Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2018

A nous l'Ecole ! Le documentaire

"A nous l’École" est un documentaire qui met en mots et en images les pratiques pédagogiques menées autour de la parole de l’enfant dans une école. Cette école, c’est l’école Vitruve, une école publique située à Paris. Depuis plus de 50 ans, les équipes enseignantes cherchent comment donner vie aux concepts de citoyenneté et d’émancipation, à travers des projets que les enfants réalisent.

Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À nous l'école ! (Bande-annonce) © Cemea

Nous (les Ceméa) ont décidé d’aller à la rencontre des enfants et de l’équipe enseignante de l’École Vitruve à travers un film documentaire. Nous souhaitons mettre en images et en mots, la réflexion pédagogique autour de la place de la parole de l’enfant dans une organisation collégiale. Comment s’articule cette réflexion entre l’enfant, l’individu et le groupe auquel il appartient ? Nous donnons la parole aux enseignants qui continuent de construire leur réflexion pédagogique, mais aussi leur professionnalité autour de cet héritage de cinquante ans dans cette école et au sein de l’institution Éducation nationale. Nous les interrogeons sur leur démarche, leurs convictions, leurs doutes aussi, autour de cette école hors du commun qui fabrique du commun !

Dans une majorité des écoles en France, la journée démarre par le déclenchement d’une sonnerie pour annoncer le démarrage des cours. Ce n’est pas le cas à l’école Vitruve. Un simple signe d’un enseignant suffit pour que les 250 enfants se dirigent tranquillement vers leurs espaces de travail. Cette première observation est anecdotique mais elle traduit déjà une volonté de commencer la journée à l’école d’une autre manière : le flux des enfants qui rejoignent leur groupe avec enthousiasme et sourires annonce que les approches pédagogiques réfléchies par l’ensemble de l’équipe dans cette école sont implicantes et motivantes. Déjà la plaque de l’école accrochée à la grille du 7 passage Josseaume dans le 20ème arrondissement à Paris est annonciatrice d’un projet pédagogique engagé « Entreprendre pour apprendre ». Depuis le mois de septembre 2016, je franchis régulièrement cette même grille pour observer et échanger avec l’équipe pédagogique autour de leurs pratiques, de leurs projets mais aussi de leur héritage. En effet, l’École Vitruve c’est avant tout une aventure pédagogique qui a démarré il y une cinquantaine d’années, à l’initiative de Robert Gloton, un inspecteur de l’Éducation nationale, militant du GFEN. Face à de grosses difficultés scolaires des enfants, au coeur d’un quartier très populaire, cet inspecteur a proposé à des enseignants volontaires de « fabriquer » une autre école, un autre schéma. En réaction à l’isolement traditionnel des classes au sein des établissements scolaires, ces enseignants décident de penser l’unité pédagogique différemment. Cette unité pédagogique n’est plus la classe mais l’école tout entière. Toute l’organisation devient collégiale et repose sur plusieurs dispositifs mis en œuvre quotidiennement. Cinquante ans d’expérimentation pédagogique au sein de cette école publique et on y parle encore aujourd’hui de conseils des enfants, des conseils d’école pris en charge par des coordinateurs d’enfants, de groupes de responsabilités, des coopérateurs, de médiateurs, de contrôleurs de vitesse, de comité de rédaction, de groupes multi-âges, de classes vertes, de projets.

L’École Vitruve est héritière du projet de l’Éducation nouvelle, et ses choix de « pédagogies alternatives » s’inscrivent donc dans une perspective d’ « école différente » dans un modèle pédagogique particulier articulant des théories de l’éducation et de l’apprentissage, des valeurs et finalités éducatives et des techniques pédagogiques.

Caroline Barrault

Chargée de mission, secteur École des Ceméa

Le film en DVD : https://publications.cemea-formation.com/catalogue.php?idPublication=452

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis