Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2016

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Soro Solo, flamboyant ambassadeur du continent africain

Le journaliste ivoirien Soro Solo a contribué à changer l'image du continent africain grâce à son émission "L'Afrique enchantée", chaque dimanche sur France Inter, aux côtés de son complice Vladimir Cagnolari. Il poursuit désormais seul l'aventure avec "L'Afrique en solo".

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soro Solo tend son micro au  photographe sénégalais Oumar Ly.

Un parcours époustouflant, qui force l’admiration : grâce à son talent, sa persévérance, son enthousiasme, Soro Solo et devenu l’un des meilleurs ambassadeurs du continent africain, en France et au-delà. L’émission « L’Afrique enchantée », qu’il a animée chaque dimanche pendant presque dix ans, de 2006 à 2015, sur les ondes de France Inter, aux côtés de son complice Vladimir Cagnolari, est devenue l’émission la plus écoutée des grandes radios nationales françaises, sur cette tranche horaire, après Rtl et avant Europe 1, avec une moyenne de 350 000 auditeurs. Depuis l’été 2015, Soro Solo poursuit seul l’aventure en animant « L’Afrique en solo », avec le même taux d’écoute spectaculaire.

« Le Grognon ». Petit retour en arrière.Nous sommes à la fin des années 1980, le vent de la démocratisation souffle sur la Côte d’Ivoire. Celui qui s'appelle encore Coulibaly Souleymane - avant de reprendre son patronyme sénoufo "Soro" -  anime la Matinale sur les ondes de la radio nationale. Il lance alors une nouvelle chronique, « Le Grognon » qui permet aux auditeurs de « grogner » un peu en direct, de partager leurs soucis, leur colère, lorsque, par exemple, ils se font racketter par un agent des forces de l’ordre ; ou lorsqu’un parent décède faute de soins payés cash et d’avance. Un ton et une liberté inhabituelles, qui marqueront les esprits, et feront aussi grincer quelques dents : les suspensions d’antenne se multiplient pour celui qui reçut, en 1993 et 1994, le Prix Ebony consacrant les meilleurs journalistes de Côte d'Ivoire, lequel voit un jour des soldats débarquer dans le studio…

Cela ne l’empêche pas de multiplier les collaborations avec des médias internationaux, en collaborant notamment à l’émission « Taxi Brousse » animée par la journaliste Sylvie Coma sur Rfi.  Mais par amour pour son pays et par devoir envers ses compatriotes, il déclinera systématiquement les propositions de travail à l’étranger, s’estimant plus utile en Côte d’Ivoire, et aussi « redevable aux contribuables ivoiriens de lui avoir permis de bénéficier d’une formation à l’Ina », explique-t-il aujourd’hui.

Les chemins de l’exil. Durant la crise et les « événements » douloureux qui ont marqué tous les Ivoiriens, l’épisode le plus traumatisant vécu par Souleymane Coulibaly se déroule au cimetière de Williamsville à Abidjan, en octobre 2002, à l’enterrement d’un membre de sa famille. Deux de ses cousins portant le même patronyme sont abattus à bout portant par un « escadron de la mort ». Lui-même, qui avait quitté les lieux une demi-heure avant, a eu la vie sauve, de justesse. Ses amis le supplient de partir, pour sauver sa peau. C’est donc la mort dans l’âme que Soro Solo – qui a repris le nom « Soro » de sa famille, originaire de Korhogo, avant la conversion de son père à l’islam – se résout à quitter sa chère Côte d’Ivoire. Et en janvier 2003, alors qu’il se trouve à Paris pour participer à l’assemblée générale d’ « Afrique en créations », le journaliste demande et obtient l’asile politique en France.

Comme pour tous les exilés, les débuts furent difficiles. Il est d’abord accueilli par Vladimir Cagnolari et sa famille, un journaliste français avec lequel il s’était lié d’amitié en 2001 à Bassam, à 40 km d'Abidjan, lors du Festival des arts de la rue. Puis il sera pendant quelques mois résident à la « Maison des journalistes », le temps de prendre ses marques, de se reconstruire. A 50 ans, il repart à zéro. Soro Solo travaille énormément, court les rédactions, soumet des projets conçus pendant des nuits blanches.

Mais rien n’est facile, et ils sont nombreux, à Paris, les journalistes africains qui tentent de se (re)faire une place au soleil. Il fait des piges pour des magazines, décroche une chronique sur Rfi, intitulée « Je vous écris de France ». Mais c’est l’aventure de « L’Afrique enchantée » sur les ondes de France Inter qui le propulsera sur le devant de la scène ; et lui permettra de s’épanouir professionnellement, avant d’être récompensé par le « Grand Prix des radios francophones publiques » en 2009.

Tordre le cou aux préjugés sur l’Afrique. Soro Solo, en compagnie de son « frère blanc » Vladimir Cagnolari, part de la musique du continent pour raconter l’Afrique, sous toutes ses facettes, utilise des chansons mythiques pour incarner un pays, un thème, souvent en lien avec l’actualité - et tordre au passage le cou à une image parfois dévalorisée du continent. Solo et Vlad se donnent la réplique, se transforment en griots pour conter cette Afrique si chère à leur cœur, tendent leur micro à monsieur et madame Tout-le-monde : « Vladimir et moi avons les mêmes envies de radio : nous nous intéressons plus aux sans-voix qu’aux officiels, qui sont tout le temps devant des micros et des caméras », explique-t-il en souriant.

Le succès de « L’Afrique enchantée »  est tel que les deux amis décident de partir à la rencontre de leurs auditeurs, et se lancent dans l’organisation des « Bals de l’Afrique enchantée », aux quatre coins de la France. Ces répliques des bals populaires version tropicale proposent un répertoire des années 1960 à aujourd’hui. Entre les morceaux, Solo, de sa voix rocailleuse reconnaissable entre toutes, dreadlocks au vent, balance une anecdote au micro, explique le contexte social ou politique du morceau, et enchante son public. Les organisateurs de festivals de musique africaine se l’arrachent, en France, mais aussi ailleurs dans le monde. Il est également sollicité par la prestigieuse TEDx Paris pour animer une conférence sur la modernité, les traditions et le choc des cultures, qu’on peut toujours voir sur internet. Son press-book est impressionnant : les plus grands médias lui ont consacré des émissions ou des articles terriblement élogieux.

Mal du pays. Soro Solo ne s’arrête jamais, son énergie et son enthousiasme sont intacts. Son coéquipier Vladimir Cagnolari ayant décidé de relever d’autres défis, c’est seul aux commandes qu’il anime désormais « L’Afrique en solo», sur le même principe et avec le même succès. Lui qui sillonne pourtant tout le continent africain – et les pays à forte diaspora d’origine africaine, comme Haïti, les Antilles - ne peut pas encore retourner chez lui, ce qui est parfois difficile à supporter. Son pays, sa famille restée au pays, lui manquent cruellement. Mais la roue finit toujours par tourner. Gageons que les retrouvailles seront belles. Et que la Côte d’Ivoire saura honorer son valeureux fils, lequel, en France comme dans le reste du monde, porte très haut les couleurs de son pays et du continent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Énergies
Une livraison d’uranium russe repérée à Dunkerque malgré la guerre en Ukraine
Mediapart a assisté mardi, sur le port du Nord, au déchargement de dizaines de conteneurs et de fûts de substances radioactives en provenance de Russie. C’est la première fois depuis février 2022 qu’une cargaison d’uranium naturel russe est photographiée en France. 
par Jade Lindgaard
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma