Les Ceméa et la psychiatrie

L’humanisation des hôpitaux, les premières formations pour les infirmiers, la psychothérapie institutionnelle, la psychiatrie de secteur, les équipes mobiles psychiatrie-précarité, la lutte contre l’enfermement et la contention, le refus de la médication comme seule thérapie, la reconnaissance du malade mental comme être désirant et social… voici 70 ans de combats des Ceméa.

pyschiatrie
1939-1945. 50 000 malades mentaux sont morts de faim dans les asiles psychiatriques. Sauf à l’hôpital de Saint-Alban en Lozère qui ouvre ses portes sur l’initiative des psychiatres F. Tosquelles et L. Bonnafé.

1945. Des soignants rentrent des camps de prisonniers et des camps de concentration, ayant découvert l’univers de l’enfermement et du mépris des individus… et ne supportent plus ce que sont les pavillons d’hospitalisation.

1946. C’est dans ce contexte qu’a lieu la rencontre entre Germaine Le Guillant, jeune membre de la première équipe permanente des Cemea, et Georges Daumezon, médecin-chef à l'hôpital de Fleury les Aubrais. Quelques temps après Georges Daumezon et Louis Le Guillant, psychiatre à Paris, lui demandent de réfléchir à une action des Cemea pour former les personnels: "Ce dont nous avons besoin, c'est que vous donniez aux infirmiers les outils qui leur permettront d'établir un dialogue avec le malade".

1949. Le premier stage des Cemea pour les personnels psychiatriques est organisé, encadré par des psychiatres et par des cadres des Ceméa. Dans les années qui vont suivre plusieurs centaines de stages se dérouleront en France, en Belgique, Suisse, Italie et Algérie. Les psychiatres dits de la "rénovation" participent à leur encadrement.

1971. La loi sur la formation professionnelle permanente accélère et généralise le développement des stages. Entre 1971 et 1975, 5000 professionnels de la psychiatrie vivent au moins un stage Ceméa.

1953. Jean Oury créée la clinique de La Borde, qui deviendra emblématique de la psychothérapie institutionnelle. Il a toujours défendu la fonction thérapeutique des infirmiers, et n'a eu de cesse de rappeler combien les Cemea avaient été importants dans la formation des soignants par la nécessité d'allier la pédagogie et la psychothérapie.

1954. Premier numéro de la revue VST ( Vie Sociale et Traitement ), première –et à l’époque unique- revue présentant des pratiques infirmières. Entre les années 1960 et 1980, tous les établissements psychiatriques s’y abonnent. Aujourd’hui, avec quatre numéros de 150 pages par an qui traitent de psychiatrie et du travail social, VST est une revue de référence.

1957-1958. Le "Groupe de Sèvres" rassemblant des psychiatres et des responsables des Ceméa réfléchit à une réforme de la psychiatrie et à la place et au rôle des infirmiers. La psychiatrie de secteur est née là, officialisée le 15 mars 1960 par le ministère de la santé. Suit en 1973 la création du diplôme d'Infirmier de Secteur Psychiatrique, délivré après trois années de formation.

1973. Tony Lainé met en place à l'hôpital d'Étampes des structures innovantes pour la prise en charge des enfants psychotiques et autistes.  Sa réfléxion sur "l’Agir", qui articule psychanalyse, marxisme et anthropologie, alimente la pensée des Ceméa.

1982 et 1984. Les Ceméa organisent deux évènements nationaux "Psychiatrie en chantiers", qui rassemblent près de 2000 participants.

1990, 1992. C’est le début des années noires de la psychiatrie avec une nouvelle réforme centrée sur les économies à réaliser. En 1992 le diplôme d'infirmier de secteur psychiatrique est supprimé au profit du seul diplôme d‘infirmier diplômé d'Etat. Les heures de formation consacrées à la psychiatrie deviennent portion congrue. La formation continue en psychiatrie prend de nouvelles allures, avec pour les Ceméa une diminution conséquente des stages et, par conséquence, la diminution du nombre de professionnels devenant militants pour relayer dans les établissements nos conceptions de l'accueil de la folie et du soin.

1999. Première édition des Rencontres Vidéo en Santé Mentale à l'initiative de l'hôpital de Maison Blanche, l'association l'Elan Retrouvé et des Ceméa. Un évènement original et unique qui, sur deux jours, présente des films réalisés, interprétés et écrits par des patients et des soignants en présence de ceux-ci. 2017 sera la 18ème édition, avec plus de 600 participants attendus.

2008… Nicolas Sarkozy, président de la République, en visite dans un hôpital psychiatrique prononce un discours sécuritaire qui amalgame folie et dangerosité. Des moyens sont rapidement alloués pour "sécuriser" les établissements ( caméras, barrières) ; ils influencent les pratiques soignantes ( mise en isolements  plus fréquentes, banalisation des contentions,...).

En réaction est créé le "Collectif des 39" ; le directeur national des Politiques Sociales des Cemea est sollicité pour en faire partie. Un grand meeting est organisé à Montreuil en février 2009 en présence de plus de 2000 participants dont de nombreux responsables politiques. D'autres meetings ou évènements suivront, comme en 2013 les "Assises citoyennes de la psychiatrie et du médico-social" organisées par les 39 et les Cemea.

2014. Les Ceméa et l'association des psychiatres infanto-juvéniles organisent un colloque en référence aux travaux et engagements de Tony Lainé : "La raison du plus fou, Tony Lainé, penser la psychiatrie aujourd'hui" avec 400 personnes.

2017. Le secteur psychiatrique des Cemea est animé par une dizaine d'associations territoriales qui rassemblent une centaine de militants actifs. Un catalogue national de formation est diffusé, et environ 100 actions de formation sont réalisées chaque année. Ce secteur est fragile et le contexte difficile, mais c'est toute l'originalité d'un mouvement d'Education Nouvelle que de prendre en considération la personne dans son intégrité psychique quand cette dernière est altérée car "Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c'est l'homme même qui disparaît" (François Tosquelles).

Pour aller plus loin

Dossier n° 22 des Cahiers de l’animation vacances loisirs "Séjours d'adolescents" de 2015

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.