Patrik BUISSON : le possédé d'Occident

Brigand de l'arsouille ou arsouille du brigand  ?

 

 

buisson1.JPG2.JPG3.JPG4.JPG

Seigneur,
n'ai-je donc tant écrit,
tant médit,
tant bavoté,
tant prié
pour votre seule grandeur
et celle de ma France,
votre fille aînée,
n'ai-je donc tant vécu, 

Seigneur,
que pour une telle infamie ?

Que n'as-tu fait de moi
un preux Croisé
défenseur de la foi contre
les infidèles enturbannés,
un Chevalier de Malte
exalté par la défense de l'Occident,
un Opusien Dei virginal,
un Rosicrucien mysticocabalistique,

un Boutinesque exalteur 
des "racines chrétiennes de la France",
un Civitassien illuminé
par ta pensée révolutionnaire ...
euhhh ... non ... 

réactionnaire serait le bon mot.

Je t'ai cherché partout,
Seigneur,
enfin presque,
en tout cas partout
où cela est important :
au GUD,
chez Occident,

à Ordre Nouveau,
 j'n'sais plus très bien, 
ça m'reste assez flou, 
y-en a trop ...
Mais aussi 

chez Le Pen,
à Minute,
au Crapouillot, 

à Valeurs Actuelles,
même au Figaro,

ça c'est 100% certain !
Et même, même,
vous n'allez pas me croire,
auprès de Léo Ferré,
le poète sans papiers, 

l'anarchiste qui vous conchiait.

Oui, Seigneur,
pour votre gloire
je suis allé de la Sainteté à la fange 

... où je viens de terminer, 
d'ailleurs.
Et vous ai rendu grâce
dans tous les milieux,
du plus distingué
au plus interlope.

Rendez-vous compte,
Seigneur,
j'ai même conseillé,
si, si,
con-sei-llé
Nicolas Premier,
Président hors catégorie
de la France.
J'ai même prié pour lui ...
et surtout, surtout,
je le confesse,
pour son épouse,
Carla la dévote,
honnête comme pas une,
qui a résisté
à mes regards 
concupiscents , 
mes intentions 
dépravées, 
mes attentions vicieuses,
mes componctions de débauché.
Aaaahhhh !
Carlita ...
quelle femme !..
Il ne la mérite pas  ...

Pardon,
Seigneur, 
je m'égare ...


J'ai été riche parmi les humbles,
retors parmi les puissants, 

la liste est longue, 
très longue, 
de mes turpitudes ...
Et je pourrais vous en raconter plus 
que vous n'voudriez en entendre, 
Seigneur.
Mais ce dont je suis l'plus fier, 
c'est d'avoir travaillé avec votre aide 
pour garantir un grand destin à MA France, 
en conseillant son Président douteux ... 
euuhhh .... non .... 
empli de doutes sur la conduite à tenir 
face à sa tâche exaltante.
Et j'ai réussi, 
pendant cinq ans au moins, 
dans ce travail de sape et d'ombre ... 
euuuhhh ... 
de bâtisseur et de clarté .

Jusqu'à ce que ... 
je ... je ... 
je perde les pédales 
un jour de Gay Pride 
quand je fus pris d'affection pour 
un Drag Queen brésilien 
au giron, Seigneur, 
au giron d'une opulence 
à faire se damner le plus pieux 
de vos fidèles .. himself !
Je succombai ... 
et vous m'en fîtes 
à juste titre le reproche, 
que je ne voulus entendre. 
Ce fut ma faute, ma très grande faute, 
je le confesse, 
mais je n'savais point 
que le péronnel siliconé 
était un fieffé traître 
infiltré au botox islamocommuniste 
pour me piquer
mes enregistrements sacrés 
que je réservais à l'instruction 
future de mes disciples 
en sainteté du pouvoir.

Pardonnez-moi, Seigneur, 
pardonnez-moi ?!

Non ?
Et pourquoi ... non ?
Parc'que j'ai trahi Sarkozy ?!

Mais j'en ai rien à foutre ... 
euuuhhh ... 
rien à faire du Nicolo !

Ah ! Vous ... 
si ?!

Et pourquoi, Seigneur, 
pourquoi lui ... 
serait votre élu 
et pas moi ?


Parc'que ... vous comptiez sur lui 
pour rétablir la chrétienté 
de la Crimée jusqu'à la pointe du Raz ?

Et ben, c'est la meilleure, c'la !
On voit que vous n'le connaissez 
pas bien le Carlito, 
Seigneur !

Ah ! Si ... j'oubliais 
que Dieu connaît tout et tous.
Mais justement, 
Dieu, 
comment pouvez-vous avoir misé 
sur un tel tocard, 
sur une telle rosse éculée ... ?
Ah ! ... j'ai mal articulé le dernier mot, 
euhh ... 
vous êtes sûr, Seigneur ?

(P'tain, j'ai du louper un épisode, 
moi ... 
j'sais plus où j'en suis, là ...)

Bon, Seigneur Dieu, 
j'vous aime bien, 
mais là,
j'crois qu'pour aujourd'hui, 
j'ai ma dose 
et que j'vais en rester là ... 
et m'mettre à chercher 
sérieusement
mon voleur de cassettes. 

Ça, au moins, 
ça sera du positif !..




Consulter l'original sur : http://fuliginox.blogspot.fr/2014/03/patrik-buisson-le-possede-doccident.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.