CenS
Collectif formé pour la protection de l'environnement naturel, architectural et du citoyen
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2017

CenS
Collectif formé pour la protection de l'environnement naturel, architectural et du citoyen
Abonné·e de Mediapart

Impact sur le lieu-dit de la Pierre à Mousseau à Vigneux

Le quartier construit sur des remblais de déchets inertes et autres s'est densifié à partir de 2006. Il a fait l'objet de nombreuses spéculations à en voir les projets immobiliers en bordure de l'annexe hydraulique de la Seine. Aujourd'hui, ce pose le problème de connaitre l'impact environnemental global sur ce secteur en zone inondable, une zone d'expansion pour les crues.

CenS
Collectif formé pour la protection de l'environnement naturel, architectural et du citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le quartier construit sur des remblais de déchets inertes et autres s'est densifié à partir de 2006. Il a fait l'objet de nombreuses spéculations à en voir les projets immobiliers en bordure de l'annexe hydraulique de la Seine. Aujourd'hui, ce pose le problème de connaitre l'impact environnemental global sur ce secteur en zone inondable, une zone d'expansion pour les crues. La projection d'un nouveau quartier loin de voir le jour au vu des données environnementales avec un sous-sol pollué et une nappe souterraine à quelques mètres est elle raisonnable ?

Le site dit Ex-Para en rouge, superposition du cadastre de 2016 et photographie aérienne de 1959.

En 1906, tout ce secteur était en eaux avec l'extraction de sable, de graviers ou de granulats pour les chantiers en Île de France, il fut remblayé au fur et à mesure par ses propriétaires : Famille De Courcel, la compagnie des sablières de la Seine (CCS), des sociétés immobilières comme par exemple la SCI la Pierre à Mousseau du promoteur Théo Stok décédé en 2014.

 Cette dernière revendit les terrains à plusieurs autres promoteurs, entre autres du groupe France Pierre 2 avec la société Lux'Immo qui projetait en 2007 un projet sur ce terrain dit Ex-Para et à une autre société immobilière "Perle Tropicale".

 En 2006, le chantier est ouvert par Perle tropicale pour un complexe Hôtelier sur une zone BLEU du PPRI Vallée de la Seine approuvé en 2003, seules des fouilles seront effectuées. Objet de spéculation, il sera cédé à France Pierre 2 sous le nom de "Pearle Tropicale" qui essayera d'y construire un projet de 554 logements qu'une zone BLEU n'autorise pas. Le permis de construire fut retiré en 2014 suite aux divers recours de la préfecture et des riverains. Les études d'impact environnementales sur ce projet étaient par ailleurs tronquées en témoignent les textes suivants :

"Des écoutes nocturnes ont été réalisées en octobre 2013 et complétées par des observations directes lors des passages diurnes. Le site ne présente pas d’habitats favorables aux amphibiens et aucune espèce d’amphibien n’a été contactée. Cependant, la période d’investigations n’est pas adaptée. En effet, la période la plus favorable est de février à juillet. Néanmoins, les berges étant anthropisées et aucun point d’eau n’étant présent sur la zone d’étude, les enjeux amphibiens sont très faibles."

Ce qui est faux, de nombreuses espèces dites protégées sont présentes sur ce site, les habitants peuvent en témoigner "Certaines nuits, le chant des grenouilles et autres batraciens trés présents étaient tellement puissants que nous ne pouvions pas dormir ! Il est vrai que depuis leurs études sur le site, la population semble avoir diminuée... on évoque parfois une malveillance comme c'est le cas sur certains sites où les promoteurs n'hésitent pas à détruire des espèces gênantes pour leurs projets."

Les associations de protection de l'environnement évoque aussi le fait que les études n'ont pas été menées aux périodes affectées pour des inventaires.

De ce coté, il semble difficile d'y construire maintenant des logements, les dernières crues de juin 2016 ayant inondées les terrains avec la nappe sub-affleurante. Mais que se passe t il de l'autre coté où France Pierre spécule avec le propriétaire des terrains de l'Ex Para depuis 2006/2007 ? 

En 1978, la compagnies des Sablières de la Seine s'arrêta et laissa un site trés pollué. A partir de 1986, le nouveau propriétaire SCI DELCE (anciennement SCI MARCLAU) y installa ses sociétés dites de recyclage de papiers : PARA, INTERSEROH (1998) puis PAPREC (2010) et CDI Recyclage avec des « déchets industriels banals », une ICPE soumise à autorisation par arrêté préfectoral du 18/10/1988. 

Pendant ce temps, France Pierre 2 avec Lux'Immo construit deux opérations aux abords de ce terrain : La villa Marina juste au dessus dont les sous-sols sont sans doute trés pollués au vu des photographies aériennes de 1976 comme ceux de la villa Clémence. En effet, les ateliers de la compagnies des sablières de la Seine s'étendaient bien au delà du périmètre rouge donc sur ses deux terrains.

Ces deux terrains ne semblent pas avoir fait l'objet d'études environnementales pourtant les deux projets ont trés fortement impacté le milieu aquatique à proximité.

Villa Marina 179 logements - permis de construire 2006/2007, achevé en 2010.

Villa Clémence 211 logements - permis de construire 2007/2009, achevé en 2012

Aujourd'hui la société Altarea Cogedim se lance dans un projet commandé par qui et pourquoi ? Le jeune directeur mesure t il l'impact et le coût réel de ce projet ?

Les terrains ont été évalué à plus de 10 M €, pourquoi ?

Ira t il jusqu'au bout ou le projet finira t il comme celui de "Perle Tropicale" à l'autre bout ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière