Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2013

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Des portes-conteneurs géants et des pays désindustrialisés

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque dans le port de Marseille, François Hollande baptisa le Jules Verne, l’un des plus grands porte-conteneurs au monde, ce fut une bien curieuse image

que celle de ce président impuissant à juguler la lancinante destruction d’emplois dans son pays ; mais qui inaugure en grande pompe un géant des mers, fabriqué en Corée du Sud mais battant pavillon français, chargé de transporter jusqu’en France des milliers de containers remplis des objets de consommation les plus courants, désormais fabriqués par d’autres, sous d’autres cieux. Et qui ne seront plus jamais produits sur sol français, pour cause d’entreprises délocalisées.

Le développement spectaculaire du transport maritime par porte-conteneurs est relativement récent. Aujourd’hui, c’est la course au gigantisme, une véritable folie. Le Jules Verne peut ainsi transporter 16000 conteneurs, l’équivalent de la tour Eiffel ou de cinq Airbus A389. Une taille qui crée de nombreux problèmes, notamment aux infrastructures portuaires. Actuellement, pour s’adapter à ces géants des mers, des travaux pharaoniques sont en cours pour permettre le passage du canal de Panama à des « Post-Panamax », ces tankers et porte-conteneurs de nouvelle génération, longs de 366 mètres, larges de 49 mètres, transportant jusqu’à 18 000 containers. Les nouvelles écluses devraient être inaugurées en 2014, à l’occasion du centenaire du canal de Panama.

C’est que pour ravitailler quelque 300 millions de consommateurs américains en vêtements, chaussures, jouets, meubles, appareils électroniques, denrées alimentaires – la liste est sans fin – ce sont désormais plus de 30 millions de containers qui traversent chaque année l’océan Pacifique. Pendant les périodes de pointe, avant Noël par exemple, les embouteillages de cargos en provenance de Chine au large des ports de Los Angeles et de Long Beach ont un petit air de débarquement en Normandie.

Si les conteneurs en provenance d’Afrique transportent le plus souvent des matières premières brutes, ceux en provenance des plus grands ports du monde en Chine, à Singapour ou en Corée du Sud regorgent des produits manufacturés qui inondent le monde entier. Mais repartent le plus souvent à vide d’Europe ou d’Amérique, ou alors avec du papier usagé ou du matériel électronique à recycler, puisque les Etats-Unis et la plupart des pays européens ne produisent bientôt plus rien.

Les porte-conteneurs immenses qui sillonnent les océans consomment entre 150 et 300 tonnes de fuel hautement polluant par jour. Et portent leur part de responsabilité dans le réchauffement climatique. L’aberration qui consiste à faire fabriquer les produits de consommation les plus élémentaires à des milliers de kilomètres se paie cash : à l’image des grands ports du monde, la planète est au bord de l’asphyxie. Tandis que les pays dits industrialisés ont bradé à tout jamais (?) leurs industries et leur savoir-faire.

Au fait, quelle est la différence entre les ports africains, asiatiques, européens ou américains? Aucune, car ils se ressemblent tous: des conteneurs empilés les uns sur les autres, à perte de vue, véritables symboles d’une économie mondialisée qui fait faire à chacun de ses produits des milliers de kilomètres sur les mers.

Dès lors se pose un petit problème d’ordre sémantique: peut-on encore parler de «pays industrialisés», alors que ceux-ci sont en voie de désindustrialisation avancée ? Et de «pays en développement» ou «en voie d’industrialisation», puisqu’eux aussi vont faire leur marché dans les «zones économiques spéciales» de Shanghai, Shenzhen ou Canton, et ne produisent toujours pas ce qu’ils consomment ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28