Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juil. 2022

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Et si l'Afrique renonçait à importer du blé ?

Et si l'Afrique tirait profit de l'arrêt brutal des exportations de blé ukrainien ? C'est ce qu'espère le cinéaste-documentaliste ivoirien Idrissa Diabaté, auteur de deux documentaires consacré au mil, une céréale qui a pratiquement disparu des assiettes africaines, remplies de denrées importées. Il espère convaincre ses compatriotes que le mil est « la céréale du futur » pour l'Afrique.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Affiche du film du réalisateur ivoirien Idrissa Diabaté intitulé "Mils céréales du futur" 

Et si quelque chose de positif pouvait émerger de l’arrêt brutal des exportations de blé ukrainien dont l’Afrique est un important client ? C’est ce qu’espère le cinéaste-documentaliste ivoirien Idrissa Diabaté, un peu agacé par les prévisions apocalyptiques d’un continent africain affamé car privé du blé ukrainien. « J’espère que ce sera l’occasion pour nous en Afrique de nous demander quelles sont les céréales dont dispose notre continent et que nous pourrions cultiver nous-mêmes, afin de réduire notre dépendance alimentaires », implore-t-il.

Ses recherches documentaires ont fait apparaître que les céréales dont l’homme dispose aujourd’hui ont été domestiquées sur des continents différents. Ainsi, le blé a-t-il été domestiqué pour la première fois par l’homme en Europe, le riz en Asie, le maïs en Amérique et le mil en Afrique. « Mais le mil (appellation qui désigne aussi le millet et le sorgho), a pratiquement complètement disparu de l’assiette des Africains, au profit du riz et du blé ». Il se rappelle pourtant qu’il y a quelques décennies, les gens mangeaient le matin des galettes fabriquées à base de mil en guise de petit déjeuner. Mais la colonisation et la mondialisation sont passées par là, et aujourd’hui, le pain est devenu un aliment de base en Afrique.

« Notre continent est devenue un marché d’exportation très lucratif pour les producteurs de riz et de blé, subventionnés, ainsi que pour les importateurs sur le continent africain, qui disposent de lobbies puissants, et n’ont aucun intérêt à ce que l’Afrique produise ce dont elle a besoin pour se nourrir », regrette Idrissa Diabaté. Lui qui a consacré deux films documentaires au mil, voit pourtant dans cette céréale tout ce qu’elle pourrait apporter à l’Afrique : des valeurs nutritionnelles qui n’ont rien à envier au riz, au maïs et au blé, tout en étant moins gourmand en eau ; ainsi qu’une plus grande résistance à la sécheresse et au changement climatique. Mais en Côte d’Ivoire sa culture a diminué voire quasiment disparu dans certaines régions, au profit du cacao, du café, de l’hévéa, du palmier à huile, et désormais également de l’anacarde dans le nord du pays. « Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, il n’y pratiquement plus de terre pour produire les aliments de base dont nous, les Ivoiriens, avons besoin pour nous nourrir », constate-t-il.

Ce sont de telles réalités, constatées partout sur la planète, qui font dire à l’organisation GRAIN dans leur dernier rapport intitulé « De crise alimentaire en crise alimentaire » publié mi-juillet, que « les causes de la crise actuelle sont plus structurelles que la guerre en Ukraine ». Et de citer le leader paysan malien Ibrahima Coulibaly qui estime que « l’Afrique n’a pas besoin du blé d’Ukraine », tout en demandant d’arrêter de propager des « fake news ». Il réagissait au fait que la guerre en Ukraine était, selon lui, « utilisée comme un nouveau prétexte pour promouvoir l’impérialisme agricole occidental, qui a détruit les forêts, les terres agricoles et la diversité alimentaire dans les pays du Sud ».

C’est qu’en avril dernier, le président français Emmanuel Macron, en collaboration avec l’Union africaine et l’Union européenne, lançait l’initiative « Farm » (Food & Agriculture Resilience Mission), visant notamment à augmenter la production de blé, pour pallier aux déficits de blé ukrainien. Mais est-ce vraiment cela dont l’Afrique a besoin ? Ou s’agit-il plutôt, comme le recommande l’organisation GRAIN, très pointue sur ces questions, « de remodeler nos systèmes alimentaires » ? Le réalisateur de films documentaires Idrissa Diabaté est de cet avis. « Nos régimes alimentaires sont en train d’être changés pour s’adapter aux céréales importées, donc plus on avance, plus on devient dépendant », relève-t-il. Grâce à ses films, il espère convaincre ses compatriotes et le reste du continent que le mil est « la céréale du futur » pour l’Afrique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière