Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juil. 2022

La RDC, pièce maîtresse de la transition écologique

L’avenir dira si la transition énergétique qui s’annonce permettra à la République démocratique du Congo de tirer profit de ses formidables réserves en lithium, minerai stratégique indispensable à la fabrication des batteries pour véhicules électriques.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Transition énergétique oblige, la demande en minerais stratégiques destinés à fabriquer les batteries rechargeables des voitures électriques connaît un boom spectaculaire qui va aller croissant. Car pour fabriquer des batteries, des éoliennes, des véhicules électriques, il faut du lithium, du cobalt, du cuivre, du manganèse, du tungstène, autant de minerais dont un pays d’Afrique centrale, la République démocratique du Congo (RDC), est abondamment pourvu. Premier producteur mondial de cobalt, quatrième de cuivre, ce pays abrite également les plus grandes réserves de lithium de roche dure, un minerai indispensable à la fabrication de véhicules électriques. 

Après la décision prise ce mercredi 29 juin par les Etats membres de l’Union européenne de renoncer aux véhicules à essence et à diesel d’ici 2035, pour n’autoriser à la vente que les seuls véhicules électriques, les pressions et les appétits vont encore s’aiguiser davantage autour du secteur minier congolais. Lequel, depuis plusieurs années, s’est mué en un véritable Far-West, avec pillage et bradage en règle des richesses du sous-sol du pays par les entreprises occidentales et chinoises qui les exploitent, et l’aimable complicité de responsables politiques congolais. Sans oublier les pays voisins, tels le Rwanda et l’Ouganda, qui mènent depuis une vingtaine d’années une guerre sans fin dans l’est du pays, où ils se servent en or, coltan, bois précieux, au prix de souffrances sans fin pour les populations.

C’est dans ce contexte tendu mais prometteur en termes d’opportunités d’affaires que Philippe, roi des Belges depuis 2013, a effectué du 7 au 13 juin son premier voyage officiel en République démocratique du Congo. Dans le but de relancer la «coopération» entre les deux pays et tenter d’aplanir les tensions liées à leurs quelque 65 ans de passé colonial commun, qui ont ressurgi dans la foulée du mouvement «Black Lives Matter». Le roi des Belges s’est toutefois refusé à présenter des excuses comme l’espéraient certains Congolais, se contentant d’exprimer à nouveau ses «plus profonds regrets» pour les horreurs commises durant les six décennies de présence belge au Congo. Des atrocités incarnées par le retour à Kinshasa de la dent du leader indépendantiste Patrice Lumumba, déposée le 30 juin dans un mausolée à sa mémoire. Un scénario particulièrement macabre, puisque cette dent, conservée en Belgique par la fille du fonctionnaire belge qui l’avait assassiné, est tout ce qui reste de Patrice Lumumba, dont le corps fut découpé en morceaux et dissout dans de l’acide.  

Les actes symboliques posés par la Belgique durant ce mois de juin visent certes à contribuer à revisiter un passé que l’ex-puissance coloniale peine à regarder en face. Mais ils participent également de la volonté de Bruxelles de se maintenir dans la course, à l’heure où le sous-sol de la RDC suscite plus que jamais d’énormes convoitises. Les réserves identifiées de quelque 132 millions de tonnes de lithium, situées dans la région de Manono, devraient commencer à être exploitées l’année prochaine par une compagnie australienne, AVZ Minerals, qui en détient le permis d’exploitation. 

En novembre de l’année dernière, Kinshasa avait abrité un forum économique, le «DRC - Africa Business Forum», au cours duquel les autorités avaient évoqué des réserves de 400 millions de tonnes de lithium et 25 millions de tonnes de cobalt, faisant selon elles de leur pays «la solution dans la transition écologique et énergétique». A cette occasion, elles avaient insisté sur leur volonté de transformer le lithium sur place, pour y fabriquer des batteries de véhicules électriques. Et bénéficier ainsi, davantage qu’en exportant ce minerai brut, des formidables retombées économiques qui s’annoncent grâce à la généralisation de la voiture électrique. 

Actuellement, c’est la Chine qui est en pole position pour la fabrication de ces fameuses batteries. D’autres projets de construction d’usines de batteries au lithium sont prévus en Europe et en Amérique du Nord. La RDC risque donc de rencontrer des difficultés pour mobiliser les capitaux dont elle aurait besoin pour construire ses propres usines. L’avenir dira si les nouvelles opportunités qui s’annoncent permettront à ce pays d’en tirer quelque profit. Ou si la loi de la jungle et le désordre qui prévalent dans le secteur minier continueront à condamner les Congolais à y travailler dans des conditions infra-humaines, proches de l’esclavage, pour des salaires de misère. Des conditions qui, en somme, n’ont pas grand chose à envier au sort des travailleurs forcés du caoutchouc du temps du roi des Belges Léopold II.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe