Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2020

A l’attention des Obonophiles.

« Ce que cet organe d’extrême droite a voulu dire à moi et à toutes les personnes que je représente en tant que députée de la Nation [...], c’est un message pour me dire, nous dire qu’on n’est pas chez nous. » a déclaré la Députée. Madame se sent-elle obligée de répondre à ce qu’elle qualifiait elle-même de « fantasmes »?

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors des meetings de Marine Lepen, militants et sympathisants scandent régulièrement : « on est chez nous. »y

Eh bien,  l’antienne a été reprise, hier place du Tracadero, par les militants dit antiracistes lors de la manifestation de soutien à la députée Danièle Obono: « on est chez nous. »

Que des militants d’Extrême-droite scandent cela, quoi de plus banal.

Que ces fameux antiracistes, en réaction à Valeurs actuelles, trouvent le moyen d’affirmer, de scander également : « on est chez nous. », voilà qui renseigne à suffisance sur la portée non révolutionnaire de ce mouvement. C’est à se taper le cul au sol.

L’on comprend alors pourquoi avant l’affaire Obono,  les innombrables unes de Valeurs actuelles, s’attaquant aux étrangers avec une violence inouïe , un racisme sanguinolent, une xénophobie féroce ne perturbaient nullement ces gens de gôche.

Ces gens (LFI) trouvaient même l’occasion d’aller se faire interviewer à Valeurs actuelles :chez eux. Oui , c’est la grande famille des gens-qui-sont-chez-eux et qui tendent à le faire savoir, on ne sait à qui...

A qui ces anti-trucs disent : « on est chez nous »? Aux racistes? Lesquels,  eux-aussi, crient qu’ils sont chez eux? Comme des gamins, les uns répètent après les autres ...

On ne pense plus. On joue à qui criera le plus fort...A vos cordes, prêts, criez:

ON EST CHEZ NOUUS..!!!!!!!!!!!!!!! 

Daniele Obono et ses amis ont-ils besoin de se justifier auprès de Valeurs actuelles ? Ont-ils besoin de challenger Valeurs actuelles et le RN dans ce jeu un poil bébête  du « Chez soi »....

Daniele Obono aurait-elle pu perdre son mandat de député de la nation si elle n’affirmait pas à haute et intelligible voix: «  On est chez nous »? Pourquoi alimenter une conversation stérile avec « ces gens »? Qui cherche t-on à convaincre et de quoi ?

Comment, pour leur défense, les antiracistes  peuvent reprendre à leur compte, l’idée d’attaque des gens qu’ils qualifient eux-mêmes d’Extreme-droite? Comment peut-on rester aussi fidèle à la logique des racistes, à leur mot d’ordre, en se prévalant du statut  « antiracistes ».

Si racistes et antiracistes déclarent tous :on est chez nous....que doivent penser ceux et celles qui ne sont pas chez eux et qui assistent en silence à ce spectacle (simiesque) des républicains  ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse