Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2022

Face au conflit Russie-Ukraine, des pays africains optent pour le non-alignement

Sur 54 pays africains, 24 ont refusé de prendre position lors du vote de l'ONU le 2 mars dernier, malgré les fortes pressions dont ils font l'objet. Soucieux de ne pas froisser la Russie dont l'influence s'étend sur le continent, des pays africains prônent le non-alignement.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le sommet Russie-Afrique de Sotchi en 2019 a attiré la quasi totalité des chefs d'Etat africains

Alors que la guerre menée par la Russie en Ukraine s’intensifie, les pays africains font l’objet d’intenses pressions pour qu’ils choisissent leur camp. Un exercice compliqué pour plusieurs d’entre eux, qui entretiennent des relations étroites avec la Russie - historiques, économiques et militaires. D’où une position parfois qualifiée d’”ambigüe” par le camp occidental; mais qui reflète l’influence grandissante de la Russie sur le continent africain.

Il semble loin le temps où, lors de résolutions de l’ONU, les pays africains s’alignaient sans état d’âme sur les positions de l’ancienne puissance coloniale. Aujourd’hui, les choses sont plus complexes et les pays du continent sont divisés. Lors du vote sur la résolution de l’ONU du 2 mars dernier exigeant que “la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine”, 24 pays africains sur 54 ont refusé de prendre position - seize en s’abstenant, huit en étant absents au moment du vote.

Rien de surprenant à ce que des pays comme le Mali ou la République centrafricaine se soient abstenus lors du vote de l’ONU, ces deux pays francophones s’étant résolument tournés vers la Russie pour un appui militaire dispensé par les très controversés soldats de la milice Wagner, laquelle dépend directement du Kremlin. C’est également le cas de Madagascar, qui entretient avec la Russie une importante coopération dans plusieurs secteurs.

Plus étonnante en revanche est l’abstention du Sénégal, dont le président Macky Sall tente un difficile numéro d’équilibriste, en essayant de donner des gages à ses compatriotes gagnés par un discours anti-français et anti occidental; tout en appelant, au nom de l’Union africaine qu’il préside, au “respect impératif de la souveraineté nationale de l’Ukraine.” Le double langage est également de mise en Ouganda, dont le président Museveni, pourtant fidèle allié des Etats-Unis en Afrique de l’Est, n’empêche pas son fils, commandant de l’armée de terre, de se déclarer ouvertement pro-russe, à l’instar de plusieurs autres responsables politiques du pays.

Quant à l’Afrique du Sud, qui s’est également abstenue de prendre position, sa “loyauté” envers la Russie s’explique aussi par ses liens historiques avec l’ex-URSS, allié de poids aux côtés de Nelson Mandela dans la lutte contre l’apartheid. Moscou aime d’ailleurs à rappeler son soutien aux mouvements de libération en Afrique australe et à se poser comme un rempart contre le néocolonialisme des pays occidentaux. Un discours qui séduit sur le continent africain, y compris des intellectuels, tel l’écrivain-philosophe ivoirien Tiburce Koffi, qui, sur Facebook, écrit que “face à un Occident hyper hégémonique, arraisonneur des pays faibles d’Afrique et arrogant dans sa puissance militaire, Poutine et la Russie s’offrent à nous autres comme une espérance majeure : le rétablissement de l’équilibre du monde”.

Les échanges commerciaux entre l’Afrique et Moscou sont en tout cas en plein boom. Un second sommet Russie-Afrique devrait d’ailleurs se tenir à Saint-Pétersbourg en automne 2022, après celui de Sotchi en 2019. En Angola, en Namibie et en Guinée, la Russie est omniprésente dans le secteur minier et désormais principal marchand d’armes sur le continent. Reste que les conséquences du conflit sur les économies africaines se font déjà sentir : dans plusieurs pays, les prix des denrées de première nécessité, dont le blé, ont fortement augmenté. Sachant à quel point les pays africains sont dépendants du blé importé de Russie et d’Ukraine pour confectionner un pain devenu un aliment de base,il faut craindre, à terme, les émeutes qui accompagnent régulièrement la moindre augmentation du prix de la baguette.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux