dukan qui nous intéresseau fond,qu'il ait ou non commis un lapsus n'est pas vraiment le propos.  Non, ce qui est formidable c'est que l'on puisse parler de problème mental. Vous savez ce que c'est, il suffit que quelqu'un de célèbre dise quelque chose, de bizarre dans sa bouche, pour que ça fasse une traînée de poudre. 

Mais le drame c'est que ça soit si bizarre d'associer mental à excès de poids.

On parle d'anorexie mentale. Pourquoi pas d'obésité mentale ?

Or, dans certains cas, il est clair que ce n'est pas par l'assiette que l'on résoudra ce qui se passe, et ne se maîtrise pas. Ce qui fait sourire c'est que le Dr Dukan, qui a fait fortune avec les régimes, en vienne à considérer le mental ! Parce que c'est tout simplement vrai ! Oui, le mental est prépondérant dans les questions d'alimentation. Tout le monde le sait ! Pourquoi ne s'en préoccupe-t-on pas plus ? Je dirai que ça parait plus compliqué apparemment que de se priver de ceci ou de cela.

Mais bien sûr comme on ne peut pas tenir si le mental s'y met, alors on change de régime ! c'est cela qui serait le véritable changement, ne plus avoir peur de ce qui se passe dans nos têtes. Ensuite, on se disputerait sur les meilleures façons de traiter de mental, évidemment car la dispute est humaine, qu'il y a des modes aussi, etc... Mais déjà on aurait réunifié l'être humain. Plus personne ne pense à un bébé  comme un estomac à remplir. Pour ceux qui ont grandi il faut encore batailler pour une reconnaissance des effets du psychisme sur l'appétît, sur les envies etc... Parce que la faim, tout comme la douleur, est tout à fait relative. On supporte plus ou moins bien. On appelle même faim ce qui est envie...C'est confus et compliqué. On aime simplifier. Alors on compte les calories, on est vraiment dans la comptabilité si vous regardez de près : recettes d'un côté et dépenses de l'autre ! 

Le vrai changement viendra des sciences humaines qui se mêlent du corps. Les psy bien sûr mais aussi les sociologues, par exemple. Pour ceux qui ont lu mon dernier livre, vous savez que les géographes sociaux avec Pédibus ont beaucoup à apporter car tout simplement pour marcher en ville, il faut des trottoirs, des éclairages publics, de la sécurité, quoi... Vous savez aussi que j'aime bien Thibaut de Saint Pol et Jean-Pierre Poulain. Ces sociologues ont travaillé les questions de poids et apportent des éclairages tellement novateurs que je vous invite à échanger avec eux : respectivement le 29 septembre et le 21 septembre. T Saint Pol viendra dans une médiathèque pour cet échange et JP Poulain dans un Congrès de psychanalystes. Nous discuterons ensemble pour avancer sur les questions ayant à voir avec les normes, avec les discrimintations... Deux points essentiels dans les fabrications de surpoids et d'obésité. Oh, quel changement si enfin on s'occupe des déterminants !

Les réunions sont ouvertes. Si vous le pouvez, venez... Si non, on en reparle ici ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard