Cham Baya
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

1 Éditions

Billet de blog 5 déc. 2021

Un trésor sans pitié

Eros néoténique. A la fontaine Médicis. (Et mille excuses pour les premiers lecteurs, j’avais zappé les trois quarts du texte ! )

Cham Baya
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le futur, ce présent aventureux, l'a poussé sans pitié à travers prairies rabotées, collines bleutées, banlieues dévo­rantes, jusqu'à la mégapole électrique. Nous sommes en mai. Tout sent la vie frémissante coulant à nouveau, torrentielle, dans les ruelles et les artères. Ereinté et flottant, l'homme va s'adosser à une lourde porte cloutée, de ces portes en chêne massif qui enterrent dix générations et qu'on trouve encore dans le vieux quartier des faiseurs de miracles, l'hermétique forteresse où ronronnent architectes, entrepreneurs, avocats d'affaire. Pourtant ce jeune homme fatigué, aux chaussures terreuses, au parka couvert de pollen et de fragments de feuilles, ne vient pas chercher fortune. Seulement l'ombre hasardeuse d'une encoignure afin de piquer un petit somme réparateur, mais digne.

Par chance, il n'en sera rien. Avant que sa tignasse hirsute l'ait seulement effleurée, dans un tintamarre apocalyptique, l'énorme porte en bois s'écroule derrière lui.

– Putain !... Qu’est-ce que c'est que cette connerie !?

Au milieu d'un épais nuage vert-de-gris, l'incroyable explosion de bois pourri et de cire rance, une silhouette balafrée couverte de débris vermoulus, fixe l'intrus d'un regard halluciné.

–  Pauvre fou ! Pauvre dingue ! Vous savez seulement où vous  êtes !? 

­– Attendez, je suis désolé... C'est une coïncidence folle !

– Une coïncidence ? Vous plaisantez ? Monsieur s'appuie sur les coïncidences ! Monsieur ignore peut-être qu'il vient d'écrouler la porte du Syndicat des Familles du sixième...

Mais la raison sociale intégrale ne sera jamais donnée. Parce qu'après la porte, c'est le pas-de-porte, la chaussée, l'immeuble lui-même, toute la rue en dur qui se mettent à trembler et à vaciller sur pied. Et par miracle, à dix mètres, de l'autre côté de la chaussée, l'ouverture béante du jardin public !
Le jardin oui... en trois bonds ! Et c’est la grâce !

Courir, courir sous le soleil éclatant, à défaut de sieste, survivre quelques secondes à la volée, courir sans un regard en arrière, au-delà des pins dédaigneux, vers les marronniers en fleurs, loin, très loin, le plus loin possible, jusqu'à la fontaine des amants. Puisqu'elle jaillit là, la source salvatrice, invisible aux rassasiés, cachée dans son lait de marbre, crachant ses cols-verts sertis de clapotis, ses étudiantes rêveuses et ses ancêtres aux regards d'aigles, tous jetés le long du bassin, insouciants sur leurs chaises d'eau fossile, et qui ne se rendent compte de rien.  

Et c'est étrange en effet, alors qu'ici tout tremble plus fort encore, nulle angoisse. Le corps arqué des arbres, les gamins cabriolant dans les allées, les parterres de gazon ondulant au soleil, oui, ici tout frémit dans un long spasme sans fin, sans drame, sans chute, hormis celle de l'eau dans le babil des oiseaux. Et sans doute, c'est pour ça qu'on y vient, et sûrement c'est pour ça qu'on y reste. Entre le vacarme et la nuit, entre les pigeons insolents et les feuilles cuites au soleil, la splendeur des amants échappée du magma, s'offre aux cœurs libres. Qu'importe alors le fracas et les roulements au loin. La ville peut bien s'écrouler dans son reflet, la fontaine vomit son trésor sans pitié.

Devant l'homme échappé des décombres et qui reprend son souffle, un enfant s'est précipité soudain vers les canards du bassin en poussant un cri terrible.

Qui es-tu pour pousser un cri pareil, l'enfant ? A déchirer la paix des pierres ? Ta jeune mère t'as rattrapé au bord de l'eau. Elle aurait pu te lâcher, n'est-ce pas ? Car qui peut contenir un tel cri de joie ?
Allez dis-le, qui tu es ! Un petit Kurde en transit ? Un Gitan allaité à la lave ? Un Tchétchène de maternelle avec sa grenade dans les poumons ? Ou plus grave, ce genre d'être qui vole les canards et fait trembler les fontaines ?
Allez avoue, si on te lâchait pour de vrai, tu mâcherais les rochers et les buissons, les promeneurs et les fleurs, et rien ni personne ne pourrait t'empêcher d'avaler ce monde de gravats, pas vrai ?

Alors regarde-moi. Regarde-moi bien, l’enfant ! Oui, moi aussi je te tente ! Moi, le vagabond crasseux, j'offre un cadeau pourri à ton cri d'ogre. Regarde ça ! De la poudre oui... De la poussière, rien que de la poussière ! Ouvrières kaput, graines et reines froides, ruches desséchées, allez, bon vent.  C'est la fin !
Alors, toi qui fait fuir la terreur, toi qui serre les mondes engloutis dans tes bras de nénuphars, crie plus fort ! Crie mille fois plus fort l’enfant !
Avant que le grand silence l'emporte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses