Centre Primo Levi
Le Centre Primo Levi est une association de référence dédiée au soin et au soutien des personnes victimes de la torture et de la violence politique exilées en France.
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2022

Centre Primo Levi
Le Centre Primo Levi est une association de référence dédiée au soin et au soutien des personnes victimes de la torture et de la violence politique exilées en France.
Abonné·e de Mediapart

Femmes exilées, une violence continue

A l’occasion du 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le Centre Primo Levi publie un rapport « Femmes exilées, une violence continue ». L’exil féminin, dont les problématiques ont longtemps été reléguées au second plan, est caractérisé par une violence continue, politique, aux conséquences psychologiques profondes.

Centre Primo Levi
Le Centre Primo Levi est une association de référence dédiée au soin et au soutien des personnes victimes de la torture et de la violence politique exilées en France.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette tendance se confirme depuis une dizaine d’années et se retrouve aussi au Centre Primo Levi, qui reçoit chaque année environ une moitié de femmes. L’exil des femmes est maintenant plus solitaire, plus autonome et est en ce sens assez similaire à celui des hommes. Il est de la même manière caractérisé par un continuum de violence. « Violence dans le pays d’origine, violence sur le parcours d’exil sous la coupe des passeurs et des membres de la police ou de l’armée des pays traversés. Violence en Europe où la brutalité continue. Enfin violence en France, où même si le cauchemar diminue la violence non palpable, sociale, économique, psychologique se poursuit » affirme Hélène Bonvalot, directrice générale du Centre Primo Levi.

LIRE LE RAPPORT

Au Centre Primo Levi, la quasi-totalité des femmes accompagnées a subi des violences sexuelles, soit dans leur pays d’origine, soit sur le chemin de l’exil. Ces violences ont été tellement systématisées et répétitives qu’elles finissent par être comme banalisées par les patientes elles-mêmes. Elles ne sont ainsi pas le fruit du hasard, de la mauvaise rencontre, mais bien politiques, institutionnalisées. Enfin, elles restent encore très rarement punies, malgré leur gravité et leurs conséquences très profondes.

 « Le rapport des femmes exilées à leur corps est ébranlé. Il ne semble plus leur appartenir, instaurant une forme de distance. Il semble abandonné, comme s’il n’était plus habité. La sphère la plus intime est touchée, atteignant le plus profond de ce qui nous permet d'être en tant que personne. Les patientes demeurent dans le silence, ne pouvant dire mot sur ce qui leur est arrivé. Elles se disent dépossédées de leur corps. Lorsqu'elles en parlent, elles se sentent ‘’dégoutées’’, ‘’abimées’’, ‘’gâchées’’. Il est important de préciser que cette effraction du corps produit des effets similaires quel que soit le genre de la personne », déclare Antoine Ricard, président du Centre Primo Levi.

L’arrivée en France, au lieu d’offrir un répit indispensable, est très souvent synonyme de vulnérabilité permanente et de basculement dans la précarité avec des effets psychiques flagrants. La violence continue enfin dans la demande d’asile. On se méfie de celle qui vient demander l’asile et va devoir prouver qu’elle « mérite » la protection de la France en racontant son histoire. Or, lestée par le trauma, elle est souvent incapable de s’exprimer et de dérouler un discours logique et convaincant, attendu notamment de la part des militantes politiques. Surtout, cette nécessité de raconter se limite aux faits survenus dans le pays.

Ici se trouve le grand manque dans la procédure d’asile actuelle : la violence subie sur le parcours migratoire est abordée lors de la demande et le trauma qui en résulte est évoqué mais elle ne pèsera pas dans la décision d’octroi ou de rejet. Ou à la seule condition que les violences subies fassent courir un risque à la personne si elle retourne dans son pays. Un retour qui n’est de toute manière que très rarement envisagé, les femmes qui quittent leur pays le font car elles n’ont plus le choix si elles veulent continuer à vivre

Recommandations

L’exil est maintenant aussi féminin, désormais la violence et la douleur liées à l’exil concernent aussi, massivement, les femmes. Cette nouvelle réalité de l’exil touche la France et, plus largement, l’Europe. Sa politique d’accueil et d’asile doit s’adapter en conséquence. Le Centre Primo Levi a écrit le rapport « Femmes exilées, une violence continue » pour alerter sur la situation de ces femmes et formule les recommandations suivantes :

  • Garantir la prise en compte des violences qu’elles subissent sur le parcours de l’exil, et du psycho-traumatisme qui en découle, dans la demande d’asile ;
  • Assurer un hébergement digne, durable et adapté, en renforçant notamment le nombre de places d'hébergement spécialisées ;
  • Renforcer l’autonomie des femmes exilées en développant des formations en français et en leur ouvrant la possibilité de travailler dès le dépôt de leur demande d’asile ;
  • Former les professionnels, bénévoles ou salariés qui sont en première ligne dans l’accueil des femmes exilées pour que soit véritablement comprise et prise en compte leur réalité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan