Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 juin 2021

Bill Gates promeut une agriculture high-tech en Afrique

Entre 2003 et 2020, la Fondation Gates a injecté quelque 6 milliards de dollars dans l'agriculture, censés bénéficier prioritairement à l'Afrique. L'organisation internationale GRAIN a enquêté sur les destinataires de ce fabuleux pactole qui impacte l'agenda agricole mondial. Les résultats sont édifiants.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration GRAIN

En pleine pandémie de Covid-19, Bill Gates fut la cible de ce qu’il est convenu d’appeler les «complotistes». Il fut surtout critiqué pour avoir défendu le monopole des brevets sur les vaccins. Habitué des conférences internationales qui planchent sur l’avenir de la planète, très écouté des «grands» de ce monde, qui se pressent pour figurer à ses côtés, il est porté aux nues pour ses actions philanthropiques en faveur de l’Afrique, salué comme un bienfaiteur de l’humanité qu’il serait particulièrement mal venu de critiquer.

Et pourtant. Au cours des dix-sept dernières années, la fondation Bill et Melinda Gates a injecté quelque 6 milliards de dollars dans le secteur de l’agriculture, dont près de 5 milliards censés bénéficier à l’Afrique. Un tel pactole impacte forcément les politiques agricoles du continent et, partant, l’agenda agricole mondial. Alors, de 2003 à 2020, à qui et à quoi ces quelque 1130 subventions ont-elles été accordées, pour quels résultats? C’est la question à laquelle répond l’organisation internationale GRAIN, qui vient de publier les résultats d’une enquête très pointue sur la question1.

Les résultats sont édifiants, puisque il en ressort que, loin d’une manne qui bénéficierait avant tout aux paysans africains, comme le répète à l’envi la Fondation Gates, 82% des subventions ont été versées à des structures basées en Amérique du Nord et en Europe. Le principal bénéficiaire est clairement le CGIAR (Consortium des centres internationaux de recherche agricole), un consortium de 15 centres de recherche lancé dans les années 1960 et 1970 pour promouvoir la révolution verte, misant avant tout sur des semences à haut rendement et à un recours intensif à des intrants chimiques, lequel a reçu 1,4 milliard de dollars de la Fondation depuis 2003.

L’AGRA, l’Alliance pour une révolution verte en Afrique, qui a infiltré la plupart des centres de recherche agricole sur le continent, est l’autre grand bénéficiaire de cette manne. Cette organisation qui compte en son sein les grands noms de l’agrobusiness a en effet reçu de la fondation quelque 638 millions de dollars depuis 2006, un montant colossal qui couvre près des deux tiers de son budget global. But de l’Alliance: développer et promouvoir les biotechnologies, les semences transgéniques, les intrants chimiques et faire pression sur les gouvernements africains pour qu’ils s’engagent sur la voie d’une agriculture industrielle, autorisent les OGM (organismes génétiquement modifiés) sur leur sol, malgré la résistance avérée des communautés paysannes et les désastres environnementaux et climatiques générés par ce type d’agriculture.

Les résultats obtenus par l’AGRA dans les pays où elle est active sont d’ailleurs plus que mitigés. Sans que cela ne pousse la Fondation Gates à modifier son approche, bien au contraire: début 2020, la fondation a lancé son propre institut de recherche, le Gates Ag One, basé à Saint-Louis, aux Etats-Unis, où se trouvent également le siège de Monsanto et d’autres géants des OGM et des pesticides. Cette structure ambitionne d’accélérer encore la transformation en profondeur des agricultures des pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud.

Pour faire passer sa vision du monde auprès des chefs d’Etat, décideurs politiques, responsables d’entreprises et promouvoir en Afrique et partout ailleurs dans le monde une agriculture high tech, Bill Gates ne ménage pas ses efforts. Lors du Sommet virtuel sur le climat organisé par le président étasunien, Joe Biden, en avril, il a également partagé sa vision pour remédier à la crise climatique: développer de nouvelles technologies, faire confiance au marché et favoriser des politiques permettant aux entreprises d’agir sans entraves. Une vision similaire à celle par laquelle il veut nourrir le monde, et tout aussi inquiétante.

1) "Comment la Fondation Gates pousse le système alimentaire dans la mauvaise direction", GRAIN, juin 2021  https://grain.org/e/6696

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes