Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

212 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juil. 2019

La France, pays le plus corrompu du monde?

Et maintenant le saint Raymond à la barre!

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La République est corrompue. Vive la République! 

Le Canard Enchaîné nous informe que Raymond Barre avait planqué des millions en Suisse. Convoquons, ne serait-ce que pour le procès médiatique qui a déjà commencé, Maître Dupond Moretti; lui seul est capable de voler au secours de ce cher ministre de la République française, avec son talent d'enfumeur que les médias aiment tant célébrer. 

La corruption est souveraine dans la République. C'est la valeur républicaine par excellence. Elle est plus essentielle à la République que n'importe quelle espèce de Cathédrale. Quant à la devise républicaine, Liberté-Egalité-Fraternité....pure ironie! Attrape-gogo! Mousse à bobo!

C'est Giscard D'Estaing, lui-même, grand corrompu et corrupteur (cf les diamants de Bokassa), qui a nommé Raymond Barre premier ministre en 1976, en déclarant: "Monsieur Barre est sans doute le meilleur économiste français...".

Ce genre d'éloge, en vérité, n’est pas au service de la science, de la vérité, de la justice. Ce genre de compliment gratuit, futile, mais qui fait son petit ou grand effet, sert à entretenir un système de corruption. 

 Il fallait bien faire comprendre au petit peuple, aux petits journalistes, qu'ils avaient maintenant affaire à un monument vivant. Dans ces conditions,  le ''peuple'' évidemment ébahi, ne pouvait qu'avoir la gueule bien ouverte...et avaler n'importe quelle couleuvre. Pendant que le "peuple" essayait de contempler le "monument vivant" sur la pointe des pieds, on lui baissait la culotte...la suite tout le monde la connaît. D'où parle, et surtout sur quelle base Giscard D'estaing fait de monsieur Barre le "meilleur économiste" de France?  Quand bien même Monsieur Barre aurait-il été le "meilleur économiste" de France, encore eût-il fallu définir ce superlatifEn tout cas, la vérité finit toujours par triompher. Et aucune vérité économique de monsieur Barre n'a triomphé. En revanche, ce qui vient de triompher, ce sont ses manières bien françaises, c'est sa triche, son butin de guerre. Oui, on peut être à la fois l'homme le plus corrompu du monde et être le meilleur économiste de la planète. Ce n'est pas là le bât qui blesse.

La corruption, c'est une très vielle affaire chez les élites françaises. Ça ne commence pas avec la cinquième République. Lorsque des gens nous en proposent une sixième, il ne faut pas qu'ils s'imaginent qu'on entrera dans une ère nouvelle, une ère sans affaires. 

Dans Les Luttes de classes en France, Karl Marx, en excellent historien ou chroniqueur de son temps, décrivait déjà un Etat français hautement et fondamentalement corrompu par ses élites bourgeoises et aristocrates. Il expliquait " le pillage de l'État en grand, tel qu'il se pratiquait au moyen des emprunts (la fameuse dette), se renouvelait en détail dans les travaux publics."

Il rajoutait: " De même que les dépenses publiques en général et les emprunts publics, la classe dominante exploitait aussi les constructions de lignes de chemin de fer. Les Chambres en rejetaient sur l'État les principales charges et assuraient à l'aristocratie financière spéculatrice la manne dorée. On se souvient des scandales qui éclatèrent à la Chambre des députés lorsqu'on découvrit, par hasard, que tous les membres de la majorité, y compris une partie des ministres, étaient actionnaires des entreprises mêmes de voies ferrées, à qui ils confiaient ensuite, à titre de législateurs, l'exécution de lignes de chemins de fer pour le compte de l'État."

Aujourd'hui, lorsqu'on parle de "mal gouvernance", on ne  regarde que ces pauvres pays africains et leurs pitoyables dirigeants ...On regarde le Venezuela, et on dit la faute à Chavez...On veut nous faire croire que la misérable condition des vénézuéliens est du fait de ce que les institutions libérales appellent pompeusement la "mal gouvernance" du socialiste Hugo Chavez.

La "bonne gouvernance" c'est Raymond Barre. C'est Thatcher. C'est l'Allemagne.....C'est l'Amérique et son dollar tout vertueux.

Le pognon de dingue

Raymond Barre, ancien ministre des Finances, puis  Premier ministre pendant cinq ans, a dissimulé pendant des années, à Bâle, en Suisse, une fortune s'élevant à environ 11 millions de francs suisses. Soit quelque 6,8 millions d'euros (valeur de 2007). Le monsieur était alors réputé pour sa rigueur.....François Fillon ne fut donc qu'une pâle imitation, une pâle photocopie du modèle, incapable d'entretenir l'image de l'homme vertueux et rigoureux jusqu'à sa mort. 

A quoi bon continuer de faire les procès des évadés fiscaux, lorsqu'on ne trouve rien à redire sur un pays comme la Suisse qui profite de tous les malheurs de la terre, de tous les criminels de ce bas monde?

Et, c'est ce même pays qui héberge les principales Organisations internationales. Au nom de quoi? De la corruption.  Hélas! Jamais ce pays n'a été classé par les classeurs/classificateurs mondiaux de pays le plus corrupteur au monde....Jamais ce pays n'a fait fuir les investisseurs. C'est tout le contraire. Il attire tout le monde....tout l'argent du monde. Discrètement ...Pacifiquement ( dans les apparences). 

Si la France n'est pas le pays le plus corrompu ou corrupteur au monde, sa voisine Suisse peut prétendre au titre.

                                               Le banquier d'affaire dirige l'Etat                                                                                              

Il faudra que nos amis historiens n'oublient pas ce détail: La France, pour se sauver du pétrin mondial qu'elle a contribué activement à mettre en place, s'est abandonnée aux mains d'un jeune et sémillant banquier d'affaires. Comme si la crise financière qui avait ébranlé le monde en 2008 n'avait eu aucune incidence sur les rapports entre les citoyens et le monde de la Finance. 

Mon ennemi, c'est la Finance (Macron)....avait claironné François Hollande pour appâter quelques électeurs. Hélas, grâce aux confidences de la cocue, on a su plus tard que les réels ennemis de monsieur Hollande étaient les sans-dents....ces gens pour qui l'Etat dépense "charitablement" un pognon de dingue.

La République est corrompue. Vive la République! 

Liberté! Absurdité! Criminalité!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige