L'obésité en mai, journée mondiale, journée européenne...

Pourquoi est-ce en mai que l'on se préoccupe partout d'obésité ? Les liens entre santé et beauté sont à l'ordre du jour et sur les couvertures des magazines. La confusion entre ce qui relèverait d'une maladie et d'exigences sociales, de mode est perceptible. Une autre approche pourrait en découler si on accordait plus d'attention à ce qui s'exprime.

Réfléchissons au calendrier de la journée Obésité, journée européenne, mondiale…

Pourquoi est-ce en mai ?

Ne trouvez-vous pas surprenant, voire choquant que l’on parle de l’obésité à la saison des régimes pour se préparer à la plage ? A l’occasion de « l’épreuve du maillot de bain » selon les magazines vendant les meilleures recettes pour un corps mince, tonique et lisse ?

Comme c’est curieux ce hasard, cette coïncidence… si l’obésité est vraiment une maladie.

Qui dit maladie, dit traitements, médicaments, etc.  L’obésité peut être accompagnée de comorbidités, souvent statistiquement même sans pour autant être en elle-même une maladie mais un déclencheur de maladies comme le diabète, les maladies coronariennes, etc…. et la liste est longue, c’est un fait avéré. Ce qui ne ferait pas pour autant de l’obésité une maladie.

L’obésité peut être aussi le signe d’autres choses. Le signe, c’est-à-dire quelque chose qui interpelle. Le signal aussi parfois d’un mal-être…

Un mal-être social, puisque la précarité crée plus d’obésité que l’aisance économique qu’un mal-être intime. Cela peut aussi être les deux !

Pourquoi toujours culpabiliser des personnes si les conditions sociales montrent qu’elles sont responsables des conséquences ?

Pourquoi ne pas aider l’agriculture locale, la distribution de proximité et taxer l’agroalimentaire et la grande distribution responsables de la qualité de la nourriture ?

Pourquoi accepter l’implantation de lieux qui vendent des repas ayant une qualité telle que la population s’y nourrissant engraisse plus que d’autres personnes ?

Pourquoi continuer à accepter les publicités dans les médias et sur internet qui, en donnant envie, déclenchent des comportements auxquels les gens devraient avoir la force mentale de résister ? La seule raison d’être des publicités étant de donner envie et de déclencher les achats….

Mais en même temps les publicités pour les méthodes pour se préparer à la plage vont faire vendre les produits pour lutter ce que les premiers produits entraînent…

C’est fou !

Et tout le monde le sait !

Chaque année, en mai, on en reparle…

L’obésité est le mal du siècle de l’hyperconsommation. C’est donc normal !

Mais c’est aussi pour certaines personnes une bulle, un rempart contre des agressions.

Ça aussi ça se sait, à force d’être dit et redit.

On constate des dépressions après amaigrissement. Des tentatives de suicide. Est-ce si incompréhensible ? Si l’on a compris que l’excès de poids a été une solution avant d’être un problème, c’est clair comme de l’eau de roche ! Eh oui, l’obésité m’est pas qu’un excès de nourriture et un déficit d’exercice. Donc ? Donc pour résoudre ce qui peut être accompagné de comorbidités, sans doute s’intéresser à ce qui est à l’origine…

N’avez-vous pas l’impression que cela aussi a été dit et redit ? Quand va-t-on en tirer vraiment les conséquences ?

En ce joli mois de mai 2017 ? ou pas encore …

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.