A l’attention des Obonophiles.

« Ce que cet organe d’extrême droite a voulu dire à moi et à toutes les personnes que je représente en tant que députée de la Nation [...], c’est un message pour me dire, nous dire qu’on n’est pas chez nous. » a déclaré la Députée. Madame se sent-elle obligée de répondre à ce qu’elle qualifiait elle-même de « fantasmes »?

Lors des meetings de Marine Lepen, militants et sympathisants scandent régulièrement : « on est chez nous. »y

Eh bien,  l’antienne a été reprise, hier place du Tracadero, par les militants dit antiracistes lors de la manifestation de soutien à la députée Danièle Obono: « on est chez nous. »

Que des militants d’Extrême-droite scandent cela, quoi de plus banal.

Que ces fameux antiracistes, en réaction à Valeurs actuelles, trouvent le moyen d’affirmer, de scander également : « on est chez nous. », voilà qui renseigne à suffisance sur la portée non révolutionnaire de ce mouvement. C’est à se taper le cul au sol.

L’on comprend alors pourquoi avant l’affaire Obono,  les innombrables unes de Valeurs actuelles, s’attaquant aux étrangers avec une violence inouïe , un racisme sanguinolent, une xénophobie féroce ne perturbaient nullement ces gens de gôche.

Ces gens (LFI) trouvaient même l’occasion d’aller se faire interviewer à Valeurs actuelles :chez eux. Oui , c’est la grande famille des gens-qui-sont-chez-eux et qui tendent à le faire savoir, on ne sait à qui...

A qui ces anti-trucs disent : « on est chez nous »? Aux racistes? Lesquels,  eux-aussi, crient qu’ils sont chez eux? Comme des gamins, les uns répètent après les autres ...

On ne pense plus. On joue à qui criera le plus fort...A vos cordes, prêts, criez:

ON EST CHEZ NOUUS..!!!!!!!!!!!!!!! 

Daniele Obono et ses amis ont-ils besoin de se justifier auprès de Valeurs actuelles ? Ont-ils besoin de challenger Valeurs actuelles et le RN dans ce jeu un poil bébête  du « Chez soi »....

Daniele Obono aurait-elle pu perdre son mandat de député de la nation si elle n’affirmait pas à haute et intelligible voix: «  On est chez nous »? Pourquoi alimenter une conversation stérile avec « ces gens »? Qui cherche t-on à convaincre et de quoi ?

Comment, pour leur défense, les antiracistes  peuvent reprendre à leur compte, l’idée d’attaque des gens qu’ils qualifient eux-mêmes d’Extreme-droite? Comment peut-on rester aussi fidèle à la logique des racistes, à leur mot d’ordre, en se prévalant du statut  « antiracistes ».

Si racistes et antiracistes déclarent tous :on est chez nous....que doivent penser ceux et celles qui ne sont pas chez eux et qui assistent en silence à ce spectacle (simiesque) des républicains  ? 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.