Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2021

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Trop de coups d'Etat en Afrique

"Trop de coups d'Etat, en Afrique, ça suffit comme ça", s'époumone Alpha Blondy depuis des lustres. Et pourtant, ils s'enchaînent en Afrique de l'Ouest, symptômes de démocraties à l'arrêt ? Dernier en date : le président guinéen Alpha Condé, qui avait modifié la Constitution pour rester au pouvoir.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

“Trop de coups d’Etat en Afrique, ça suffit comme ça”, s’époumonne le chanteur de reggae ivoirien Alpha Blondy depuis la fin des années 80. Mais rien n’y fait. Sur le continent africain, les coups d’Etat - qu’à une époque, on aurait pu penser d’un autre temps - s’enchaînent. C’en est presque devenu banal. “Tiens, encore un coup d’Etat en Afrique”, s’est-on dit le 5 septembre dernier, en apprenant que le président guinéen Alpha Condé, 83 ans, avait été arrêté en son palais, pris d’assaut à l’arme lourde par des jeunes militaires.

Les premières images diffusées sur les chaînes d’infos et les réseaux sociaux montrent des jeunes gens qui ont l’air étonnés d’avoir réussi leur “coup” si facilement; et semblent réaliser que désormais, ils ont un pays à gérer sur les bras. A Conakry, le nouvel homme fort, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, pose en tenue treillis, béret rouge légèrement incliné, qui lui donne un petit air de Thomas Sankara. Les foules qui laissent éclater leur joie à l’annonce de la destitution du vieux président rêvent une fois de plus de lendemains qui chantent.

Mais le plus souvent, il faudra déchanter. Il est rare en effet qu’un coup d’Etat militaire se traduise par une amélioration des conditions de vie des populations. A peine aux affaires, éblouis par les ors des palais, les montants faramineux à disposition d’un pouvoir sans limites, les nouveaux venus, le plus souvent, mettent en place, comme leurs prédécesseurs, un système autoritaire et corrompu. Et manquent d’empressement pour organiser des élections démocratiques et transmettre le pouvoir aux civils, comme ils s’y engagent à chaque fois.

Si un coup d’Etat avec prise de pouvoir par des militaire est spectaculaire, provoque réactions et condamnations, il en existe d’autres types, qui ne soulèvent guère d’indignation. Tel le coup d’Etat constitutionnel, fréquent en Afrique de l’Ouest, qui consiste en un “tripatouillage” de la Constitution pour modifier le nombre maximal de mandats présidentiels autorisés. C’est précisément ce qu’avait fait le président guinéen Alpha Condé, pour pouvoir briguer un 3e mandat. Mais de condamnation, point. Qu’il s’agisse de l’Union africain ou de la CEDAO (Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest), il leur est régulièrement reproché de manquer d’empressement pour condamner coups d’Etat institutionnels et élections frauduleuses et la répression féroce qui souvent les accompagne.

Dans ce jeu de poker menteur, chacun est attentif à ce qui se passe chez le voisin. La célérité avec laquelle le président français Emmanuel Macron était accouru à N’Djamena pour adouber le fils du président tchadien Idriss Déby à peine décédé, faisant fi de la Constitution existante, a ainsi été interprété comme un permis de bafouer les institutions. Cette complaisance rappelle celle des pays occidentaux durant la Guerre froide, où, pour contrer l’avancée du communisme sur le continent africain, ceux-ci apportèrent un appui sans faille à des dictateurs. On retrouve les mêmes réflexes, pour conserver des parts de marché, un accès privilégié à des matières premières, alors que la Chine gagne du terrain sur tous les fronts, et que la Russie et la Turquie se positionnent.

Soixante ans après les indépendances, on en est toujours là. Paradoxe : les coups d’Etat finiraient presque par apparaître comme une solution pour remédier au manque d’alternance à la tête de l’Etat et à une démocratisation en panne. Pas sûr cependant que cela soit la bonne formule. La société civile africaine se bat en tout cas avec courage pour qu’émergent des institutions suffisamment fortes pour rendre caducs les présidences à vie et les coups d’Etat.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze