Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2022

Le variant Russie

Faut-il craindre, avec l'interdiction de RT France et de Sputnik, qu'à la suite du pass sanitaire (vaccinal), l'imposition du pass Ukraine par l'UE, bientôt téléchargeable sur l'application #TousAntiPoutine ou TousAntiRussie? Nous est-il permis, de critiquer vertement l'Occident, et son versant militaire (je n'ai pas dit "terroriste") qu'est l'OTAN, sans qu'on soit anathémiser ''pro Poutine"?

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. Le Bien 

Le protocole en vigueur exige que toute personne prenant la parole sur le conflit Ukraine-Russie commence par "condamner" l'agression de la Russie. Je ne me plierai pas à ce protocole. Il ne relève que de la posture virtuelle, du présentéisme événementiel, du pacifisme mou et faux, et enfin d'une morale prêt-à-porter.

Qui suis-je moi, quand Dieu lui-même, "se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes"? 

Aujourd'hui, monsieur Zelensky appelle l'humanité entière pour lui venir en aide contre le méchant Poutine, mais ce Zelensky, est-il au courant que ce qui arrive à la pauvre Ukraine n'est pas très inédit? Et que, le "monde libre" qu'il veut tant embrasser, qu'il nous vante tant, est une espèce de "Russie" au carré inavouable pour nombre de nations à travers le monde.

Il y a chez Zelensky, non pas le courage du héros, mais l'opportunisme de l'acteur. Il y a chez Zelensky, une volonté d'ignorance crasse de la réalité politique du monde dans lequel on vit. 

Qu'est-ce que l'Ukraine aujourd'hui? C'est le Chili, le Nicaragua, Cuba, la Colombie, le Panama, le Kosovo, la Palestine  l'Afghanistan, l'Irak,  la Somalie, la RDC, Centrafrique, la Côte d'Ivoire, la Libye, la Syrie d'hier.  Ces différentes agressions ou "interventions humanitaires" n'ont pas été commises par la Russie, mais par l'Occident, à la tête duquel on trouve les USA, puis la France. Ce n'est pas pour justifier, tolérer ce qui se passe en Ukraine. Cependant,  quelle est cette "justice" à tête chercheuse, et pourquoi devrait-on s'y résoudre?

En regardant ce qui se passe en Ukraine, et en écoutant tout ce qui se dit , n'importe quel esprit sain n'éprouve qu'une seule envie: s'étrangler. Tant l'hypocrisie est géante. 

Le bilan de la Russie, en matière d'agression des peuples, est quasi insignifiant. Quand Zelensky  peint Poutine en monstre absolu, et des journalistes font du même Poutine un neo-fou dangereux pour la paix globale, cela ne peut qu'émouvoir ceux et celles qui ont intérêt à faire oublier leurs propres abominations.

Le recours à l'histoire déplait. . On veut la paix, sous fond d'horreurs cachées. On veut la paix, en fermant les yeux sur les crimes des agresseurs professionnels, pour déverser sa rage contre un agresseur de circonstance. 

2. Une guerre "mondiale" sibylline contre la Russie

Les "sanctions" de l'Occident contre la Russie ou contre les fameux oligarques ne sont pas des sanctions, mais des frappes. Des mitraillettes. Des bombes.

Sur quelle base "sanctionne" t-on la Russie?   En vertu de quel principe?  En quel honneur, en quelle qualité Bruno Le Maire déclare qu'il veut l'effondrement de l'économie russe? Rappelons à ce ministre que l'économie russe ce n'est pas Poutine, encore moins les oligarques. L'économie russe ce sont les millions de travailleurs et de travailleuses". 

Le peuple russe n'a pas mandaté les bons occidentaux pour faire tomber leur "dictateur". Et avant ça leur économie. Ceci relève, entre autres, du pur banditisme.  Les "sanctions" à l'égard de la Russie? La continuation de la politique par d'autres moyens, en l'occurence la guerre. Que l'Occident s'assume sans masque! Qu'il ne se cache derrière son petit doigt. La Russie affronte non seulement  l'Ukraine, mais la totalité du monde occidental, lequel  mène une guerre totale.

La Russie n'a pas déclaré la guerre à l'Ukraine ou aux Ukrainiens. Elle a fait mieux, elle a argué la dénazification et la démilitarisation du pouvoir ukrainien. A l'image des occidentaux, qui eux, mettent surtout en avant la démocratie et les droits de l'homme. La Russie est une puissance impérialiste...Mais, faute de moyens et d'attrait érotique, n'en déplaise au Sir Kamel Daoud (lire son désespérant billet sur le site du Point : Le potentiel érotique de Poutine),  un impérialisme bien précaire

Militairement, les Ukrainiens font office de chair à canon. Les bons européens, qui se privent exceptionnellement d'intervenir,  envoient des armes aux "combattants". Tous ne sont ne sont pas  encore vraiment sur place, ils arrivent comme on arrive dans un supermarché, en pagaille. Ils improvisent une organisation, une stratégie. Au même moment, on parle de privilégier dialogue, et avant  le dialogue, on fait quand même savoir au monde que Poutine est un malade mental, un cinglé.  Sacrée ambiance! Sacrée Europe! En 1918, donc en pleine première guerre mondiale, quelques mois après la révolution d'octobre, Lénine affirmait:

"C'est un crime, du point de vue de la défense de la patrie, que d'accepter le combat avec un ennemi infiniment plus fort et mieux préparé lors que notoirement on n'a pas d'armée. Force nous est, du point de vue de la défense de la patrie, de signer la plus dure, la plus oppressive, la plus barbare et la plus honteuse des paix non pas pour "capituler" devant l'impérialisme, mais pour apprendre à le combattre et s'y préparer d'une façons sérieuse et efficace." Que Zelensky aille méditer  ce propos. Il lui servira davantage que ses bavardes nocturnes avec Biden ou Macron.

Economiquement, un cartel de pays décide de prendre des "sanctions". Comme si Poutine et les oligarques manqueront de quoi manger, et s'empresseront de se mettre à genoux. Les multinationales qui s'accommodent très bien du travail des enfants, du pillage, des inégalités indescriptibles, des guerres civiles, des régimes fantoches, , sortent enfin les larmes et décident de rompre tout lien avec la Russie.

Politiquement, on souhaite faire de la Russie un "paria" à l'international. On veut le confiner.  Et, fait absolument nouveau, les instances sportives excluent la Russie de toute compétition. C'est pourtant au Qatar que se tiendra la prochaine coupe du monde 2022. La Russophobie est bien réel.  Qatastrophique!

Ajoutons à ce niveau, quelque chose d'essentiel, la Russie n'est pas une victime. Et c'est peut être ce qui fait de la Russie un cas politique intéressant.  

3. Poutine, le dictateur

D'après Wikipédia, qui tire sa définition du Trésor de la langue française, une dictature une est un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu'aucune loi ou institution ne les limitent. 

Cette définition pourrait s'appliquer à ce qu'on appelle "communauté internationale". Il s'agit d'un groupuscule de nations occidentales qui exerce bel et bien un pouvoir absolu à l'égard des autres Etats. Aucun dirigeant occidental n'a déjà eu à rendre des comptes pour telle ou telle agression, tel ou tel crime perpétré.

Les "sanctions" contre la Russie relèvent-elle d'une logique démocratique ou dictatoriale? Dans quel cadre ces "sanctions" ont-elles été discutées? Quelle institution a été mandatée pour sanctionner un peuple entier, sous le sérieux prétexte qu'on veuille mettre la main sur son dirigeant? Un peuple souverain peut-il "sanctionner" un autre peuple souverain? 

Va t-on apprendre aux russes à choisir leurs dirigeants ou à faire la révolution? Allons! Que cesse l'arrogance occidentale! Que l'Ukraine baisse d'un ton! Que les sanctions soient levées! Que Vladimir Poutine rappelle ses troupes! Et que ces deux pays voisins puissent discuter.

 Zelensky croit-il que l'entrée de son pays dans l'UE déportera celui-ci, géographiquement, aux frontières de la Belgique ou de la France? Il demeurera frontalier à la Russie.  L'Ukraine a tout gagné  en forgeant une paix durable avec la Russie.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel