Former et transmettre son expérience de militant.e

Si transmettre, c’est faire vivre et fructifier un legs, une mémoire, un héritage, l’éducation active suppose une militance de passeur, de Passeurs d’avenir. Le contexte dans lequel nous vivons caractérisé par la conjoncture difficile et critique, repose de façon impérieuse la question de la transmission dans l’éducation des générations de militants du mouvement d'éducation populaire des Ceméa.

passeur
C’est un compagnonnage permanent qui a forgé des générations de passeurs aux Ceméa qui ont su porter et promouvoir le projet politique et pédagogique, en ces temps troublés par les incertitudes de la configuration de la société de demain qui est en train de se dessiner. Mais ce contexte n’est-il pas sans cesse en question, en tension depuis 80 ans que nous existons ?

Que retenir en termes de transmission? Quelles actions fortes ont signifié qu’il y a eu transmission ? Serait-il possible de faire un inventaire exhaustif des axes forts de cette transmission en résonance avec l’actualité des défis et des problématiques qui traversent notre société à l’heure de la mondialisation ?

Il n’est pas évident de procéder à une énumération exhaustive des réalisations pour un Mouvement militant qui vit, bouge, agit, porte des idées et des idéaux dans différents secteurs, les plus sensibles depuis 80 ans: éducation, formation, animation, insertion, psychiatrie, travail social et santé mentale et dans des combats fondamentaux, lutte contre les discriminations, laïcité, respect des droits, des cultures, des identités, égalité...

Dans le champ de la formation, la pédagogie des méthodes actives fondées en actes, par la philosophie de l’éducation nouvelle constitue la marque de fabrique des Ceméa dans toutes ses interventions. Il importe de souligner que la dimension historique de l’organisation des stages, particulièrement des stages BAFA, est emblématique de l’identité des Ceméa.

En effet, le répertoire des compétences, d’outils et de pratiques a contribué à l’élaboration des stratégies d’intervention et d’approfondissement des méthodes actives et de la pédagogie institutionnelle. Le foisonnement des traces, des textes, des revues, des images, de documents et documentaires illustre la richesse du patrimoine par le volume des archives de notre Mouvement. Les publications comme VEN, VST, les cahiers de l’Animation, mettent en relief la place et l’intérêt de la production textuelle comme vecteur de la consignation et de la transmission. Ces revues largement écrites par les militants des Ceméa ont été également des supports permettant à leurs auteurs des allers et retours entre action et analyse de l’action, comptes rendus d’expériences et tentatives de théorisation.

Agir avec des partenaires engagés porteurs des valeurs de l’Éducation populaire a permis de nouer des liens pour accomplir des actions communes permettant d’atteindre des objectifs ciblés. Il y a un legs de pratiques discursives, d’actions collectives, de transversalité qui stimule la créativité et permet de rebondir dans le but de résister en s’inspirant des acquis historiques. A ce propos, on peut retenir la mobilisation pour le maintien de la psychiatrie de secteur qui est un ancrage à la fois historique et identitaire.

L’engagement pour une formation à l’éducation critique et à la citoyenneté est un pari et un défi de la transmission par le numérique, à travers des contenus et des méthodes de déconstruction du pouvoir médiatique.

Cette transmission a produit un effet émancipateur sur des expériences de vie, de formation, de pratiques pédagogiques, de pratiques culturelles et artistiques.

Au niveau des acquis méthodologiques, il est important de retenir l’expérimentation régulière de la formation de collectifs pensants par la constitution des groupes. Le partage des expériences dans des espaces constitués où la dialectique de l’individu et du collectif tient une place essentielle, comme acquis des méthodes actives et des démarches pédagogiques.

La ligne de fond qui traverse la trame significative et transmissive nous semble venir des fondamentaux qui ont essaimé autant dans les stages, les regroupements, les rencontres, que dans des espaces de construction des projets. La généralisation de l’Agir 1  par la formation et par l’engagement dans une dynamique de participation à des formes de résistance contre les régressions sociales est un marqueur significatif de la présence des Ceméa depuis plusieurs décennies dans les combats décisifs pour l’avènement d’une société, plus égalitaire et plus solidaire.

 

1 Tel qu’il a été conçu et théorise par Tony Lainé.

Jean-Marie Michel, (sous la direction de), Passeurs d’avenir, Paris, Actes Sud, 1996.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.