Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 déc. 2020

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Pas de trêve des confiseurs pour les forçats du cacao

D'un côté, les douces chocolateries de Noël. Sous d'autres cieux, des pays producteurs de cacao engagés dans un bras de fer avec les multinationales du chocolat, pour obtenir un prix "décent" permettant aux planteurs de sortir, un peu, de la galère dans laquelle ils sont plongés.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des producteurs de cacao près de Sinfra en Côte d'Ivoire, 2019, Issouf Sanogo AFP

En cette période de Noël, où toutes les sortes de chocolat sont prisées et à l’honneur, mais où le coronavirus n’a pas dit son dernier mot, le bras de fer qui oppose actuellement pays producteurs de cacao et multinationales du chocolat passerait presque inaperçu. De quoi s’agit-il?

Après plusieurs décennies de libéralisation et de déréglementation du secteur au profit des grands groupes chocolatiers, les Etats tentent à nouveau de reprendre la main. Plus précisément le Ghana et la Côte d’Ivoire, qui totalisent à eux deux plus de 60% de la production de cacao dans le monde. En juin 2019, pour accompagner leur demande d’un prix garanti du cacao qui corresponde aux coûts et au travail fourni, les deux pays ont suspendu leurs exportations de fèves. Face au refus catégorique de l’instauration d’un prix fixe au nom de la sacro-sainte loi du marché, ils ont alors exigé des industriels de la branche le paiement d’une prime de 400 dollars par tonne, baptisée «différentiel de revenu décent», à payer en plus du prix du marché, qui reste dramatiquement bas depuis des années; grâce, entre autres, à une surproduction minutieusement organisée, y compris par la Banque mondiale qui a contribué au financement d’immenses plantations de cacao dans plusieurs pays d’Asie.

Si la plupart des géants du secteur ont accepté de payer cette prime dès la récolte 2020-2021 démarrée en octobre, certains cherchent déjà à la contourner, prétextant une baisse de la demande due au coronavirus. C’est ainsi que pour éviter de payer le «différentiel de revenu décent» – on notera au passage ce nouveau concept – l’américain Hershey a décidé d’acheter d’acheter 30’000 tonnes de fèves provenant du stock du marché à terme de New-York, arguant qu’il provient de récoltes antérieures. Ce qui a provoqué la colère du Conseil du café-cacao de Côte d’Ivoire et du Cocoa Board du Ghana, les deux autorités nationales de la filière; lesquelles ont aussitôt suspendu les programmes de certification destinés au géant américain de la confiserie chocolatée ainsi qu’au groupe Mars, accusé de jouer un double jeu en s’adressant à d’autres pays producteurs, également pour éviter d’avoir à payer la prime. Or, ces programmes sont censés garantir que le cacao acheté par ces grands groupes est durable; et donc respecte les critères de production qui excluent travail des enfants et déforestation, désormais indispensables à la communication des multinationales vis-à-vis des consommateurs occidentaux.

Le business du chocolat représente un immense pactole, évalué à 100 milliards de dollars, dont à peine 6% reviennent aux pays producteurs, et seulement 2% aux planteurs; lesquels, dans leur immense majorité, croupissent dans une misère sans issue ou, selon la terminologie en vigueur, «vivent dans des conditions d’extrême pauvreté». Parvenir à mettre sur le marché des fèves extraites de cabosses mûres juste à point, puis séchées correctement pour éviter qu’elles ne moisissent, représente un travail colossal qui nécessite un véritable savoir-faire. Pourquoi celui-ci est-il si mal rémunéré, et la répartition des bénéfices de ce très lucratif secteur aussi scandaleusement inégale?

Le feuilleton est loin d’être terminé. Ces manœuvres rappellent en tout cas qu’à chaque tentative d’améliorer le prix du cacao et donc le sort des planteurs, voire même de mettre sur pied une «OPEP du cacao», tous les coups sont permis pour la torpiller. Cela éclaire également d’une lumière crue les débats concernant le volume de l’aide au développement aux pays dits pauvres, fragiles, faillis, émergents ou que sais-je encore, parmi lesquels de nombreux pays producteurs de matières premières agricoles ou minières. Si ceux-ci pouvaient en fixer eux-mêmes le prix, ils n’auraient certainement pas besoin de la «charité» et de la «philanthropie» des pays occidentaux.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes