Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

Le Sommet Afrique-France fait (encore) couler de l'encre

Le "Nouveau Sommet Afrique-France" continue à susciter de vives réactions. "Ce n'est pas la France qui est paternaliste, c'est nous qui sommes infantiles", écrit le journaliste-écrivain ivoirien Venance Konan dans un édito au vitriol.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suffit-il de le qualifier de “nouveau” pour que le “Nouveau Sommet Afrique-France” organisé à Montpellier permette de “redéfinir les fondamentaux de la relation de la France et le continent africain”, selon la terminologie officielle ? Depuis sa tenue du 7 au 9 octobre dernier, les débats font rage, les avis sont partagés, des extraits des interventions des uns et des autres tournent sur les réseaux sociaux, assortis de commentaires virulents. Rarement un “Sommet France-Afrique” - comme s’appelaient ces rencontres jusqu’en 2010 avant d’opter pour la variation sémantique “Afrique-France” -  n’aura été aussi commenté.

C’est que pour la première fois depuis 1973, les présidents d’Afrique francophone ont été priés de rester chez eux, pour céder leur place à des représentants de la “société civile”, soigneusement triés sur le volet. On ne peut pas dire que dans les palais présidentiels, cette “petite révolution” fut appréciée. Mais ceux que leurs contestataires qualifient régulièrement de “sous-préfets de la France” se sont bien gardés d’émettre la moindre protestation. 

“Un tel sommet est tout simplement scandaleux ! Quel camouflet pour les chefs d’Etat de la Zone de Nuisance Française (ZNF) qui n’ont pourtant pas démérité”, a estimé sur sa page Facebook l’ex-secrétaire général d’Amnesty International Pierre Sané, très critique à l’égard de la présence française sur le continent africain. Ainsi imaginerait-il mal le président sénégalais convoquer la société civile brésilienne pour échanger sur le futur des relations entre le Brésil et le Sénégal. “Mais bon, puisqu’il s’agit de l’Afrique, tout est permis, surtout si cela émane de la Métropole”, conclut-il, tout en appelant de ses voeux des “rencontres de même niveau” entre l’Afrique et l’Europe, plutôt qu’entre la France et 14 pays francophones sur 54, parmi les plus faibles et appauvris du continent.  

Ces sommets entre l’ex-métropole et ses ex-colonies seraient-ils devenus obsolètes ? Voire, car à l’heure où le très convoité continent africain fait l’objet d’une nouvelle ruée, de nombreux pays se sont inspirés du modèle français pour créer à leur tour des “sommets Afrique” : la Chine, la Russie,le Japon, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Turquie en décembre, et même l’Arabie Saoudite en 2022, tout le monde s'y met. En convoquant à Paris les “acteurs du changement” pour un “Nouveau Sommet Afrique-France”, Emmanuel Macron ne cherche-t-il pas tout simplement à garder la main ?

En terme de contenu, les interventions des jeunes sélectionnés pour donner la réplique au président français ont été très critiquées. “Continuons de nous plaindre de l’arrogance de la France, de son paternalisme, de la marmite qui est sale, sans chercher à nous donner les moyens de prendre nous-mêmes notre destin en main, et nous serons toujours les jouets de toutes les puissances”, écrit le journaliste-écrivain Venance Konan dans un éditorial au vitriol publié dans le quotidien d’Abidjan Fraternité Matin. Que penser de la création d’un Fonds pour la Démocratie en Afrique, doté de 30 millions d’euros sur 3 ans ? “Nous voulons que la France finance notre démocratie et nous ne voudrons pas plus tard qu’elle dise son mot sur la façon dont cette démocratie se déroule ?”, questionne Venance Konan, avant de conclure, cruel : “Ce n’est pas la France qui est paternaliste, c’est nous qui sommes infantiles”.

Reste que le stand up de Macron a mis en lumière le fait qu’aucun président des pays concernés n’avait jamais organisé de dialogue aussi direct et sans filtre avec ses propres jeunes. Un contraste relevé par l’écrivain ivoirien Gauz dans un tweet sarcastique : “Ainsi, nous vivons dans un monde où un enfant de Daloa ou Sikasso peut dire sans filtre au président de la France ce qu’il pense de lui, mais ne peut même pas oser penser à voix basse devant un ministre ou un simple DG de Bamako ou Abidjan ! “ Des jeunes qui continuent à mourir sur leur route vers l’Europe, dans la plus parfaite indifférence de leur pays natal.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B