Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 déc. 2020

Pas de trêve des confiseurs pour les forçats du cacao

D'un côté, les douces chocolateries de Noël. Sous d'autres cieux, des pays producteurs de cacao engagés dans un bras de fer avec les multinationales du chocolat, pour obtenir un prix "décent" permettant aux planteurs de sortir, un peu, de la galère dans laquelle ils sont plongés.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des producteurs de cacao près de Sinfra en Côte d'Ivoire, 2019, Issouf Sanogo AFP

En cette période de Noël, où toutes les sortes de chocolat sont prisées et à l’honneur, mais où le coronavirus n’a pas dit son dernier mot, le bras de fer qui oppose actuellement pays producteurs de cacao et multinationales du chocolat passerait presque inaperçu. De quoi s’agit-il?

Après plusieurs décennies de libéralisation et de déréglementation du secteur au profit des grands groupes chocolatiers, les Etats tentent à nouveau de reprendre la main. Plus précisément le Ghana et la Côte d’Ivoire, qui totalisent à eux deux plus de 60% de la production de cacao dans le monde. En juin 2019, pour accompagner leur demande d’un prix garanti du cacao qui corresponde aux coûts et au travail fourni, les deux pays ont suspendu leurs exportations de fèves. Face au refus catégorique de l’instauration d’un prix fixe au nom de la sacro-sainte loi du marché, ils ont alors exigé des industriels de la branche le paiement d’une prime de 400 dollars par tonne, baptisée «différentiel de revenu décent», à payer en plus du prix du marché, qui reste dramatiquement bas depuis des années; grâce, entre autres, à une surproduction minutieusement organisée, y compris par la Banque mondiale qui a contribué au financement d’immenses plantations de cacao dans plusieurs pays d’Asie.

Si la plupart des géants du secteur ont accepté de payer cette prime dès la récolte 2020-2021 démarrée en octobre, certains cherchent déjà à la contourner, prétextant une baisse de la demande due au coronavirus. C’est ainsi que pour éviter de payer le «différentiel de revenu décent» – on notera au passage ce nouveau concept – l’américain Hershey a décidé d’acheter d’acheter 30’000 tonnes de fèves provenant du stock du marché à terme de New-York, arguant qu’il provient de récoltes antérieures. Ce qui a provoqué la colère du Conseil du café-cacao de Côte d’Ivoire et du Cocoa Board du Ghana, les deux autorités nationales de la filière; lesquelles ont aussitôt suspendu les programmes de certification destinés au géant américain de la confiserie chocolatée ainsi qu’au groupe Mars, accusé de jouer un double jeu en s’adressant à d’autres pays producteurs, également pour éviter d’avoir à payer la prime. Or, ces programmes sont censés garantir que le cacao acheté par ces grands groupes est durable; et donc respecte les critères de production qui excluent travail des enfants et déforestation, désormais indispensables à la communication des multinationales vis-à-vis des consommateurs occidentaux.

Le business du chocolat représente un immense pactole, évalué à 100 milliards de dollars, dont à peine 6% reviennent aux pays producteurs, et seulement 2% aux planteurs; lesquels, dans leur immense majorité, croupissent dans une misère sans issue ou, selon la terminologie en vigueur, «vivent dans des conditions d’extrême pauvreté». Parvenir à mettre sur le marché des fèves extraites de cabosses mûres juste à point, puis séchées correctement pour éviter qu’elles ne moisissent, représente un travail colossal qui nécessite un véritable savoir-faire. Pourquoi celui-ci est-il si mal rémunéré, et la répartition des bénéfices de ce très lucratif secteur aussi scandaleusement inégale?

Le feuilleton est loin d’être terminé. Ces manœuvres rappellent en tout cas qu’à chaque tentative d’améliorer le prix du cacao et donc le sort des planteurs, voire même de mettre sur pied une «OPEP du cacao», tous les coups sont permis pour la torpiller. Cela éclaire également d’une lumière crue les débats concernant le volume de l’aide au développement aux pays dits pauvres, fragiles, faillis, émergents ou que sais-je encore, parmi lesquels de nombreux pays producteurs de matières premières agricoles ou minières. Si ceux-ci pouvaient en fixer eux-mêmes le prix, ils n’auraient certainement pas besoin de la «charité» et de la «philanthropie» des pays occidentaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot