Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2018

Tout ce qui s’agite n’agit pas ! *

Qu’en est-il aujourd’hui, de la notion d’activité ? Le learning by doing, apprendre par l’action, de John Dewey date de la fin du XIXe siècle, l’idée « d’activité pédagogique » de Rousseau ou de Locke se rendormira cent cinquante ans après la disparition de ses auteurs. Il est de plus en plus difficile, aujourd’hui, de définir l’activité. À se demander si, l’activité ne se subirait pas.

Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu’en est-il aujourd’hui, d’une notion d’activité qui fut pointée très vite par les militants de l’Éducation nouvelle. Le learning by doing, apprendre par l’action, de John Dewey date de la fin du XIXe siècle, l’idée « d’activité pédagogique » de Rousseau ou de Locke, toute fulgurante qu’elle fut, se rendormira cent cinquante ans après la disparition de ses auteurs. Il est de plus en plus difficile, aujourd’hui, de définir l’activité. À se demander si, et de façon la plus objective possible, l’activité ne se subirait pas.

Toutes les idées qui tentèrent d’installer une forme d’éducation centrée sur l’activité de l’individu furent, et sont d’ailleurs, toujours violemment critiquées. Édouard Claparède, qui le premier parla d’intérêt, de pédagogie de l’intérêt, avec Ovide Decroly, fut accusé de défendre une pédagogie de l’enfantillage. Pourtant une activité se doit de répondre aux besoins de ceux qui vont la pratiquer. Et à défaut, de tenir compte de qui sont les pratiquants ou les participants. Edouard Claparède le définit assez bien : « Est active une réaction qui répond à un besoin, qui est déclenchée par un désir ayant son point de départ dans l’individu qui agit, par un mobile intérieur à l’être agissant 1 »

Les premiers socles de la réflexion sur la notion d’activité seront renforcés par les apports sur le et les groupes (de Kurt Lewin à Fernand Oury), au sein desquels se développent la coopération, l’entraide, l’élaboration collective. Célestin Freinet y instillera la démarche d’expérimentation. Maria Montessori aura largement influencé l’aménagement des cadres, pour qu’ils puissent répondre aux besoins et aux capacités. Henri Wallon et son approche du milieu auront une influence considérable, qui devrait encore aujourd’hui renvoyer toute activité « hors sol » aux musées des horreurs. Par activité « hors sol », il faut entendre une activité déliée de tout ce qui constitue son environnement direct.

Une réelle activité

La définition donnée par Robert Lelarge et le groupe national activités manuelles des Ceméa de l’époque appuyée et alimentée par les recherches de Francine Best permet d’analyser ce qui fonde l’activité, laquelle se définit comme une succession d’actions :

– Qui est fondée sur un besoin.
– Qui répond à un intérêt.
– Qui est déclenchée par un désir.– Qui fait l’objet d’un projet ouvert.
– Qui se déroule par opérations fonctionnelles.
– Qui constitue une expérience personnelle.
– Qui donne lieu à une réflexion.
– Qui permet d’atteindre un ou plusieurs objectifs.

Le texte de Tony Lainé sur l’Agir, apportera une dimension supplémentaire à la réflexion 2: « C'est ainsi que l'on doit toujours se situer de telle manière que le choix de l'enfant puisse s'exercer, se manifester, que l'on puisse le sentir, le déchiffrer du point de vue des activités. Il ne faut pas pré-concevoir des activités figées, parce qu'à ce moment-là, c'est notre désir à nous qui prévaut, cela n'a rien à voir avec le désir de l'enfant. ... »

Il n’y a clairement pas d’activité, au sens d’activité humaine comme nous l’entendons, quand il ne peut pas y avoir une expérimentation, une appropriation par le tâtonnement, des cheminements de type expérimentaux. Qu’on nous évite le procès du « On ne va quand même pas réinventer l’eau chaude tous les jours ». Il ne s’agit pas de ça ! Il s’agit de pouvoir, dans un domaine d’activité choisi, se réapproprier, dans son cadre de références autant personnel que culturel ou social, un chemin qui ouvre la curiosité, qui suscite une dynamique positive de découverte. Il s’agit bien d’une prise de risque.

Celle qu’on retrouve dans l’activité spontanée qui a disparu des consciences : la pression culturelle fait qu’une activité doit être planifiée, organisée, pensée à l’avance. Toute tentative d’activité spontanée, d’organisation de cadre pédagogique qui la facilite est vouée aux gémonies de la raison. Quand elle n’est pas accusée d’un laxisme suspect. La peur du laisser-faire conduit à un activisme absurde.

Pourquoi alors, ne pas revendiquer non pas AUX activités mais un droit à l’activité pour tous, support de l’émancipation de chacun dans la société, support de la construction de sa culture, permettant de prendre et d’assumer une place responsable et citoyenne dans une culture plus large ?

Alain Gheno

* Cousinet in Ven 281, 1974.

1. In L’Éducation fonctionnelle, éditions Fabert, 2009.

2. Tony Laîné, « L’Agir » in Ven 276-277-459 et in Ven dossier hors série : Toujours Nouvelle ! 2005. www.cemea.asso.fr/spip.php?article2771

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale