Des moyens pour l'éducation, une priorité vitale à Mayotte

A Mayotte, le mouvement légitime qui mobilise notre territoire fait suite à de nombreuses autres grèves, manifestations, blocages et fermetures d’établissements. Cette crise est donc profonde et elle peut ouvrir sur des exactions ou violences encore plus grandes envers une partie de la population. Les militants, les salariés et les volontaires des Ceméa s’expriment !

A Mayotte, les militants, les salariés et les volontaires des Ceméa s’expriment !

Le mouvement légitime qui mobilise notre territoire fait suite à de nombreuses autres grèves, manifestations, blocages et fermetures d’établissements. Cette crise est donc profonde et elle peut ouvrir sur des exactions ou violences encore plus grandes envers une partie de la population. Il faut donc saluer :

• Ceux qui permettent que les enfants ne soient pas livrés à eux mêmes et absents des barrages.

• Et ceux qui savent que pointer l’étranger, comme seule cause des questions, est une impasse pour penser l’avenir.

Les jeunes sont les premières victimes des violences, ils sont, pour une grande partie, en perte de repères et de projets possibles.

Cette crise peut aussi être le point de départ d’un nouveau projet populaire pour Mayotte, un vrai projet qui sorte des dispositifs d’urgence. Pour cela la sécurité, la santé, l’aménagement, les revenus, l’emploi, les services publics ... sont parmi les priorités annoncées.

Pour notre part, l’éducation, la formation, l’accompagnement des jeunes les plus fragiles et la place des parents, sont les leviers pour que la société s’émancipe enfin !

Réussir à l’école, réussir dans la vie, réussir à la maison, sont indissociables.

Vivre en sécurité maintenant, percevoir un avenir possible, être accompagné, sont liés.

Alors oui, il faut investir rapidement et massivement dans les domaines de l’éducation, pour sortir de l’impasse de notre territoire.

Investir cela veut dire des moyens financiers pour des personnels qualifiés, des équipements, mais cela veut dire aussi la mobilisation des acteurs qu’ils soient élus, associatifs, bénévoles, agents de l’État, professionnels !

Les institutions locales et d’état sont défaillantes, nous mêmes avons été trop observateurs à attendre ou commenter !

Nous devons nous appuyer, « nous » tous les adultes, sur la jeunesse avec ses ressources et ses énergies, pour arrêter de penser seulement par la gestion, les crises ou des dispositifs qui se succèdent.

Nous devons offrir un projet pour notre territoire qui considère chaque habitant comme un citoyen responsable et capable d’être acteur !

En même temps que des solutions doivent être trouvées pour les urgences, nous devons dès maintenant construire, en intelligence collective, un vrai projet de société pour notre territoire qui met en avant l’éducation pour tous.

Nous ne voulons pas « rattraper » les autres territoires sur leurs modèles, mais penser et construire ici un projet populaire qui prenne en compte les besoins de ses habitants !

Notre projet associatif et notre manifeste élaborés par les militants de l’association, adopté en 2017 sont disponibles sur notre site internet www.cemea-mayotte.org ou en direct ici :

• Projet 2017-2021

• Manifeste pour l’éducation

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.