Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2018

Le travail de mémoire de Serge Bilé enfin reconnu

L’année 2018 est un bon cru pour le journaliste-écrivain-musicien Serge Bilé : son pays d’origine, la Côte d’Ivoire, reconnaît enfin ses mérites, ses livres historiques cartonnent et sa comédie musicale consacrée à Félix Houphouët-Boigny est annoncée pour 2019.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela fait 25 ans que le journaliste-écrivain-musicien Serge Bilé trace sa route, émaillée de livres et de documentaires historiques, qui mettent en lumière des destins incroyables et méconnus. “Noirs dans les camps nazis”, “Yasuke, le samouraï noir”, “Le seul passager noir du Titanic”, c’est lui. “Blanchissez-moi tous ces nègres”, “Et si Dieu n’aimait pas les Noirs”, c’est encore lui. A chaque fois, un succès de librairie, un brûlot qui s’arrache, un scoop, tellement il s’agit là de sujets qu’il est le seul à traiter. Avec toujours, à la clé, un énorme travail d’enquête et de recherche documentaire, qu’il assume seul, sans aucun appui extérieur. “Je regrette de n’avoir toujours pas trouvé de mécène pour accompagner ce travail de mémoire, si important pour les générations futures”, confiait-il il y a quelques jours, en marge d’une séance de dédicace organisée à la Librairie de France à Abidjan.

Le public qui se presse nombreux pour obtenir une signature ne s’y trompe pas : “J’ai lu tous vos ouvrages, merci pour ce que vous faites”, lance un enseignant qui évoque la “fierté de se retrouver dans des livres qui parlent de nous”. “Il fait partie des hommes brillants qui donnent une image positive du continent et des Caraïbes”, renchérit Isabelle Kassi-Fofana, figure du monde de l’édition. L’engouement des lecteurs de Serge Bilé, sur tous les continents, semble avoir finalement résonné jusqu’en haut-lieu, puisqu’il a reçu le 6 août, veille de l’Indépendance de la Côte d'Ivoire, le Prix d’Excellence du Président de la République pour l’ensemble de son oeuvre littéraire. Le 16 mai dernier, il avait déjà reçu le Grand Prix national Bernard Dadié de la littérature.“C’est une reconnaissance de mon travail, certes tardive, 25 ans après mes premiers écrits sur l’histoire des peuples noirs. Mais j’apprécie à sa juste et prestigieuse valeur”, commente-t-il sur sa page Facebook, suivie par des milliers de fans.  

L’oeuvre de Serge Bilé a encore de belles heures devant elle : il a présenté dernièrement à Abidjan la bande son et le livret de son projet de comédie musicale consacrée à Félix Houphouët-Boigny, sur lequel il travaille depuis 2010, dans la foulée de celle sur Nelson Mandela. “J’ai choisi de raconter les années 1946-1960, durant lesquelles FHB s’est battu, a pris des risques, ce que les jeunes générations ignorent le plus souvent”, explique-t-il. Sur fond d’histoire d’amour avec Thérèse, c’est donc le combat contre le travail forcé, la lutte pour l’indépendance, qui seront contés l’année prochaine lors d’un spectacle pour lequel la recherche de financement a été confiée à l’agence Voodoo Communication, la production exécutive à l’animateur Guy Neza, le casting à la styliste Paule Marie Assandre et la mise en scène au metteur en scène et écrivain Gauz. “J’ai vraiment voulu m’appuyer sur des talents ivoiriens, dans un pays où l’on croit généralement que tout ce qui vient d’ailleurs est meilleur”, lâche-t-il entre deux dédicaces. Pour accompagner la comédie musicale, il prévoit aussi de publier en mars 2019 “Mes années Houphouët”, lui qui fut l’un des derniers journalistes à interviewer le Vieux.

S’endormir sur ses lauriers ? Sûrement pas. “Il n’a pas le temps”, comme on dit à Abidjan. Serge Bilé est invité au Salon du livre de Miami en novembre, alors que la maison d'édition américaine Mango vient de confirmer qu'elle publiera une traduction en anglais de son livre “Le seul passager noir du Titanic”, un Haïtien. La veille de notre entretien, réveillé par l’appel du muezzin à 5h du matin, il a décidé de travailler sur la question brûlante des Africains en Chine et s’est mis tout de suite au boulot. “Je n’arrive pas à dormir”, confie celui qui présente chaque soir le journal télévisé en Martinique, où il vit et travaille. C’est d’ailleurs lorsqu’il fut envoyé en 1993 en Guyane pour présenter le journal télévisé qu’il rencontra des Boni, certains d’origine ivoirienne, qui ignoraient tout de leur ascendance. “Cela a agi sur moi comme un véritable révélateur”. Depuis lors, Serge Bilé “fait sa part”. Aujourd’hui, il espère que ses récentes distinctions lui permettront d’obtenir quelque appui pour poursuivre son oeuvre de mémoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat