Que cache le prix Nobel de la Paix 2018? La guerre.

49 intellectuels membres de la diaspora et de la société civile congolaise appellent le prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege, à assurer le leadership d'une transition citoyenne en RDC sans le président Joseph Kabila. Quelle belle idée! Manières africaines.

Il y a l'Amazonie, au Brésil, et il y a la forêt du Congo, en RDC, ce sont les deux poumons écologiques de la planète. Les deux forêts tropicales les plus vastes de la planète. Tout écologiste qui se respecte, en plus de battre le pavé à Paris, devrait donc s'intéresser à ces deux pays. 

Civilisation Belge

A côté de la vaste RDC, plus précisément à l'Est, il y a un tout petit petit pays, le Rwanda. Confié à l'Allemagne au sortie de la Conférence de Berlin en 1885, arraché par les troupes belges en 1916, mis sous tutelle de la Belgique par la Société des Nations en 1922, confirmation de la mis sous tutelle par l'ONU en 1946, proclamation de son indépendance en 1962 par les fameux Hutus. Petit pays dont la triste et petite histoire du génocide semble résumer toute l'histoire du pays. 800.000 morts en trois mois. Véritable boucherie humaine. 

La RDC maintenant. Au départ, ce ne fut qu'une propriété privée du Roi Léopold II de Belgique. En 1907, lorsque ce dernier mourut, il légua son Congo à sa Belgique, avec un passif de 10 millions de morts. Rien de très grave. Ce ne furent que des congolais. 

Jadis Congo donc, naguère Zaïre , aujourd'hui République Démocratique du Congo,le pays a traversé, et continue de traverser les pires crimes de l'histoire de l'humanité. C'est le lieu privilégié, de prédilection, pour les crimes, les viols, les vols de masse, les drogues, etc. 

Etats voisins, du plus petit au plus grand, Etats occidentaux, du plus brutal au plus doux,  bandes armées locales ou sous-régionales, multinationales, élites locales, qui donc n'a pas violé, volé, ce vaste Etat qu'est la RDC? Hier, officiellement propriété privée d'un homme, aujourd'hui officieusement propriété privée de multinationales. Etat en mille morceaux, déchiré de l’intérieur, dévoré de l'extérieur . Reste à savoir pourquoi.

Le pays a vu naître a sur son sol les "Kadogo" ( les enfants soldats). Le grand Paul Kagame, autrefois grand maquisard, ou plutôt grand rebelle, doit bien les connaitre ces Kadogo. Sa culture de la région des Grands Lacs est connue de tous.

Ces morts qu'on n'honorera jamais

J'ai évoqué tout à l'heure les 10 millions de morts de Léopold II au Congo. Évoquons aussi les 3,8 millions de victimes des conflits armés entre 1998 et 2004, selon L’International Rescue Committee (IRC). Certains, à l'instar de l’historien  David Van Reybrouck,  parlent même de 6 millions de morts. Nous pouvons aussi les victimes très récentes, par lot de 15, 25, 30...400 à Nyanzale, Mapiki, Sabu, etc. Et ça continue. Le Congo a lui tout seule dépasse facilement les 10 millions de morts pour cause de guerre depuis les années 70.

Nous n'évoquons même pas ici ni la problématique des déplacés, des maladies, des viols de masse, et donc les conditions de la propagation du VIH SIDA dans ce pays.

On ne saurait regarder la situation du Congo en étranger. Elle nous concerne radicalement. Et si chaque violeur porte l'entière responsabilité de son crime, on ne saurait négliger la responsabilité des puissances étatiques, des chefs de guerre, des vendeurs d'armes, des élites locales, des multinationales qui ont rendu tout cela possible, qui trouvent leur compte dans ce bazar, ces guerres mondiales localisées, désétatisées.

Le système international: ces prix et nominations en faveur de l'Afrique

Ces derniers jours, la communauté internationale, a tenu à faire oublier ses crimes et/ complicités criminelles en Afrique, notamment au Rwanda et en RDC,  par deux distinctions à l'endroit de deux personnalités. Ainsi, la nomination de la secrétaire générale de la Francophonie, la rwandaise Louise Mushikiwabo et l'élection du congolais Denis Mukwege au Nobel de la paix relèvent de la haute corruption d'esprit. 

La promotion internationale de deux formidables individus au mépris de la vérité historique, des masses. 

Quel peut-être le sens de ce prix Nobel dans un pays comme le Congo?  A quand la justice pour tous ces millions de morts?A quand  la paix pour ces millions de congolais déplacés, pauvres ou appauvris, traumatisés?  Les morts, doivent-ils enfin reposer en paix maintenant que monsieur Mukwege a reçu le Nobel, le même que le fringant Obama ? Ce prix Nobel tend à masquer la réalité tragique de la RDC. C'est bien facile de distinguer le valeureux Denis Mukwege. Et après? Qu'est-cela apporte concrètement à la situation du Congo? Rien. Au contraire, ce prix Nobel vient coloniser, corrompre les esprits de tous. En premier lieu,  les esprits de ces 49 intellectuels qui semblent d'abord avoir besoin d'un Nobel pour exister, s'impliquer, s'organiser....

Ce prix participe à une entreprise de corruption mondialisée. Les congolais sont appelés à ne plus penser ce monde féroce, ils ont un élu, le réparateur des femmes. Il répare des femmes victimes de viols de guerre. Mais qui sont les instigateurs des guerres au Congo?  Telle est la question centrale.

En vérité, les intellectuels congolais, ces 49 têtes, sont dans une opération politique, dans son sens le plus médiocre. On voit très bien que leur cible ultime c'est Kabila. On voit très bien que ceux qui intèressent tout ce beau monde, c'est le pouvoir d'Etat. Mais quel pouvoir d'Etat? Quel est l'état de cet Etat?

Les populations congolais souffrent aussi, en bonne partie, de leurs élites intellectuelles. C'est une constance en Afrique. L'intellectuel, lorsqu'il n'est pas un vendu des politiques locaux, est vendu au monde occidental . Réfugié dans des universités parisiennes, londoniennes, new-yorkaises ou autres, il commente ce qui se passe dans son pays, dans son continent, comme un vulgaire journaliste, comme un vulgaire fonctionnaire internationale.Il croit fait oeuvre universelle en professant depuis Oxford. C'est possible, mais l'Afrique, je veux dire les masses africaines ont besoin plus que tout, et avant toute chose, des intellectuels à leurs côtés. C'est indispensable. Et monsieur Denis Mukwege, dans son registre, a été aux côtés des populations. Hélas, ce prix a corrompu son action. Il aurait dû se tenir à l'écart.

Depuis 20 ans, on dénombre plus de 500 000 femmes et filles violées au Congo. Et lorsqu'on daigne enfin nobeliser un valeureux médecin qui fait son job, c'est le monde entier, les congolais en particulier qui rentrent en transe. Qu'est ce qu'on récompense réellement avec ce prix Nobel de la paix octroyé à Denis Mukwege?

Quant à madame,Louise Mushikiwabo, il n'y a aucun doute que sa nomination doit être mis en rapport avec la décision du parquet de Paris qui réclame un non-lieu contre les sept protagonistes mis en examen, tous proches de l'actuel président rwandais, Paul Kagame, et soupçonnés d'être impliqués. Bravo à la justice française! 

 

Un mot sur la Francophonie. Il n'échappe à personne que le Rwanda a, en quelques années, tourné la page du français, pour complètement s'angliciser. C'est tout à son honneur. L'enseignement primaire, secondaire,  et universitaire exclusivement dispensé en anglais au Rwanda depuis 2010.  Et depuis 2014,  billets de franc rwandais  ne sont plus qu'émis en anglais et en kinyarwanda.

 

 

Le Congo, victime de ses richesses

Si les victimes congolaises sont très peu cotées, dans le système d'indignation international, c'est pour la bonne raison qu'elles reposent sur une un sol, au sous-sol d'une extraordinaire richesse. Le Congo c'est un immense réservoir de matières premières (bois précieux, café, diamant, ivoire, caoutchouc, uranium, gaz, pétrole, 50 % des réserves mondiales de cobalt , fer, manganèse, plomb, argent, nickel , entre 60 à 80% Coltan...). 

Entre 2013 et 2014, le premier exportateur mondial de coltan a été le Rwanda. Quelle belle surprise! Surtout, ne nous posons pas les questions qui fâchent. Admirons comme tout le monde le beau développement du Rwanda. Quel exemple en Afrique!

Malgré toutes ces richesses du Congo, les populations congolaises sont enfouies dans une misère affreuse. Un taux de pauvreté qui dépasse les 65%.  Bien sûr, tous les congolais ne sont pas des victimes. Tous ne subissent pas l'exploitation mafieuse des richesses. Il y a des saigneurs de guerre qui ont amassé des fortunes très considérables. Et qui, lorsqu'ils entrent en politique, et forment des coalitions, se donnent rdv dans des palaces à Bruxelles. 

C'est de Bruxelles que viendra le changement tant attendu par l'opposition, enfin peut-être doit-on dire les oppositions. 21 candidats à l'élection présidentielle, c'st vrai que le pays est immense, mais quand même!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.