Valeurs très actuelles.

L’élasticité de Sir Macron n’est plus à démontrer. Un coup, il appelle le raciste Zemmour pour lui manifester son soutien républicain, un coup il appelle la députée Obono, vivement attaquée par la famille Zemmour. Déchéance de l’autorité!

La République française est plastique. Ses qualités sont, avant tout, d’ordre élastiques. Liberté-Egalité-Fraternité, véritable art plastique.

Il faut donc se garder de tout sérieux lorsqu’on entend les républicains et autres s’empoigner sur de vielles et mêmes affaires. Leurs singeries  égalitaristes ou universalistes épatent-elles encore grand monde?

Valeurs Actuelles n’a nullement innové dans son attaque contre la députée de la France Insoumise. Le magazine est sacrément fascisant. Ses journalistes sont sollicités partout à la télévision (CNEWS, LCI, chez Hanouna) y compris sur France 2.

Ils ont l’habitude, à Valeurs Actuelles, de répandre quantité de thèses criminelles, racistes, en toute quiétude...Et dans leur jargon élastique encadré par la constitution, on appelle ça : liberté d’expression. 

Bien! Rappelons qu’un ex conseiller de monsieur Melenchon, Djordje Kuzmanovic, alors qu’il était encore « orateur » (porte-parole) du mouvement France Insoumise, avait accordé une interview au magazine Valeurs Actuelles. Il y parlait, l’air d’un décomplexé renfrogné, d’immigration et faisait remarquer aux "Valeureux actuels" que: « la bonne conscience de gauche empêche de réfléchir concrètement à la façon de ralentir voire assécher les flux migratoires ». Très bien!

Qu'avait répondu cette fameuse gauche au Djordje? La France Insoumise avait-elle vigoureusement, intellectuellement réagi? Non! L'individu Mélenchon avait juste pris le soin de prendre ses distances face à l'Insoumis Kuzmanovic. L'art plastique! Plus tard même, c’est le député Insoumis, Alexis Corbière qui s’était prêté au jeu en accordant une interview aux « Valeureux » de la République.

Que Valeurs Actuelles dépeignent aujourd'hui la députée nationale Danielle Obono en "esclave" n'a franchement rien de renversant. Pour la simple raison que Danielle Obono est une citoyenne française, une députée ...C'est une femme engagée. Respectable. Et j’espère que les Insoumis sauront désormais avec qui il faut blaguer ou non. Sinon tant pis pour eux ....Ils n’auront que leurs yeux pour pleurer.

Admettons. Faisons parler notre imagination: Madame Obono est une "esclave". Mais elle ne peut pas être plus "esclave" qu'une Charlotte d'Ornellas.  

Valeurs Actuelles aurait donc dans ses rangs, des esclaves (« blanches »), sa Une devient insignifiante.

Espérons que le prochain numéro de ce magazine nous mette  sa journaliste en Une. En pleine promotion canapé avec son patron assis sur son bureau. Son pantalon défait. La journaliste à genoux et menottée, interviewant le sexe de son employeur, dans un langage dégoulinant  de bêtises. Je réclame ici le vrai et bon droit à la caricature....allons donc!

Nous n'allons pas aider Valeurs Actuelles dans sa promotion, dans sa quête impossible d’impertinence. Nous n'allons pas faire croire à Valeurs Actuelles qu'il dispose d'un brin d'esprit transgressif. Nous n'allons pas nous indigner. Nous méprisons fermement Valeurs Actuelles. D'autant plus que  dans ceux qui s'indignent aujourd'hui, il y a la fameuse classe politique. Véritable « esclave » de l'opinion, qui n'hésite jamais à se prostituer n'importe où, n'importe quand.... Cette classe politique, elle, a des raisons des s'indigner. De crier à cor et à cri....Elle doit exceller dans la mise en scène, car la réalité qu'elle a contribué à forger est celle de Valeurs actuelles. Il lui faut se prouver, par moment, qu'elle n'est pas qu'ordure et corruption. Hélas, elle n'est que ça....en tant que classe politique, de ce pays en pleine putréfaction...

Digressons. Si "ensauvagement" il y a en bas de la société, reprenons-là le mot de l'amusant ministre de l’Intérieur, c'est parce que là-haut, chez ces gens-là, la putréfaction est de taille. 

Ce qui mérite notre indignation, c'est la République française en tant que telle. Nous devons tous faire son procès.A ce niveau, il y a une matière à transformation.

Au lieu de "condamner" (qu'est-ce que a veut dire) la Une grotesque et ridicule de Valeurs Actuelles, la classe politique devrait se condamner elle-même....C'est elle qui a contribué à donner du crédit, de la visibilité à ce magazine.  Il n'y a pas les bons d'un côté et les méchants de l'autre.....Il y a un marécage politico-médiatique dont les eaux usés montent encore et encore.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.