Célestine
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 mars 2020

Célestine
Abonné·e de Mediapart

Super Pouvoir

Une de mes nièces d'adoption, Marie, jeune amie de 38 ans aujourd'hui, m'a envoyé ce texte ce matin. Je voudrais m’offrir un cadeau, m’octroyer le droit de parler, a-t-elle écrit. C'est un texte d'une force extraordinaire car il rend universelles toutes les malfaisances des éternels impunis et les douleurs subies. Il dit toute la profondeur du préjudice sans jamais le nommer.

Célestine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes, c’est aussi mon anniversaire, mes 38 ans. Je voudrais m’offrir un cadeau, m’octroyer le droit de parler.

J’en ai jamais rien eu à faire des Césars, mais grâce à Adèle qui s’est levée, Aïssa qui a pris la parole et Virginie qui a balancé son texte comme une bonne droite dans la gueule, je me sens moins seule, je me sens des milliers, des millions.

Je suis femme, artiste et victime, je ne peux pas séparer les trois.

Être victime, c’est ma force et ma rage, ma résilience et mon pardon.

C’est aussi mes cris étouffés et mon insécurité permanente.

Être victime m’a donné un super pouvoir, celui de l’empathie.

Mais comme un super pouvoir implique de grandes responsabilités, je ne peux pas faire autrement que d’entendre et d’écouter les souffrances des autres.

Je me sens nous toutes, je me sens nous tous, victimes de violences sexuelles, homophobes, racistes, policières, judiciaires, arbitraires…

Le point commun qui me révolte et me révulse c’est l’impunité des agresseurs et le silence complice d’une grande partie de la société qui étouffe nos cris et nous force à ravaler nos larmes, bien profond au fond de la gorge.

Tout comme je ne suis pas qu’une victime, je ne pense pas qu’un agresseur, qu’un violeur, qu’un policier qui commet une « bavure », ne puisse être réduit qu’à son état de bourreau, je ne le condamne pas à mort. Je crois en la rédemption, en la réhabilitation, en la guérison. Mais pour cela il faut que le criminel reconnaisse son acte, qu’il prenne conscience du mal qu’il a fait, qu’une forme de justice soit faite.

Il faut arrêter de les excuser, de légitimer leur violence, de faire constamment porter la faute sur la victime : pourquoi elle n’a pas dit non ? Comment elle était habillée ? Pourquoi a t’il résisté au policier s’il n’avait rien à se reprocher ? Pourquoi elle n’a pas parlé plus tôt ? Pourquoi elle nous parle des rôles qu’on ne lui donne pas au cinéma ?

Ces questions ne sont plus audibles pour moi, ces questions réveillent ma rage, alors je vous demande de vous poser la question, mais réellement, d’y réfléchir. Nous avons tous nos failles et nos blessures, utilisez vous aussi votre super pouvoir d’empathie et vous percevrez sans doute les réponses.

Vous vous tiendrez peut-être au côté d’Aïssa Maïga, et vous questionnerez sur votre propre racisme, vos propres clichés, vous savez que vous n’avez rien à vous reprocher, très bien, alors ne l’accueillez pas si froidement, ne la rejetez pas , accueillez sa parole et demandez vous ce que vous pouvez changer à votre niveau.

Vous vous tiendrez peut être au côté d’Assa Traoré dans son juste combat pour obtenir la vérité sur la mort de son frère. Vous sortirez de la salle avec Adèle Haënel.

J’ai la chance d’avoir un fils de bientôt 12 ans, beau, intelligent, sportif, populaire, non ce n’est pas que la maman qui parle. Car il est tout ça, il a confiance en lui et j’en suis emplie de bonheur, mais je lui apprends que, parce qu’il dispose de toutes ses qualités et toutes ses facilités, il se doit encore plus que d’autres de faire attention à ses semblables, de considérer chaque camarade avec respect, de se mettre à la place de ceux pour qui les choses seraient moins faciles. Il doit utiliser son super pouvoir à bon escient.

C’est peut être cela que les dominants les puissants n'ont jamais appris.

J’ai 38 ans, j’avais 20 ans après la majorité pour porter plainte, je ne l’ai jamais fait car je n’en ai jamais éprouvé le besoin, j’ai même pardonné, mais c’est mon histoire et je sais très bien que d’autres ne le peuvent pas. Ce qui ne tue pas rends plus fort, c’est des conneries, quelque chose est mort en moi, mais pas mon super pouvoir qui est né de ces cendres.

La petite fille de 8 ans en moi vous demande d’utiliser le vôtre et remercie Adèle, Virginie, Aïssa, Assa d’être de si grandes sources d’inspiration.

Marie

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop