Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2020

Des colonies éducatives et émancipatrices, c’est-à-dire ?

Des colonies éducatives et émancipatrices, c’est-à-dire, des centres pour partir et profiter des vacances, mais aussi pour préparer la rentrée. Dans notre héritage de l’éducation populaire aux Ceméa, nous avons eu bien des débats : oui les centres de vacances, la colo sont des lieux d’apprentissage, de socialisation que nous souhaitons le plus accessible possible au plus grand nombre.

Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a toujours un paradoxe à penser la vacance, et les vacances comme un espace-temps pour des apprentissages. Dans notre héritage de l’éducation populaire aux Ceméa, nous avons eu bien des débats : oui les centres de vacances, la colo sont des lieux d’apprentissage, de socialisation que nous souhaitons le plus accessible possible au plus grand nombre. Pour peu que les projets éducatifs et pédagogiques soient pensés et réfléchis au service de cette dimension. C’est un espace, avec l’enjeu fort de partir, où maîtrisant des paramètres importants du vivre ensemble, les équipes d’animation savent s’adapter aux situations, au contexte, au milieu, en respect du besoin de la vacance, de chacun, chacune, différent des autres. Vaste ambition portée au quotidien par des militants éducatifs engagés dans l’animation volontaire où s’opèrent bien des apprentissages. Les séjours de vacances ont évolué et les organisateurs sauront alors se réinventer dans ce contexte de crise sanitaire ! De nombreux exemples passés en témoignent : la dimension Hygiène (à l’époque les enfants étaient pesés le premier jour), l’arrivée de la vaccination, la prise en compte de situations familiales complexes, l’arrivée du temps libre, les interdictions de rassemblement dans des situations à risque… Les acteurs de l’éducation populaire et des temps de loisirs ont su et sauront faire face.

Allier découverte, dépaysement et apprentissage

La crise actuelle révèle et creuse encore bien des inégalités. Serons-nous capables de résister à la tension existante, portée par le ministre de l’Education nationale inquiet d’avoir « perdu » certains élèves dans les apprentissages liés à une discontinuité des liens à l’école et de souhaiter les remobiliser « scolairement » pendant un temps de vacances ? Les classes de découvertes sont des expériences qui témoignent dans un rapport différent aux autres, au temps et à l’espace, que ce sont des lieux pour tenter des possibles avec les élèves les plus en difficulté, en appui sur des pédagogies différentes. Les séjours linguistiques ainsi que les Mobilités apprenantes (par essence), allient aussi découverte, dépaysement et apprentissages. Alors, relevons le défi d’un collectif apprenant par et pour ceux qui sont en besoin, articulé à un contexte de découverte d’un nouvel environnement, hors du lieu traditionnel qu’est l’école. Les enfants auront besoin de partir, le dispositif d’écoles ouvertes, ne doit pas se substituer à de vraies vacances hors du quotidien habituel de son quartier ou de son village. Optons pour des scénarios qui offrent des vacances collectives, accueillant des publics hétérogènes, sans aucun doute éducatives, permettant l’évasion, tout en restaurant des apprentissages nécessaires, des capacités à faire, à être ensemble, après ce temps de confinement, pour préparer une nouvelle rentrée à l’école. Éducative la colo, certainement, mais dans cet équilibre : pour donner de l’appétit, pour conjuguer avec d’autres des savoirs, pour rattraper le temps des copains et des copines, retrouver des relations humaines, ludiques, affectives, sensibles et faire, ensemble, vivre en groupe, agir, rire... et donc se préparer pour un retour à l’école, gonflé à bloc !.

Une volonté d’engagement, face à un bel enjeu

Associez-nous Monsieur le Ministre, associez les acteurs de l’éducation populaire et du champ des loisirs collectifs dont c’est l’ambition. Pour y mettre aussi de l’engagement et du volontariat de jeunes mais aussi de citoyen.ne.s très largement. Nous ferons valoir notre expérience de cette diversité de séjours et de propositions ; nous mobiliserons les acteurs et les équipes dédiées, particulièrement celles engagées dans l’Animation volontaire (formées au BAFA/D).

Trouvez des moyens spécifiques, Monsieur le Ministre, pour que l’espoir du dé-confinement et sa nécessité psychique se traduisent ensuite par des départs respectueux des consignes sanitaires, et des équipements nécessaires (masques pour exemple). Des financements importants seront nécessaires pour assurer l’accessibilité pécuniaire aux enfants qui en ont vraiment besoin. Ceci implique sans nul doute de réorienter des budgets  – par exemple ceux du SNU, réforme qui n’est peut-être, comme d’autres, plus d’actualité ! Ces fonds profiteraient utilement aux familles (hébergement et transports), particulièrement à tous ceux et toutes celles qui ne partiraient pas cet été, et qui ne partaient déjà pas avant, mais pour qui, pourtant c’est tellement nécessaire.

Nous associerons les parties prenantes de la communauté éducative, les collectivités locales, nous sommes prêts à travailler avec les services déconcentrés de l’Etat pour construire ces centres de vacances nouveaux. Nous envisagerons de la mixité à tous les étages, il est urgent de refaire société... Et si les départs se font moins loin cet été, ils seront malgré tout dépaysants.

Nous sommes prêts à relever ce défi.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB