Célestine
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 juin 2017

Célestine
Abonné·e de Mediapart

Les "class actions" d'actionnaires ou le renforcement de la finance....

Mon jeune camarade Insoumis, Zaccharie, juriste fiscaliste à écrit un article qui dévoile clairement les intentions d'une candidate pour les législatives: Laetitia Avia, de LREM. Nul doute que si elle est élue elle accentuera durablement le rôle de la finance sur les décisions du Gouvernement Macron-Philippe.

Célestine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon jeune camarade Insoumis, Zaccharie,  juriste fiscaliste à écrit un article qui dévoile clairement les intentions d'une candidate pour les législatives: Laetitia Avia, de LREM. Nul doute que si elle est élue elle accentuera  durablement le rôle de la finance sur les décisions du Gouvernement Macron-Philippe.

Les "class actions" d'actionnaires ou le renforcement de la finance prôné par Laëtitia Avia, candidate La République En Marche, dans la 8ème circonscription législative de Paris. 

À l'heure où les profits des actionnaires atteignent des records (54 milliards en 2016) et où les projets de délocalisations motivés par des critères de rendement se multiplient (Whirlpool, GM&S), la candidate LREM L. Avia plaide de son côté, dans un mémoire écrit en 2012, pour l'introduction en droit français du mécanisme américain de la class action pour les actionnaires de sociétés.


Une "class action" (action de groupe en français) est un moyen pour un groupe de personnes ayant subit un préjudice identique d'obtenir une indemnisation collective rapide. À l'issue d'une analyse assez méprisante pour notre droit par rapport à un système américain présenté comme "moderne", L. Avia plaide pour l'introduction en France de ce mécanisme pour les personnes ayant subit un dommage de la part de l'entreprise dont ils sont actionnaires. Cela leur permettrait d'obtenir plusieurs milliers d'euros de réparation en cas de mauvais investissement. En clair, cela donne le droit aux actionnaires d'attaquer une entreprise dans laquelle ils ont investi sous prétexte qu'elle leur fait perdre de l'argent. Or, n'est-ce pas là le propre du risque de l'investissement ?

L. Avia entraperçoit d'elle-même toute l'ignominie et l'absurdité de conférer une telle prérogative aux actionnaires. Sous couvert d'une objection idéologique (comme si son propos ne l'était pas) elle admet que l'esprit de justice des "class action" ne se concilie pas spontanément avec l'univers de la finance dominé par la prise de risque et la spéculation. C'est donc sciemment qu'elle fait fi des conséquences funestes de cette procédure sur l'emploi et sur l'investissement dans l'économie réelle.

Il est vrai, certains actionnaires sont loin d'être milliardaires. Ils sont aussi parfois de petits épargnants comme vous et moi voulant placer leurs économies pour des lendemains difficiles. Mais les grandes banques et fonds d'investissement qui jouent avec cette épargne ne doivent pas recevoir un quasi blanc-seing comme le souhaite notre concurrente. Tout à l'inverse, pour protéger les petits épargnants, il faut réarmer les autorités de régulation des marchés avant la prochaine grande crise financière : il ne faut pas que les acteurs de la finance puissent écouler l'argent de milliers de personnes dans des investissements de plus en plus toxiques. 


Au lieu d'offrir une bouée de sauvetage aux puissances lésées par la déréglementation dont ils sont les ardant défenseurs, il faut répondre par une mise au pas de la finance. Au lieu de sécuriser encore un peu plus les dividendes records des actionnaires français, il faut les empêcher de spéculer sur la profitabilité de millions de salarié-e-s, hommes et femmes, se battant chaque jour pour simplement construire et préserver un foyer. 

À l'heure où la mondialisation financière montre son visage le plus exécrable, ne cédons pas aux desiderata des actionnaires comme le fait La République en Marche, et sa candidate Laëtitia Avia. 

Les 11 et 18 juin, votons pour la hausse des petits salaires et la soumission de la finance au monde réel : votons Clément Bony, dans la 8ème de Paris, votons France insoumise partout en France.

Zaccharie Perais (juriste fiscaliste)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey