Catherine Grangeard
psychanalyste, auteure "Comprendre l'obésité" Ed Albin Michel 2012
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2017

L'obésité en mai, journée mondiale, journée européenne...

Pourquoi est-ce en mai que l'on se préoccupe partout d'obésité ? Les liens entre santé et beauté sont à l'ordre du jour et sur les couvertures des magazines. La confusion entre ce qui relèverait d'une maladie et d'exigences sociales, de mode est perceptible. Une autre approche pourrait en découler si on accordait plus d'attention à ce qui s'exprime.

Catherine Grangeard
psychanalyste, auteure "Comprendre l'obésité" Ed Albin Michel 2012
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Réfléchissons au calendrier de la journée Obésité, journée européenne, mondiale…

Pourquoi est-ce en mai ?

Ne trouvez-vous pas surprenant, voire choquant que l’on parle de l’obésité à la saison des régimes pour se préparer à la plage ? A l’occasion de « l’épreuve du maillot de bain » selon les magazines vendant les meilleures recettes pour un corps mince, tonique et lisse ?

Comme c’est curieux ce hasard, cette coïncidence… si l’obésité est vraiment une maladie.

Qui dit maladie, dit traitements, médicaments, etc.  L’obésité peut être accompagnée de comorbidités, souvent statistiquement même sans pour autant être en elle-même une maladie mais un déclencheur de maladies comme le diabète, les maladies coronariennes, etc…. et la liste est longue, c’est un fait avéré. Ce qui ne ferait pas pour autant de l’obésité une maladie.

L’obésité peut être aussi le signe d’autres choses. Le signe, c’est-à-dire quelque chose qui interpelle. Le signal aussi parfois d’un mal-être…

Un mal-être social, puisque la précarité crée plus d’obésité que l’aisance économique qu’un mal-être intime. Cela peut aussi être les deux !

Pourquoi toujours culpabiliser des personnes si les conditions sociales montrent qu’elles sont responsables des conséquences ?

Pourquoi ne pas aider l’agriculture locale, la distribution de proximité et taxer l’agroalimentaire et la grande distribution responsables de la qualité de la nourriture ?

Pourquoi accepter l’implantation de lieux qui vendent des repas ayant une qualité telle que la population s’y nourrissant engraisse plus que d’autres personnes ?

Pourquoi continuer à accepter les publicités dans les médias et sur internet qui, en donnant envie, déclenchent des comportements auxquels les gens devraient avoir la force mentale de résister ? La seule raison d’être des publicités étant de donner envie et de déclencher les achats….

Mais en même temps les publicités pour les méthodes pour se préparer à la plage vont faire vendre les produits pour lutter ce que les premiers produits entraînent…

C’est fou !

Et tout le monde le sait !

Chaque année, en mai, on en reparle…

L’obésité est le mal du siècle de l’hyperconsommation. C’est donc normal !

Mais c’est aussi pour certaines personnes une bulle, un rempart contre des agressions.

Ça aussi ça se sait, à force d’être dit et redit.

On constate des dépressions après amaigrissement. Des tentatives de suicide. Est-ce si incompréhensible ? Si l’on a compris que l’excès de poids a été une solution avant d’être un problème, c’est clair comme de l’eau de roche ! Eh oui, l’obésité m’est pas qu’un excès de nourriture et un déficit d’exercice. Donc ? Donc pour résoudre ce qui peut être accompagné de comorbidités, sans doute s’intéresser à ce qui est à l’origine…

N’avez-vous pas l’impression que cela aussi a été dit et redit ? Quand va-t-on en tirer vraiment les conséquences ?

En ce joli mois de mai 2017 ? ou pas encore …

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat