Eric WOERTH : petit à petit, le retour !

Fin de la traversée du désert ou mirage ?

 

 

 

woerth.JPG1.JPG2.JPG3.JPG4.JPG5.JPG

Ah !Non ... 
mais là ... 
euuhhh ...
 attendez ... 
c'n'est pas du tout 

la même chose que ... 
que l'autre, là ... 

le rescapé d'la marée d'boue.

Moi j'n'ai pas été condamné, 
enfin ... pas encore ...
J'ai même bénéficié 
d'un non lieu 
enfin pas t't'à fait à vrai dire,
pas encore 
mais ça n'saurait tarder ... 

Et j'vais vous dire ... 
ben ... 
euuuhhh ... 
j'suis tout d'même 
que présumé coupable.
Donc c'est quasi comme être  

innocent et presque plus présumé, c'la.
D'mandez à mon baveux, 
t'nez.
C'est pas avec les heures passées 
sur mon aff....
ouiii ... 
vous avez raison ... 
sur MES affaires,
qu'il va s'offrir une île 
dans l'golfe, lui, hein !?


Non ! 
C
'est pas des pays du Golfe 
dont j'vous parle. 

C'n'est pas Guéant, 
mon babillard.
Vous allez où, vous ? 
J'ai pas les moyens pour des tarifs 
de l'av'nue Georges V, moi. 
Tapie peut-être.
Moi, non ! 

Et puis il m'en fallait un vrai de vrai
d'baveux, 
pas un plaidoiseux d'opérette. 
Vous m'voyez confier ma défense 
à une pochette surprise ?

Non ! J'parlais 
du golfe du Morbihan, 
c'lui qu'est cerné 
d'illettrés 
à c'que dit Macron... 
Un golfe bien d'chez nous, quoi !?

Mais avec des îles, c'lui-là, 
des îles ... 
entourées d'eau ... 
ouiii ... 
c'est c'la, 
des îles, point barre !
Des îles où c'qu'on peut 
avoir la paix ... 
si vous voyez c'que j'veux dire ...
Vous entravez, là, 
ou j'dois ralentir ?

Bon, j'en étais où, moi ? 
Vous m'égarez, j'm'y perds ...

Ah ! Ouiiii ... 
Et ben d'puis quelques mois, 
j'sens l'atmosphère 
s'détendre autour de moi, 
comme un air des cimes, 
voyez-vous, 
comme si j'pouvais enfin 
aller à l'hippodrome de Compiègne 
sans arrière pensée. 

Bon, pour mon épouse 
c'est pas encore tout à fait ça.
D'puis l'affaire de 
Liliane,
elle a du mal à s'en r'mettre.
Mais ça s'éclaircit tout d'même. 

Y-a du mieux.
Et puis, on est deux, 

on fait front. 
C'est beau d'être deux, non ?

Enfin, c'que j'en dis, 
c'est pour vous, hein ... 
Vous m'donnez l'impression 
de n'pas être bien à l'aise 
derrière vot'micro. 

Des soucis ? 
Oui ... non ... oui ... 
Parc'que j'peux vous donner 
l'adresse de mon bavoteux 
et mêm' c'lui du psy d'ma femme. 
Vous verrez, 

ils sont bonnards ... 
ET 

abordables ... 
c'qui n'gâche rien.
Non, c'est du prix dont j'parle, 
pas de leur caractère. 
Vous connaissez 
un  psy ou 
un avocat sympa, vous ?

Non ?!
Vous voyez !
Ils peuvent être odieux 
tout en étant divins ... 
mais c'est quand même très rare !


Allez, c'est pas l'tout, 
mais faut que j'vous laisse. 
J'ai un rencard à la Financière ... 
Ouiii ... 

si vous voulez ... 
une convocation ...
On n'va pas jouer sur les mots, hein !?

Pourquoi ?

Pourquoi quoi ?
Aaaahhh ! La convoc ?

Bonne question ! 
Et bien j'vais vous étonner ... 
Ça s'rait pour
u-ne-nou-vell'a-ffaire, 
qu'ils m'ont dit !
Elle n'a pas encore de nom, 
celle-là ... 
Alors, ça s'ra 
surprise surprise !! 

Y-a qu'à attendre 
le l'ver d'rideau, 
qu'ils m'ont dit.

L'metteur en scène ? 
Quoi l'metteur en scène ?

C'est qui ?

Ben comme d'hab : 
c'est Renaud ! 
Ouiii ... j'l'appelle par son prénom, 
Van Ruymbeke. 
Vous pensez ... 
d'puis l'temps 
qu'on on s'fréquente !!











woerth.JPG


Làààà ... en c'moment,
qu'est-c'que j'fais ?

Et ben, 
j'fais FOMEC qu'ça s'appelle.
Vous n'pouvez pas savoir 
les services 
que ça m'a rendus 
d'puis qu'j'ai fait mon service 
dans les chasseurs à pied.
En 
Rhénanie-Palatinat.
2ème classe, que j'étais.
A c'n'était pas en Syrie-Califat, 
mais j'en ai bavé tout d'même.
Et puis se fondre dans l'paysage, 
c'était sans doute 
plus facile que là-bas.

Enfin ... 
ccchhhuuuttt ... 

excusez ... 
je n'peux pas parler trop fort 
parc'qu'il vont savoir 
que j'suis là. 

Déjà, commm'vous voyez,  
qu'c'est pas la grande foule, 
j's'rais facil'ment repéré.
Et là, ils sauraient c'que j'ai voté. 


Vous pensez ... 
il est question d'entériner 
une nouvelle loi 
interdisant la cession 
de domaines publics forestiers 
à des sociétés chevalines. 
Noooonn ! ... 

pas des boucheries, non ... non ... 
Des hippodromes !!

Vous pensez bien 
que j'suis d'accord. 
On n'va quand même pas 
laisser notr'patrimoine être dilapidé, 
et à vil prix en plus
-surtout à vil prix- 
au profit d'intérêts privés 
qui font dans les cercles de jeux, 
les paris et tout l'tintouin qui va avec.
Et qu'ma morale réprouve, en plus. 
Et même celle de mon épouse, si, si ...
Les ch'vaux 
c'est pourtant son dada. 
Et ben, ça n'l'empêche pas 
d'aimer les espaces verts 
de notre beau pays. 
Encore plus s'ils sont protégés.

Alors, voyez ... 
j'dois m'faire très discret, 
par c'qu'être Maire de Chantilly
et voter pour cette loi ... 
au demeurant socialisto-écolo ... 
ça la foutrait mal si ça s'savait.

P't-être qu'avec un peu d'chance 
mon vote passera inaperçu. 
J'vois qu'Guaino n'est pas là. 
C'est pas un acharné 
d'la machine à voter, 
faut bien l'dire.
Mais ... comme pip'lette 
il se pose un peu là, 
l'plumitif à Carlito.
Il est camé aux plateaux Télé, 
l'Riri, 
allumé grave aux studios d'radios. 
Tous les jours, 
il lâch'son venin sur les ondes. 
Aaaah ! 
C'est pas son siège de député 
qui risque d'être usé, hein !?

Hier, il a voulu jouer au malin 
avec le Prem's. 
Il s'en est pris une en r'tour, 
pas piquée des vers.
La honte de la droite, c't'homme.
Il s'est fait moucher d'première 
par le p'tit catalan. 
Et paf !!

Mais quelle idée, aussi,  
d'citer en exemple l'affaire Marcovic 
comme si c'était une pub 
pour l'Pur'Odor 
d'la politique de droite.
Tout ça pour accabler 
c'pauvre Jouyet, 
dont tout l'monde sait 
qu'c'est le roi d'la gaffe.


Bon ... allez, 

c'est l'heure du vote.
Faut pas que j'me goure d'bouton 
comm'Guaino. 

Encore lui !!

Alors : 
rouge, c'est non, 
vert, c'est oui.
Allez : 
j'appuie sur roug' ... 
non ... 
sur vert ... 

Ouffff ! 

Voilà, c'est fait.

Allez, j'vous souhaite bonne nuit. 

Moi j'rentre retrouver Floflo, 
pour un gros câlin bien mérité.
Et puis d'main, 

j'me lève tôt. 
Y-a Renaud qui m'a filé un rancard 
au p'tit bar 
en bas d'la brigade financière.
Il voudrait savoir 

si j'ai pas des tuyaux à lui filer 
sur Claude, vous savez, 
le béat Béant, hi, hi ...
l'négociant en tableaux 
entre la Malaisie et Paris.







woerth.JPG1.JPG


Là, c'est la fortune !!
Si, si ... 

j'la tiens.

J'vais l'faire brev'ter ... 
et ... 
à moi les royalties !

Mieux qu'des boules Quies, dites ...

Deux doigts dans les oreilles ... 
mais non, 

pas deux dans la même, 
un dans chaque, 
c'est encore plus simple !

Alors ... 

UN doigt 
dans chaque esgourde ... 
et ... et ... 

miracle de mon génie ...
on n'entend plus 
ni Guaino ... 
ni Jacob.


P'tain, ça fait du bien ... 
vous n'pouvez pas savoir 
c'que ça fait du bien !





Consulter l'original et bien d'autres sur : http://fuliginox.blogspot.fr/2014/11/eric-woerth-petit-petit-le-retour.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.