Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2018

Les Ceméa dénoncent les rumeurs autour de l’éducation à la sexualité

Entre fake news et panique morale, les Ceméa dénoncent les rumeurs autour de l’éducation à la sexualité et en rappellent son importance. On se souvient de la Journée de retrait de l’école en 2014 (suite aux ABCD de l’égalité). L’histoire se répète… à nouveau, l’adoption de la loi Schiappa sur les violences sexuelles suscite de nombreuses réactions et vives émotions en cette rentrée 2018.

Ceméa
Les Ceméa (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) sont une association regroupant des militant.e.s sur toute la France métropolitaine et d'Outer-mer et développent des actions en référence à L'Education nouvelle et populaire.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Adoptée le 1er août, ce texte renforce et rappelle la nécessité d’une éducation à la vie sexuelle et affective. Rappelons que la loi sur l’éducation sexuelle obligatoire depuis 2001, entérinée par une circulaire en 2003, n’est toujours pas appliquée. Ces enseignements sont aujourd’hui trop peu dispensés par les enseignant.e.s et les établissements scolaires et laissés à la libre appréciation de chacun.e.

L’objet de la circulaire annoncée par Mme Schiappa met en avant l’éducation au respect du non consentement, en lien avec la loi sur les violences sexuelles. Le texte de 2001 indique que trois séances d’éducation sexuelle doivent avoir lieu chaque année à l’école, au collège et au lycée.

Les Ceméa, mouvement d’Éducation Populaire, complémentaire de l’école, rappellent ici l’importance d’une éducation à la vie affective et sexuelle adaptée à l’âge des enfants et présentant une vision égalitaire des relations entre les hommes et les femmes. Parce que les Ceméa ont l’ambition de contribuer à la construction d’une société où chacun et chacune serait pris-e en compte, dans sa singularité et sa spécificité, il nous semble essentiel de rappeler qu’une telle société ne peut se construire que dans l’éducation au consentement et dans le respect d’autrui. L’éducation à la sexualité est, par là, un levier essentiel à l’éradication des violences sexistes et sexuelles dès le plus jeune âge. De plus, la circulation de ces fausses informations contribue à présenter la vie affective et la sexualité comme une chose menaçante là où une éducation éclairée et adaptée serait nécessaire pour lutter contre les violences en milieu scolaire. Aborder les questions de sexualité et de liberté face aux normes dans une vision globale, c’est permettre à chaque personne de construire son identité en sortant des injonctions, c’est donc travailler au bien vivre ensemble.

Nous déplorons la propagation sans commune mesure d’une fausse information détournant la loi de son propos, illustré par des documents erronés sortis de leurs contextes tout en attisant les réactions de peur et semant la confusion dans les esprits. Cette opération de désinformation tente d’empêcher d’agir celles et ceux, éducateurs et éducatrices, parents et corps enseignant, qui réfléchissent, se forment et œuvrent au quotidien. Le détournement du texte de loi et de son contenu est un procédé manipulatoire qu’il nous faut contrer en restant vigilant.e.s et en ouvrant les espaces d’échanges nécessaires à la réflexion et à la compréhension de chacun.e.

Les Ceméa continueront à se mobiliser aujourd’hui comme hier pour la liberté de tous et toutes et contre toutes les formes de discriminations, d’inégalités et d’injustices. Nous continuerons de proposer des espaces où s’interroger sur ses pratiques quotidiennes et trouver comment les faire évoluer pour construire un monde plus juste.

Plus d'information : http://www.cemea.asso.fr/spip.php?article10151

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre