Les communs à l'UE solidaire, citoyenne et rebelle

La décennie qui se termine a vu la défense et le développement des communs prendre une place centrale dans les mobilisations sociales à travers le monde. À l’#UEsolidaire, le CommonsCamp a rassemblé plusieurs centaines de participant.e.s, lors de différents ateliers et modules.

Ces participants partagent l'intuition qu'en mettant en pratique les communs, aussi bien dans les actes du quotidien qu’à travers des campagnes pour défendre les droits humains, des luttes contre l'accaparement des ressources naturelles ou bien via l’invention de nouvelles manières de produire et vivre ensemble, il.elle.s participent d'un même mouvement de co-production de la solidarité.

L'idée qu'on se fait des communs a évolué au fil du temps. L'évocation des communs amène souvent à penser aux ressources naturelles ou bien à la gestion commune entre membres d'une communauté, avec parfois un brin de nostalgie lorsqu’il s’agit de de la communauté villageoise. Cette vision, si elle correspond bien sûr à une réalité, s'est enrichie au cours des dernières décennies.

Par exemple, les mouvements sociaux ont fait des communs le moteur de leur mobilisation pour l'accès à la connaissance et à la culture libre. Ces luttes sociales se sont cristallisés autour de la défense du logiciel libre et du partage de la connaissance et de la culture. Ces mobilisations ont fait naître les licences libres. Elles défendent aujourd'hui plus que jamais l'accès de tous.toutes aux médicaments, à la liberté d'expression à travers les médias libres et indépendants, ou encore le respect de la vie privée sur les réseaux sociaux. En France, Framasoft questionne le monopole des GAFAM [les géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft] et propose des alternatives à travers son programme Dégooglisons l'internet ! Le Knowledge Commons Movement, mouvement pour les communs de la connaissance, n'est pas réductible à l'empilement des connaissances qu'il permet de faire circuler. C'est un mouvement social à part entière qui participe aux luttes sociales et à l'émancipation des hommes et des femmes.

Les communs © TV Bruits

Aujourd'hui, pour répondre à leurs propres besoins, c'est en tant qu'habitant.e.s ou membres d'une communauté affinitaire que les personnes multiplient les initiatives auto-organisées, décentralisées et basées sur la collaboration. Ces initiatives participent d'un mouvement encore diffus des communs urbains. Les pratiques de solidarité renouvellent les formes d’engagement civique autour de l’accès à l’espace public et particulièrement les parcs, jardins, friches industrielles. Mais on compte aussi les lieux culturels (théâtres, cinémas, bibliothèques), les lieux de la connaissance (écoles, universités), les infrastructures matérielles et immatérielles (services sociaux, réseaux numériques, données,...), l’habitat participatif et le logement social, ou encore les ressources produites par les interactions urbaines (déchet, agriculture urbaine).  Ces pratiques consistent à revendiquer la mise à disposition de biens et leur gouvernement collectif, en raison du rôle qu’ils jouent dans la satisfaction des besoins de la communauté. La reconnaissance de ces pratiques ne va pas de soi. 

Elle dépend largement de la culture juridique et aussi de l’histoire sociale locale et nationale. Par exemple, en Espagne, la reconnaissance des communs est le résultat de la conquête des villes par le mouvement municipaliste basé sur les communs, alors qu’en Italie, les villes ont adopté des réglementations pour « prendre soin des biens communs » ou des « pactes d'usage civique » à la suite d’expériences de remunicipalisation notamment de l’eau, qui avaient été l’occasion de revisiter les possibilités offertes par le droit italien.

Dans ce contexte, le CommonsCamp a finalement permis aux curieu.ses.x comme aux militant.e.s engagé.e.s dans les communs de vérifier la pertinence de leurs intuitions, et de les mettre à l'épreuve de la perspective municipaliste et du Droit à la ville.

 Frederic Sultan, Remix the commons.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.