IL va parler. Nooonn c'est pas vrai !?.. Et ben SI !!

Pochade d'avant la cata de ce soir.

S'il nous sort encore des conneries on pourra dire alors qu'il est ir-ré-cu-pé-ra-ble !

Il l'est forcément ir-ré-cu-pé-ra-ble parce qu'obligatoirement il va nous en sortir ... des conneries.

Et pourtant, mettre tant d'temps pour s'décider à causer dans l'poste, crévindiou, l'est pas pressé l'artisse. L'aurait dû embaucher chez les ponctionnaires le p'tit. L'a loupé sa vocation en n'travaillant qu'à la vacation ... avec période d’essai.

 

Ssc'pas pour dire -mais j'vais l'dire quand même- on s'attend tell'ment à pas grand'chose et mêm'à trois fois rien d'la causette vespérale à Juju, qu'on s'demande si on va pas s'tirer en louc'dé d'la cambuse à Birgitt' pour aller chez Roro au coin d'la Rue des Issues Fatales. Pour r'trouver les potes d'vant un pot d'macon bien frais. À grignoter des gratons. Et du saucss' pistaché sur kéques rates du Touquet's.

Bon, pour rentrer faudra bien viser la sortie d'la traboule, rheus'ment qu'elle est pas bien large celle du Coupe-Georges. Qu'on l'appelle comme ça rapport au jour où l'Roro avait pris son comptoir pour une estrade en déclamant des phrases à l'Pompidou l'jour d'son clabotage. C'date pas d'avant-hier heiiiinnn, ça non, mais c'est des souv'nirs indébiles ... euuhhh ... non ... inlédé ... indélébiles. Aaaahh ! J'suis pas d'jà cuit tout d'même !

 

Non parc'que l'natif d'Amiens j'vous parie qu'i va nous r'faire l'coup d"La République c'est moâââ !" Qu'c'est comme deux fois deux qui f'raient quatre.

Hein, comment, quoi t'est'ce, c'est pas d'lui càààà ...? Non ? C'est d'l'autre, là, l'pote au guignolo, c'lui qui crie partout sur tout l'monde qu'il est cambriolé par la maison poulaga alors qu'c'est lui qui veut casser sa porte en flagrant délire ?! Ah bon. C'est pas d'Manu, ça. Ben merdre alors. D'toute façon, c'est kif kif la bourrique tout ça. Ça cause pour dire qu'demain ça n's'ra pas comme hier mais qu'ca ressemblera fort à aujourd'hui. Ah ! C’est qu'ça évolue, ces bestioles grignoteuses de fafiots, surtout dans l'sens de la pressure du pôv péquin v'v'oyez. Pleins d'ressources qu'i sont pour leur confort et c'lui d'leurs potes. Et l'Astre du 55 l'est sur une orbite qui passe plus souvent près d'Crésus que d'la grande misère. L'Inzoumis en chef n'est pas à plaindre non plus à c'qui paraît. S'préoccupe des pauvres parce qu'i sait c'que c'est qu'd'être riche. Héééé ouiii c'est qu'ça donne de l'instruction d'avoir du blé. Ça aide pour faire sortir d'chez nous nos pôv p'tites économies et à les gérer conv'nablement. Pas L’Économie, non ! Ça ça s'saurait, c'n'est pas dans leurs cordes. Et pis c'n'est pas du tout la même chose ; faut pas confondre lessiveuses et Banque de France, piles de draps et PIB.

 

I va nous s'riner encore qu'i faut qu'on soit productifs, va pas pouvoir s'ret'nir.

Qu'i faut qu'on créé d'la richesse. Qu'c'est la clé du bonheur, le sésame-ouvre-toi du port'monnaie bien rempli. Va s'prendre pour Fernandel chez AliBaba. Mais sans nous faire marrer, lui. I nous fait jamais marrer. Jamais ! L'est pas doué pour ça. Non plus ! 18 mois sans s'marrer, v'v'ous rendez compte ?!

Au moins avec l'Culbuto-du-Pédalo on avait droit à de p'tites blagounettes, à d'l'imagination, comm'la boîte à outils, l'format Normandie, la pluie à l'Ile de Sein, les croissants en scooter, enfin bref on s'emmerdait pas quoi. Bon on a eu les Bonnets rouges, ok, et i nous ont coûté bonbon, ok, mais c’tait d'la gaudriole entre deux crêpes. Rien à voir avec la révolution d'maintenant, celle des Gilets Jaunes, du sérieux là, des qui travaillent à l'acte comme les toubibs, qu'on en est au 4éme non remboursé par la Sécu. Qu'i z'annoncent d'ailleurs un 5ème pour sam'di prochain. Car i savent c'qui va dire ce soir, l'Président. Ou plutôt, pas dire. Alors z'ont déjà réservé leurs autocars Macron et leurs TGV InOUI-Spinetta. Une affaire qui roule. Et c'n'est pas une tournée des maires de France -tiens, ils existent maint'nant les maires, i peuvent servir à qqchose, sont concernés ?- qui va perturber l'bulldozer jaune. Vont être surpris les maires, déjà qu'beaucoup veulent pas s'représenter. Un p'tit maroquin pour Baroin dans une pochette surprise, ça s'rait-y pas l'marché sur la toile cirée ? Oh que oui, que oui...

 

 

Bon ben moi, pour passer l'temps avant c's'soir, j'vais voir si l'Roro s'ra ouvert, des fois qu'i lui prenne l'idée d'fermer pour cause de deuil national*.

 

 

* Attention attention : pour les funérailles inévitables, prière de s'habiller en jaune. Un cahier de condoléances sera à la disposition du public compatissant. Pour porter le cercueil, des Zinsoumis sont vivement souhaités ; ça leur permettra d'avoir le sentiment d'servir à quelque chose.

 

Et pourtant, et pourtant

Sans un remords,

Sans un regret je partirai

Droit devant moi

sans espoir de retour

 

Sacré Aznav, toujours dans le vent de l'histoire !..

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.