Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2013

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Un problème ? Vite un mur...

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est fou ce que les murs ont la cote en ce moment. Depuis la chute du mur de Berlin et à l’heure de la mondialisation plus ou moins triomphante, on pensait pourtant leur ère révolue.

Or, c’est tout le contraire qui est en train de se passer, avec le retour en force des grandes murailles et des barbelés sur la prairie. Derniers projets en date : la construction d’une muraille de 3 mètres de haut sur une longueur de 30 km annoncée le mois dernier par la Bulgarie, le long de sa frontière avec la Turquie, pour contenir les migrants cherchant à gagner l’Europe. Ou encore la clôture qu'ambitionne de construire la Malaisie sur sa frontière avec la Thaïlande pour lutter contre le trafic d’armes et de drogue.

Un problème à résoudre, vite un mur ? Les exemples pullulent, en tout cas, aux quatre coins de la planète. Les plus connus : le mur de quelque 1200 km entre les Etats-Unis et le Mexique, celui de plusieurs centaines de kilomètres qui sépare Israël et la Cisjordanie, les clôtures de barbelés encerclant les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla au Maroc, contre lesquelles viennent se fracasser les migrants. Ou encore le mur de séparation achevé début 2013 par la Grèce sur sa frontière avec la Turquie.

L’Inde s’est également lancée dans la construction d’une barrière de 3300 km pour endiguer l’immigration venue du Bangladesh. Le Pakistan a fait de même sur sa frontière avec l’Afghanistan pour lutter contre le « terrorisme » islamiste. Le Botswana a mis en place une clôture électrique de 480 km sur sa frontière avec le Zimbabwe pour limiter l’immigration en provenance de ce pays. Et l’Arabie Saoudite est en train d’ériger des murs dotés de matériel de contrôle ultrasophistiqué pour se protéger au nord de l’Irak et au sud du Yémen.

Mais est-ce bien raisonnable d’imaginer que les problèmes liés à l’immigration, au "terrorisme", à la misère, puissent être résolus en truffant la planète de murs et de miradors ?

La construction de murs par l’armée américaine pour séparer les quartiers sunnites et chiites de Bagdad avait résonné comme un formidable aveu d’impuissance de parvenir à toute solution politique. Une entreprise qui avait été ensuite stoppée par les nouvelles autorités irakiennes.

Le désir de se "protéger" derrière des remparts est devenu une réalité, y compris au coeur des grandes métropoles, où les nantis ont de plus en plus tendance à se retrancher dans de véritables forteresses, voire à chercher refuge dans des quartiers "privatisés", où l’on n’accède que par des check points contrôlés par des gardes armés.

Les habitants d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, n’ont pas cessé, au cours de ces dernières années, d’ériger des murs de plus en plus hauts, hérissés de barbelés, de tessons de bouteille, pour défendre leur quartier, leur maison, leur cour, des attaques de gangsters ou de miliciens armés. Une métropole désormais striée de hauts murs, qui contraint la population à zigzaguer entre barrières et portails censés les protéger du malheur.

En Europe aussi, des murs ont également fini par surgir. A ses frontières. Mais aussi au sein même des villes. Par exemple à Padoue en Italie, où les autorités ont fait construire un mur d’acier de 84 mètres de long sur 3 mètres de haut pour séparer un quartier d’immigrés d’un quartier résidentiel.

Les murs du monde ? Autant d’aveux d’impuissance, véritable degré zéro de l’action politique. Les responsables n’arrivant plus à maîtriser les problèmes liés à l’immigration, au grand banditisme, au "terrorisme", ou tout simplement à l’extrême pauvreté des uns et à la richesse indécente des autres, cherchent à les résoudre en construisant des murs. Et en se barricadant eux-mêmes derrière de hautes murailles, comme les seigneurs du Moyen Âge.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28