Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2013

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

De Stromae à Obama: papaoutai (papa où t'es)?

Qui ne connaît pas Stromae (Maestro en verlan) ? Il a 28 ans, est métis, né d’une mère belge et d’un père rwandais. Et il enflamme les pistes de danse avec ses tubes aux paroles si profondes.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui ne connaît pas Stromae (Maestro en verlan) ? Il a 28 ans, est métis, né d’une mère belge et d’un père rwandais. Et il enflamme les pistes de danse avec ses tubes aux paroles si profondes.

C’est le cas de sa chanson intitulée « Papaoutai », transcription phonétique de « Papa où t’es ? », dont l’incroyable clip a déjà été visionné plus de 87 millions de fois sur YouTube. Le jeune dandy aux vêtements bariolés y incarne une figure paternelle étrange, telle une statue de cire immobile. En face de lui, un enfant, son fils, essaye de le faire réagir, de capter son attention.

« Dites-moi d’où il vient – Enfin je saurai où je vais - Ah sacré papa, dis-moi où es-tu caché – Où t’es, papa où t’es ? » Les paroles de sa chanson, très touchantes, fredonnées sur tous les continents, raconte en fait son histoire, celle d’une enfance sans figure paternelle. Il s’en explique dans un interview au Parisien : « Mon père n’a jamais été là pour moi.. Il est parti tout de suite. C’était un coureur, un dragueur. J’ai appris bien après que j’avais des demi-frères et des demi-sœurs. Il était architecte et faisait des allers-retours entre la Belgique et le Rwanda. J’ai dû le voir vingt fois dans ma vie, et il est mort pendant le génocide rwandais. Mais il avait déjà disparu pour moi. »

En écoutant Stromae évoquer avec pudeur et émotion son papa qu’il a si peu connu, on ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec le président américain Barack Obama, qui raconte dans son livre « Les rêves de mon père » une enfance sans son père, originaire du Kenya : « J’aurais voulu avoir un père non seulement présent, mais attentif, un autre modèle pour m’enseigner ce que ma mère m’a appris, la valeur du travail, l’intégrité, la responsabilité, la récompense qui suit, tout ce qui aide un enfant à construire son avenir ». C’est certainement pour cette raison qu’avant même d’être élu président, alors qu’il était encore en campagne, Barack Obama avait dénoncé avec vigueur dans ses discours les pères absents « qui ont fui leurs responsabilités et se comportent comme des gamins, pas comme des hommes ».

Il avait même pris le risque de se mettre à dos la communauté africaine-américaine, en dénonçant le fait qu’au sein de cette communauté, plus de la moitié des enfants vivent avec un seul parent, généralement leur mère, ce qui, selon les statistiques, les rendrait 5 fois plus enclins à quitter l’école avant l’heure, et 20 fois plus susceptible de finir en prison. « Nous avons besoin que les pères réalisent que leurs responsabilités ne s’arrêtent pas à la conception. Nous avons besoin qu’ils réalisent que ce qui fait un homme n’est pas la capacité d’avoir un enfant, mais le courage de les élever », avait notamment déclaré Barack Obama le 15 juin 2008, en pleine campagne électorale, dans une église de Chicago.

On croirait entendre Stromae, en écho, dans sa chanson  Papaoutai ?  : «  Un jour ou l’autre, on sera tous papa – Et d’un jour à l’autre, on aura tous disparu – Dites-nous qui donne naissance aux irresponsables ? – Tout le monde sait comment on fait les bébés – Mais personne sait comment on fait des papas – Où est ton papa ? – Dis-moi où est ton papa ? » Stromae dit qu’avec sa chanson, il n’a pas voulu tomber dans le misérabilisme ; c’est pourquoi il a tenu à ce que son clip soit très coloré, avec des danseurs joyeux qui entourent ce papa immobile. « Ma mère nous a élevés seule avec mes frères. J’ai jamais eu la dalle, mais on n’avait pas de pognon. Ce n’était pas facile, mais ma mère s’est toujours démenée pour qu’on soit bien ». La mère de Paul Van Haver, le vrai nom de Stromae - qui porte précisément le patronyme de sa maman - doit aujourd’hui être fière de son rejeton. Tout comme l’était certainement Ann Dunham, la mère de Barack Obama, décédée en 1995, juste avant que son fils, déjà au bénéfice d’une brillante carrière, n’entre en politique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier