Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2015

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Sauver le climat ou la croissance ?

Après Paris et la COP 21, les chefs d'Etat africains ont mis le cap sur le sommet Chine-Afrique à Johannesburg. Petite question : le climat et la croissance sont-ils compatibles ?

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Après la Conférence sur le climat à Paris, les chefs d’Etats africains ont mis le cap sur l’Afrique du Sud, où se tient depuis le 4 décembre, à Johannesburg le 6e Forum sur la coopération sino-africaine. Mais contrairement aux années précédentes, où le boom des investissements chinois sur le continent africain faisait l’objet de commentaires dithyrambiques, le constat est aujourd’hui amer : les investissements de la Chine en Afrique ont plongé de plus de 40% au premier semestre de cette année. Tandis que les importations ont également sombré. En cause : le ralentissement de l’économie mondiale, et, partant, de l’économie de la Chine, devenue l’atelier du monde en l’espace de quelques décennies.

C’est dire si ce 6e Forum revêt de l’importance pour les pays africains, déjà à la peine avec la baisse du prix du pétrole et des matières premières, alors que leur endettement ne cesse de croître. L’aide financière chinoise porte d’ailleurs une part de responsabilité dans cette envolée de leur endettement. C’est là une des équations que les chefs de pays africains, qui ont pratiquement tous fait le voyage de Johannesburg, chercheront à résoudre avec le président Xi Jinping et la très importante délégation qui l’accompagne, composée aussi de chefs d’entreprises, de fonctionnaires, de ministres, et d’une nuée de banquiers.

Pendant ce temps à Paris, les négociations sur le climat se poursuivent dans un climat tendu et des négociateurs sous haute pression pour parvenir à finaliser un accord ce samedi 5 décembre, lequel sera ensuite soumis et débattu au niveau ministériel du 7 au 9 décembre. La France pèse de tout son poids pour parvenir à un accord contraignant, dont les termes continuent à susciter une levée de boucliers, notamment de la part des pays émergents.

A l’heure où chaque pays doit démontrer son engagement pour diminuer ses émissions de gaz à effet de serre, une forte pression s’exerce sur la Chine, montrée du doigt comme étant le premier pollueur mondial, et premier émetteur de CO2, ce qui n’est guère étonnant : le monde entier a délocalisé dans l’Empire du Milieu ses industries les plus polluantes ; les entreprises des pays dits industrialisés – désormais en voie de désindustrialisation avancée – ont d’ailleurs toujours bien apprécié d’y trouver non seulement une main d’œuvre bon marché, mais aussi des règles environnementales bien moins contraignantes que dans leur pays d’origine.

Résultat : aujourd’hui, la population chinoise n’arrive plus à respirer. On parle désormais en Chine « d’airpocalypse », tant la pollution a pris une tournure dramatique. Les particules fines, dites PM2,5, qui s’incrustent profondément dans les poumons, sont directement responsables du décès de centaines de milliers de Chinois. Un air extrêmement malsain, qui fait vivre un enfer à un nombre croissant de la population, victimes d’accidents vasculaires cérébraux, de cancers du poumon, d’infections des voies respiratoires comme jamais auparavant.

Ce tribut très lourd payé par la population chinoise pour la formidable croissance qu’a connu leur pays ne sera toutefois guère au centre des discussions entre chefs d’Etat africains et responsables chinois. On évoquera plutôt les voies et moyens pour redynamiser des échanges commerciaux que le premier ministre chinois Li Keqiang, verrait bien doubler d’ici à 2020. La volonté de la Chine de continuer à miser sur le continent africain pour assurer son approvisionnement en pétrole, en minerais, en bois, pour alimenter ses industries est intact. Tout comme celui d’offrir à ses entreprises des débouchés. Business as usual.

Avec en filigrane, cette question lancinante : la lutte contre le réchauffement climatique est-elle compatible avec des échanges commerciaux toujours plus denses et une croissance économique derrière laquelle chaque pays continue à courir ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Migrations
À Paris, de jeunes exilés campent devant le Conseil d’État pour réclamer leur mise à l’abri
Depuis six mois, plus de trois cents jeunes exilés vivent sous les ponts à Ivry-sur-Seine. Alors que le froid s’installe, des associations alertent sur la situation de ces adolescents qui manquent de tout. Vendredi, ils ont dressé un camp devant les grilles du Conseil d’État pour faire entendre leur voix.
par Yunnes Abzouz
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d’ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel